Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Un vaccin contre Ebola se montre efficace chez l'homme

Publié le 2 août 2015 à 21h06

Biographie

MD, PhD, ancien directeur scientifique de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), Brétigny sur Orge, France.

Enseignant à l’Ecole du Val-de-Grâce, à l’université d’Aix-Marseille, à l’Institut de formation en soins infirmiers Saint Joseph, Marseille.

Expert auprès de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et de la Haute autorité de santé (HAS).

Liens d'intérêt

Absence de lien avec l’industrie pharmaceutique.

Aucune participation à des études cliniques de médicaments ou vaccins.

Déclaration établie le 2 janvier 2012, mise à jour le 11 décembre 2014.

Un vaccin recombinant qui utilise le virus de la stomatite vésiculaire (VSV) exprimant la glycoprotéine de surface du virus Ebola Zaïre (ZEBOV) a été développé par Merck-Sharp-Dohme, à la suite de travaux effectués par l'Agence de santé publique du Canada. Ce vaccin s'est montré sûr et efficace au cours d'un essai chez l'homme mené en Guinée, pays où l'épidémie de maladie à virus Ebola commencée fin 2013 se poursuit.

L'essai mené par une équipe internationale était financé par le Wellcome Trust, la Norvège, le Canada, l'OMS et MSF. Il a consisté en une vaccination "en anneau" autour de cas de maladie à virus Ebola confirmés. La comparaison a été effectuée entre cas contacts et contacts de ces contacts vaccinés immédiatement après découverte du cas initial, ou vaccinés 21 jours après cette découverte ; 48 clusters représentant 4.123 personnes ont été assignés dans le premier groupe, alors que 42 clusters représentant 3.528 personnes constituaient le second groupe. Entre le 1er avril et le 20 juillet 2015, aucun cas de maladie à virus Ebola n'a été observé à partir du 10ème jour post-vaccination dans le groupe des sujets vaccinés immédiatement, alors que 16 cas sont apparus dans 7 des clusters ayant reçu le vaccin avec retard. L'efficacité vaccinale mesurée sur cet essai est de 100 %. Quarante-trois événements indésirables graves ont été constatés, dont un probablement en relation avec la vaccination ; il s'agissait d'un épisode fébrile qui s'est résolu sans séquelles.

Ces premiers résultats font naitre des espoirs pour les populations toujours menacées par le virus Ebola, d'autant que trois autres candidats vaccins jugés très prometteurs font également l'objet d'essais chez l'homme qui ont débuté voici plusieurs mois. Ces vaccins de composition différente pourraient s'avérer utiles pour vacciner certains groupes, comme les femmes enceintes, pour lesquels un vaccin vivant comme le rVSV-ZEBOV est a priori contre-indiqué.

L'essai du rVSV-ZEBOV doit maintenant se poursuivre sans randomisation, avec la vaccination immédiate de tous les cas contacts identifiés.

Les experts rappellent toutefois que la mise à disposition d'un vaccin, quel qu'il soit, pour de larges populations ne sera pas possible avant plusieurs mois.

Source : ProMED, The Lancet (AM Henao-Restrepo, IM Longini, M Egger, et al. Efficacy and effectiveness of an rVSV-vectored vaccine expressing Ebola surface glycoprotein: interim results from the Guinea ring vaccination cluster-randomised trial. The Lancet. Publié en ligne le 31 juillet 2015).