Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La fièvre jaune au Pérou : point de la situation Médecine des voyages

Publié le 25 juin 2015 à 14h08

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Pérou, 16 mai 2015, selon le Boleti'n Epidemiolo'gico de Lima, il a été notifié depuis le début de l'année 13 cas de fièvre jaune, dont 1 décès. Les cas ont été signalés dans les régions de Cusco (1 cas), Huanuco (1 cas), Junin (2 cas), Loreto (1 cas ), Puno (2 cas), Madre de Dios (1 cas ), et San Martin (5 cas).

Ces cas ont été signalés comme des cas de fièvre jaune  sylvestre et non acquis en milieu urbain. Il n ‘a pas été rapporté, en zone forestière, de cas de singe malade ou mort de fièvre jaune.

Le virus de la fièvre jaune est endémique dans le bassin amazonien du Pérou, où des cas sporadiques ont été signalés en 2013 et 2014. Ces cas signalés sont très dispersés dans quatre provinces. Cela serait inhabituel, s'ils sont confirmés.

Ces données proviennent du Boleti'n Epidemiolo'gico de Lima. Aucun renseignement épidémiologique n'est mentionné : âge, sexe des patients, antériorités vaccinales, dates des infections, lieux de contamination…

Cette information doit donc être vérifiée.

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés. Le terme "jaune" fait référence à la jaunisse présentée par certains patients.

Près de 50 % des personnes gravement atteintes de fièvre jaune qui ne sont pas traitées vont en mourir.

On estime chaque année à 200 000 le nombre de cas de fièvre jaune et à 30 000 le nombre de décès dus à cette maladie dans le monde, dont 90 % surviennent en Afrique.

Le virus de la fièvre jaune (ou virus amaril) est endémique dans les zones tropicales d'Afrique et d'Amérique latine, totalisant une population de plus de 900 millions d'habitants. C'est un virus qui touche également les populations de singes : il ne pourra donc jamais être éradiqué.

Le nombre de cas de fièvre jaune a progressé ces deux dernières décennies en raison de la diminution de l'immunité de la population contre cette infection, de la déforestation, de l'urbanisation, des mouvements de population et du changement climatique.

Il n'y a pas de traitement spécifique de la fièvre jaune. Le traitement de cette affection est uniquement symptomatique.

La vaccination est la principale mesure préventive contre la fièvre jaune. Elle a permis de lutter contre les épidémies dans plusieurs pays. Le vaccin utilisé est un virus de la fièvre jaune atténué, en France la souche 17D-204 (Stamaril®). Son administration est recommandée pour les personnes résidant ou séjournant dans une région intertropicale d'Afrique ou d'Amérique du Sud. Une preuve de vaccination contre la fièvre jaune peut être exigée pour l'entrée dans certains pays.

Références

  1. Bulletin épidémiologique péruvien.
  2. Promed.

Source : Promed.


Maladie : Fièvre jaune

Vaccin : STAMARIL

Référence principale :