Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

France : cas de trichinellose chez un touriste ayant consommé de la viande d’ours au Groenland Médecine des voyages

Publié le 20 mar. 2016 à 13h26

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En France, le 11 mars 2016 le service de parasitologie clinique de l'hôpital Cochin à Paris a reçu un patient de 55 ans pour fièvre élevée et douleurs musculaires depuis le 4 mars 2016. Il faisait partie d'un groupe de 3 français ayant récemment voyagé au Groenland entre le 3 et le 16 février 2016, où ils ont consommé environ 200 g de viande d'ours polaire (Ursus maritimus) peu cuite. Les tests de laboratoire ont mis en évidence une sérologie positive pour Trichinella spiralis.

La trichinellose est bien connue au Groenland, où des cas humains sporadiques sont fréquemment documentés. Dans la région d'Ammassalik, à 800 km au sud de Scoresby Sund, une séroprévalence élevée (environ 20 %) est trouvée chez l'homme. Elle est également élevée chez le renard arctique (Alopex lagopus) et chez l'ours.

La trichinose ou trichinellose, est une zoonose grave causée par des nématodes parasitaires de la famille Trichinella. Répandu dans le monde entier, Trichinella peut infecter la plupart des mammifères, quelques espèces peuvent également toucher des reptiles et des oiseaux. Bien que les hommes soient susceptibles à toutes les espèces du parasite, le plus répandu est Trichinella spiralis, mais aussi Trichinella pseudospiralis et Trichinella britovi.

Elle est transmise par la consommation de viande de gibier (viande de phacochère, chacal ou d'ours notamment) ou d'animaux domestiques (Cheval ou porcs plus rarement) infectés. Le parasite est transmis quand la viande est mangée crue ou insuffisamment cuite

Les symptômes peuvent être divisés en deux catégories :

  • ceux qui sont provoqués par les vers situés dans l'intestin il sont alors digestifs : douleurs abdominales, nausées, diarrhées, vomissements. La fièvre est élevée.
  • ceux qui sont provoqués par leur dissémination dans d'autres organes : myalgies (douleurs musculaires), des maux de têtes, un œdème du visage et un prurit (démangeaisons). Des complications sont possibles : atteinte myocardique et encéphalitique. La maladie est parfois mortelle si le nombre de larves ingérées a été très important.

La prévention de la trichinellose humaine, outre la surveillance des élevages de suidés (famille des cochons, sangliers...), passe par le contrôle vétérinaire des viandes dans les abattoirs, y compris des viandes chevalines.

  • La prophylaxie individuelle repose sur la cuisson à cœur de la viande. Les larves sont tuées en trois minutes à 58 °C et instantanément à 63 °C.
  • La congélation prolongée à très basse température (15 jours à - 20 °C) détruit la plupart des espèces de Trichinella.
  • Il est déconseillé de consommer ou d'acheter des produits à base de viande faits maison, notamment les saucisses.

Source : Promed.