Sécurité et déplacements au Burundi Médecine des voyages

Publié le 29 déc. 2010 à 14h14

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

En cette période de fêtes, on constate comme chaque année une augmentation des actes de banditisme dans Bujumbura, capitale du Burundi. Le quartier de Gatoke a notamment été la cible de plusieurs incidents. La plus grande prudence est donc de mise dans les déplacements dès la nuit tombée. Concernant plus particulièrement Gatoke, les sorties après 20 h sont déconseillées.

De petits groupes armés non identifiés sévissent actuellement dans les provinces de Bubanza et de Cibitoke, situées au Nord-Ouest du pays. Les voyages non essentiels dans ces provinces sont donc déconseillés. Si toutefois vous devez absolument vous rendre dans cette zone, il est strictement déconseillé de voyager entre 17h30 et 7h du matin, d’emprunter la RN10 entre Rwegura et Mabayi, d’emprunter la RN9 au nord de Bubanza (la RN9 longe alors le parc de la Kibira),de passer la nuit en dehors des chefs-lieux de province et, d’une manière générale, de se rendre dans la réserve de la Rukoko et le parc de la Kibira. La RN5 (route la plus directe pour aller de Bujumbura à Bukavu, en République Démocratique du Congo) et la RN9 (de Bujumbura jusqu’à Bubanza) peuvent être empruntées à condition de faire preuve de la plus grande prudence et de voyager entre 7h et 17h30.

Enfin, une vigilance importante, notamment dans les lieux publics, reste toujours de mise suite aux attentats de Kampala en juillet dernier et aux menaces proférées à l’égard du Burundi contributeur, comme l’Ouganda, de troupes pour la force Amison en Somalie.

Source : France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères et européennes.