Remise à disposition normale sur le marché de ville ainsi que sur le marché hospitalier et des collectivités depuis mars 2019. De nouvelles données disponibles montrent la persistance des anti-corps anti-VHA à un niveau protecteur jusqu'à 17 ans après 2 doses (et non plus 10 ans). Deux études rétrospectives montrent qu'une vaccination de masse induit une immunité de groupe.

Description

Vaccin inactivé de l'hépatite A adsorbé.

Classe

Inerte
- Entier inactivé

Adjuvant

Hydroxyde d'aluminium

Forme et présentation

Suspension injectable IM nourrissons et enfants à 720 U/0,5 ml : Seringue préremplie.

0,5 ml de suspension en seringue préremplie (verre) munie d’un bouchon-piston (butyle) - boîte de 1.

0,5 ml de suspension en seringue préremplie (verre) munie d’un bouchon-piston (butyle) - boîte de 20

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Composition

Par dose (0.5 ml) :

1. Antigène

Virus de l'hépatite A, souche HM 175 (inactivé)1,2   720 U*

1 produit sur cellules diploïdes humaines (MRC-5)  

adsorbé sur hydroxyde d'aluminium (0,25 mg Al 3+)

* unités mesurées selon la méthode interne du fabricant

2. Excipients

  • hydroxyde d'aluminium (adjuvant)
  • polysorbate 20
  • acides aminés
  • phosphate disodique
  • phosphate monopotassique
  • chlorure de sodium
  • chlorure de potassium
  • eau ppi

Indications

Ce vaccin est indiqué pour l'immunisation active contre l'infection provoquée par le virus de l'hépatite A chez les enfants à partir de l'âge de 1 an.

Le vaccin ne protège pas contre l’infection provoquée par les virus de l’hépatite B, de l’hépatite C, de l’hépatite E ou par d’autres agents pathogènes connus du foie.

La vaccination contre l’hépatite A est recommandée pour les sujets qui présentent un risque d’exposition au virus de l’hépatite A.

Les personnes devant bénéficier de la vaccination sont déterminées en fonction des recommandations officielles

Posologie

Enfants à partir de 1 an et jusqu’à 15 ans : 

La dose recommandée est de 0,5 ml pour chaque injection.

Le schéma vaccinal habituel comprend 1 dose suivie d’un rappel (une dose) à administrer de préférence de 6 à 12 mois après la 1èreinjection. Cependant, cette 2ème dose peut éventuellement être administrée de façon plus tardive : jusqu’à 5 ans après la 1ère dose.

Les données disponibles suggèrent la persistance des anticorps anti-VHA à un niveau protecteur jusqu’à 17 ans après 2 doses d’HAVRIX. 

Sur la base des données actuelles, chez les sujets ayant reçu deux doses de vaccin, il n’est pas justifié de leur administrer de nouvelles doses de rappel.

Mode d'administration

Le vaccin doit être administré par voie intramusculaire dans le muscle deltoide. 

Chez l'enfant de moins de 2 ans, on administre le vaccin dans la partie antéro-latérale de la cuisse.

Le vaccin ne sera pas administré dans le muscle fessier ou par voie intradermique, ces modes d’administration pouvant induire une réponse immunitaire plus faible.
Exceptionnellement, le vaccin peut être administré par voie sous cutané, et avec précaution, chez des patients à risque hémorragique grave. 

Ne pas injecter par voie intraveineuse.

Contre-indications

Infections fébriles sévères.

Hypersensibilité connue à l'un des constituants du vaccin ou apparue après une injection de ce vaccin.

En raison de l’utilisation de néomycine (moins de 10 nanogrammes) au cours de la production, il est possible de retrouver cette substance à l’état de traces et il convient donc d’utiliser ce vaccin avec précaution chez les patients présentant une hypersensibilité à cet antibiotique.

Mises en garde et précautions d'emploi

Ne pas injecter par voie intraveineuse.

Une syncope (évanouissement) peut survenir après toute vaccination, voire même avant, en particulier chez les adolescents, comme réaction psychogène à l’injection avec une aiguille. Ceci peut s’accompagner de plusieurs signes neurologiques comme un trouble transitoire de la vision, des paresthésies et des mouvements tonico-cloniques des membres durant la phase de récupération. Il est important que des mesures soient mises en place afin d’éviter des blessures en cas d’évanouissement.

Chez des patients sous dialyse ou des sujets présentant une insuffisance du système immunitaire, il est possible que la vaccination induise des concentrations d’anticorps moins élevées. Chez de tels patients, des administrations répétées de vaccin seraient alors recommandées, en fonction de la réponse sérologique.

Comme pour tous les vaccins injectables, il est recommandé de disposer d’un traitement médical approprié dans le cas où surviendrait une réaction anaphylactique suivant l’administration du vaccin.

Précautions particulières d'emploi

Exceptionnellement, ce vaccin peut être administré par voie sous-cutanée, et avec précaution, chez des patients à risque hémorragique grave, par exemple hémophiles.

Ce médicament contient du potassium. Le taux de potassium est inférieur à 1 mmol par dose administrée, c'est-à-dire "sans potassium".

Ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol par dose administrée, c'est-à-dire "sans sodium".

Interactions

Ce vaccin ne doit pas être mélangé à d'autres vaccins.

Ce vaccin peut être administré simultanément, en deux sites séparés :

  •  avec le vaccin recombinant contre l'hépatite virale B obtenu par clonage et expression du gène viral dans les levures Saccharomyces cerevisiae sans que la réponse immunitaire à l'un ou l'autre des antigènes ne soit différente de celle obtenue lors d'une administration séparée,
  • avec les vaccins monovalents ou combinés contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle.

Grossesse

Il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal.

En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du vaccin contre l'hépatite A lorsqu'il est administré pendant la grossesse.

Par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser ce vaccin pendant la grossesse, sauf en situation de risque de contamination important.

Allaitement

L'utilisation de ce vaccin est possible au cours de l'allaitement.

Effets indésirables

Le profil de tolérance est basé sur des données issues de plus de 5300 sujets.

Les fréquences par dose sont définies comme suit:

  • Très fréquent: = >1/ 10
  • Fréquent: = >1/ 100 et < 1/10
  • Peu fréquent => 1/1 000 et < 1/100
  • Rare: => 1/10 000 et < 1/1000
  • Très rare: < 1/10 000

Essais cliniques :

Infections et infestations

  • Peu fréquent : infection du tractus respiratoire supérieur, rhinite

Troubles du métabolisme et de la nutrition

  • Fréquent : perte de l'appétit

Affectons psychiatriques

  • Très fréquent : irritabilité

Affections du système nerveux

  • Très fréquent : céphalées
  • Fréquent : somnolence
  • Peu fréquent : sensation vertigineuse
  • Rare :  hypoesthésie, paresthésie

Affections gastro-intestinales

  • Fréquent: symptômes gastro-intestinaux (tels que diarrhées, nausées, vomissements)

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

  • Peu fréquent : éruption cutanée
  • Rare : prurit

Affections musculo-squelettiques et systémiques

  • Peu fréquent : myalgies, raideur musculo-squelettique

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

  • Très fréquent : douleur et rougeur au site d'injection, fatigue
  • Fréquent : gonflement, malaise, fièvre ( ≥ 37,5 °C), réaction au site d'injection (par exemple induration)
  • Peu fréquent : syndrome pseudo grippal
  • Rare : frissons

Surveillance post-commercialisation :

Affections du système immunitaire

  • Anaphylaxie, réactions allergiques incluant des réactions anaphylactoides et maladie sérique

Affections du système nerveux

  • Convulsions

Affections vasculaires

  • Vascularite

Affections de la peau et du tissu sou-cutané

  • Œdème angioneurotique, urticaire, erythème polymorphe

Affections musculo-squelettiques et systémiques

  • Arthralgie

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr.

Pharmacodynamie

Classe pharmacothérapeutique : Vaccin contre l’hépatite A, code ATC : J : Anti-infectieux

Vaccin préparé à partir de la souche HM 175 du virus de l'hépatite A cultivée sur cellules humaines diploïdes MRC5, purifié et inactivé.

Ce vaccin confère une immunité contre le virus de l'hépatite A (VHA), en induisant la production d'anticorps spécifiques anti-VHA.

Réponse immunitaire

Dans des études cliniques où la cinétique de la réponse immunitaire a été étudiée, une séroconversion précoce et rapide a été démontrée chez des sujets immunocompétents après l'administration d'une dose unique d' HAVRIX : 

  • chez 79 % des sujets dès le 13e jour, 
  • chez 86,3 % dès le 15e jour,
  • chez 95,2 % dès le 17e jour, 
  • et chez 100 % dès le 19e jour.

Il est à noter que ce délai est plus court que la période d'incubation moyenne du virus de l'hépatite A (4 semaines environ).

Persistance de la réponse immunitaire

L'administration de la dose de rappel peut se faire dans les 5 ans si elle n'a pas été administrée 6 à 12 mois après la 1re injection. 

En effet, une étude comparant le taux d'anticorps après administration de la dose de rappel dans les 6 à 12 mois et dans les 5 ans suivant la 1re injection, a montré un taux similaire d'anticorps. 

Les données disponibles montrent une persistance des anticorps anti-VHA à un niveau protecteur jusqu'à 17 ans après 2 doses de Havrix.

Les données disponibles 17 ans après l'administration de 2 doses de Havrix à 6-12 mois d'intervalle, permettent d'estimer qu'au moins 95 % et 90 % des sujets seront encore séropositifs (> ou = à 15 mUI/ml) respectivement 30 et 40 ans après la vaccination (voir Tableau 1).

Tableau 1 : Estimation du pourcentage de sujets avec des titres en anticorps anti-VHA > ou égal à 15 mUI/ml avec Intervalle de Confiance (IC) à 95 % pour les études HAV-112 et HAV-123.

Années après vaccination

≥ 15 mUI/ml

IC 95%

Limite inférieure

Limite supérieure

Estimations pour HAV-122

25

97,69 %

94,22 %

100 %

30

96,53 %

92,49 %

99,42 %

35

94,22 %

89,02 %

98,93 %

40

92,49 %

86,11 %

97,84 %

Estimations pour HAV-123

25

97,22 %

93,52 %

100 %

30

95,37 %

88,89 %

99,07 %

35

92,59 %

86,09 %

97,22 %

40

90,74 %

82,38 %

95,37 %

Sur la base des données actuelles, chez les sujets ayant reçu deux doses de vaccin, il n'est pas justifié de leur administrer de nouvelles doses de rappel.

Contrôle de l'efficacité de HAVRIX lors d'épidémies

L'efficacité de HAVRIX a été évaluée au cours de diverses épidémies communautaires (Alaska, Slovaquie, Etats-Unis, Royaume-Uni, Israël et Italie) durant lesquelles il a été montré que la vaccination avec HAVRIX pouvait contribuer à interrompre ces épidémies.

Impact de la vaccination de masse sur l'incidence de la maladie

  • Dans les pays dans lesquels un programme de vaccination en 2 doses par HAVRIX a été mis en place pour les enfants âgés de 2 ans, une réduction de l'incidence de l'hépatite A a été observée :
  • En Israël, deux études rétrospectives de bases de données ont mis en évidence une réduction de l'incidence de l'hépatite A respectivement de 88 % et 95 % dans la population générale 5 et 8 ans après la mise en place du programme de vaccination. De plus, des données de surveillance nationale ont montré une réduction de 95 % de l'incidence de l'hépatite A en comparaison à la période pré-vaccination.
  • Au Panama, une étude rétrospective de bases de données a montré que 3 ans après la mise en place du programme de vaccination, la réduction de l'incidence de l'hépatite A était respectivement de 90 %dans la population vaccinée et de 87 % dans la population générale. Dans les hôpitaux pédiatriques de la capitale du pays, aucun cas d'hépatite A aiguë n'a été diagnostiqué 4 ans après la mise en place du programme de vaccination.
  • Les diminutions de l'incidence de l'hépatite A observées dans la population générale ( vaccinée et non-vaccinée) des deux pays montrent une immunité de groupe.

Conservation

3 ans.

A conserver au réfrigérateur (entre + 2 °C et + 8 °C).

Ne pas congeler.

A conserver dans l'emballage extérieur d'origine, à l'abri de la lumière.

Les données de stabilité indiquent que HAVRIX est stable durant 3 jours lorsqu'il est conservé à une température allant jusqu'à 25° C. Ces données sont destinées à informer les professionnels de snaté exclusivement en cas de variation temporaire de la température.

Après ouverture et/ou dilution et /ou reconstitution : le produit doit être utilisé immédiatement.

Manipulation

Bien agiter avant emploi pour mettre le vaccin en suspension.

Après agitation, le vaccin se présente comme une suspension blanche légèrement opaque. En cas de coloration anormale ou de présence de particules étrangères, le vaccin ne doit pas être utilisé.

L'administration du vaccin doit être consignée par le médecin sur le carnet de vaccination ou de santé avec le numéro de lot.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Remboursement

Selon l'arrêté du 26 octobre 2011, les vaccins HAVRIX 720 (nourrissons et enfants) et HAVRIX 1440 (adultes) sont désormais remboursables par la Sécurité sociale chez les patients atteints de mucoviscidose (la prévention des hépatites est essentielle chez ces patients à risque de complications hépatiques) et chez les patients présentant une hépatopathie chronique active, notamment lorsque celle ci est due au virus de l'hépatite B ou au virus de l'hépatite C. 

L'HAS dans son avis du 19 mai 2010 indique le Service médical rendu est important chez les patients atteints de mucoviscidose et les patients atteints d'hépatopathies chroniques actives.

Autres informations

La transmission du virus de l'hépatite A intervient généralement par ingestion d'eau ou d'aliments contaminés. Les personnes au contact des sujets contaminés s'infectent habituellement par voie orofécale.

La possibilité d'une transmission par voie sanguine ou sexuelle (rapports oro-anaux) a également été démontrée.

Il est possible que l'infection, non reconnue, soit présente au moment de la vaccination. Dans de tels cas, la vaccination ne semble pas modifier le cours de l'infection.

Prix

14,61 € TTC

L'honoraire de dispensation perçu par le pharmacien est inclus dans ce prix.

Composants non antigéniques

Résumé à l'intention du public

http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=60152436&typedoc=N