Faire preuve d’une grande prudence dans le sud de la Thaïlande Médecine des voyages

Publié le 28 juil. 2016 à 11h36

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Thaïlande, la violence est très imprévisible dans les provinces du sud, à majorité musulmane (Narathiwat, Pattani, Songkhla et Yala). Des attaques meurtrières, dont des fusillades, des attentats à la bombe et des incendies criminels, se produisent fréquemment.

Elles visent habituellement les édifices et le personnel de l'armée, du gouvernement ou des forces de sécurité, mais des attentats ont aussi été commis dans divers endroits publics, y compris les quartiers commerciaux, les lieux de divertissement, les transports en commun et les hôtels susceptibles d'être fréquentés par des touristes.

Les mesures de sécurité renforcées qui ont été mises en place notamment la loi martiale dans les provinces de Narathiwat, Pattani, Songkhla et Yala, ainsi que dans le district de Sadao et dans la province de Songkhla donnent aux autorités des pouvoirs d'intervention accrus pour réprimer au besoin les violences qui continuent de secouer la région. Ces mesures confèrent aux autorités le droit de détenir des suspects sans inculpation, d'effectuer des perquisitions, de saisir des objets ou des documents et d'imposer des couvre-feux.

Il est demandé la plus grande prudence au voyageur.

Source : Ministère des affaires étrangères et du commerce international du Canada.