Epidémie d'infections à Escherichia coli entérohémorragique aux USA Médecine des voyages

Publié le 7 nov. 2010 à 09h05

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Début novembre 2010, 25 cas d'infections à Escherichia coli O157:H7, dont 9 ont du être hospitalisés, ont été signalés dans cinq états de l'ouest des Etats-Unis (Arizona, Californie, Colorado, Nouveau Mexique et Nevada). Ces cas sont liés à la consommation de fromage "Gouda" importé des Pays Bas et proposé à la vente.

Escherichia coli est une bactérie habituellement présente dans le tube digestif des mammifères, dont l'homme. Cependant, certaines souches d'E. coli possèdent des facteurs de virulence, expliquant la survenue de manifestations cliniques lorsqu'elles infectent l'homme. C'est notamment le cas des souches entérohémorragiques (ECEH), qui possèdent souvent les antigènes particuliers désignés par la formule "O157:H7". Les ECEH sont hébergées par les bovins et d'autres ruminants. La transmission à l’homme se fait surtout par la consommation d’aliments contaminés, viande hachée crue ou mal cuite et lait cru. Après une incubation de 3 à 4 jours, l'infection par une souche d'ECEH peut entraîner une diarrhée sanglante accompagnée de fièvre et de vomissements. Dans environ 10 % des cas, notamment chez les jeunes enfants, un syndrome hémolyique et urémique peut survenir. Ce syndrome, caractérisé par une défaillance rénale aiguë, une anémie hémolytique et une baisse des plaquettes, peut évoluer vers un décès dans 3 à 5 % des cas.

Source : CDC.