Cinquante personnes tuées lors d'une éruption du volcan Merapi en Indonésie Médecine des voyages

Publié le 5 nov. 2010 à 14h33

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 25 novembre 2021.

Le volcan Merapi (île de Java en Indonésie) est entré dans une nouvelle phase d’éruption active et crache des nuées ardentes et des cendres à intervalles irréguliers. Une explosion survenue dans la nuit du 4 au 5 novembre 2010 a tué une cinquantaine de personnes au minimum. Le bilan des victimes depuis le début de l’éruption en septembre 2010 s’élève à plus de 100 décès. Le périmètre interdit d’accès par les autorités locales a été étendu à 20 km autour du volcan, soit à 6 km de la limite nord de la ville de Yogyakarta. L’aéroport de Yogyakarta a été fermé le 5 novembre au matin en raison des cendres qui le recouvraient mais pourrait être rouvert en fonction de l’évolution de la situation. Il est demandé aux voyageurs de ne pas se rendre dans la région de Yogyakarta, une explosion importante pouvant survenir d’un moment à l’autre. Ceci vaut notamment pour les sites touristiques situés à proximité du volcan, en particulier Borobudur, à 30 km à l’ouest du Merapi, et Prambanan, à une vingtaine de km au sud-est du Merapi. Les ressortissants français qui sont dans la région sont invités à se signaler à leurs proches pour les rassurer ainsi qu’à l’ambassade de France à Jakarta (+ 62 21 23 55 76 00).

Par ailleurs, le volcan Sinabung situé au nord de l’île de Sumatra, à proximité de la ville de BERASTAGI (pays BATAK), est entré en éruption dimanche 29 août 2010. Aucune victime directe n’est à déplorer même si plusieurs milliers de villageois ont été évacués par précaution. L’éruption pourrait laisser présager un regain d’activité volcanique dans cette région, qui comprend également le volcan Sibayak, plus accessible au tourisme. Dans ces conditions, il est conseillé aux voyageurs d’éviter de s’approcher de cette zone à risques et de se tenir régulièrement informés de l’évolution de la situation.