Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La vaccination des garçons contre les papillomavirus est recommandée en Suisse

Publié le 22 juil. 2015 à 09h38

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

En Suisse, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande la vaccination contre les papillomavirus des jeunes filles depuis 2007. Pour être pleinement efficace, la vaccination contre les papillomavirus (ou HPV, pour Human papillomavirus) devrait être terminée avant le début de la vie sexuelle. C'est pourquoi la vaccination concerne toutes les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans. Cependant, les jeunes femmes qui ont déjà eu des relations sexuelles peuvent être vaccinées, le vaccin restant actif contre les virus qui n'ont pas encore entrainé une infection. C'est pourquoi la vaccination des femmes âgées de 20 à 26 ans, déterminée sur une base individuelle, fait partie des vaccinations recommandées complémentaires du calendrier vaccinal suisse. 

1. Pourquoi vacciner les garçons et les jeunes hommes ?

Les maladies associées aux papillomavirus se rencontrent également chez les hommes. Les HPV sont responsables des verrues génitales, fréquentes, et de maladies cancéreuses, qui bien que moins fréquentes chez les hommes que chez les femmes, peuvent être graves. Le vaccin quadrivalent contre les HPV (Gardasil) couvre ces deux indications. Il est bien toléré chez les garçons et les hommes. Il est efficace contre les infections persistantes de la région ano-génitale dues aux HPV de type 6, 11, 16 et 18. Il est avéré qu'il offre une protection contre les verrues génitales et les néoplasies intraépithéliales anales dues aux HPV contenus dans le vaccin. 

L'OFSP note en outre que les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, et qui présentent le plus grand risque d'infections persistantes aux HPV et des pathologies consécutives, ne bénéficient pas des effets indirects de la vaccination, si cette dernière n'est recommandée qu'aux femmes. 

Depuis cette année, l'OFSP recommande donc la vaccination complémentaire contre les HPV par le vaccin quadrivalent chez les garçons et les hommes entre 11 et 26 ans révolus (c'est-à-dire jusqu'à la veille du 27ème anniversaire). 

Cette recommandation vise une protection individuelle optimale contre les lésions dues aux HPV de types 6, 11, 16 et 18. 

2. Schéma de vaccination complémentaire des garçons et jeunes hommes contre les HPV

  • Garçons âgés de 11 à 14 ans : 2 doses à 0 et 6 mois ;
  • Garçons et jeunes hommes âgés de 15 à 26 ans : 3 doses à 0 mois, 1 à 2 mois (selon le vaccin) et 6 mois.

Pour être pleinement efficace, la vaccination devrait être terminée avant le début de l'activité sexuelle et être donc administrée de préférence entre 11 et 14 ans. 

Les études concernant le schéma vaccinal à deux doses ont jusqu'à présent inclus seulement des jeunes filles. Partant de l'observation que la réponse immunitaire des jeunes garçons est aussi bonne que celle des jeunes filles, l'OFSP a décidé d'appliquer également ce schéma aux garçons âgés de moins de 15 ans. 

A partir du 15ème anniversaire, et pour les personnes avec un déficit immunitaire, la vaccination reste intéressante pour conférer une protection contre les virus qui n'ont pas encore été responsables d'une infection. Pour ces personnes, le schéma vaccinal comporte trois doses. 

A partir de l'âge de 20 ans, la recommandation vaccinale doit être évaluée au cas par cas. 

En France, la recommandation vaccinale contre les HPV ne s'applique qu'aux jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, avec un rattrapage jusqu'à l'âge de 19 ans révolus.

Source : Office fédéral de la santé publique - Plan de vaccination suisse 2015.


Maladie : Papillomavirus

Vaccins : CERVARIX GARDASIL

Référence principale :