Suspension de la recommandation de vacciner tous les nourrissons en mai 2015

Description

Vaccin oral à rotavirus (vivant)

Classe

Vivant

Forme et présentation

1 dose de poudre en récipient en verre (verre de type I) avec un bouchon (caoutchouc butyle)
1 ml de solvant en applicateur pour administration orale (verre de type I) avec un bouchon-piston et un capuchon protecteur (caoutchouc butyle)

Adaptateur de transfert pour la reconstitution (1/dose) dans les présentations suivantes :
- boîte de 1 récipient en verre de poudre + 1 applicateur pour administration orale de solvant
- boîte de 5 récipients en verre de poudre + 5 applicateurs pour administration orale de solvant
- boîte de 10 récipients en verre de poudre + 10 applicateurs pour administration orale de solvant - boîte de 25 récipients en verre de poudre + 25 applicateurs pour administration orale de solvant

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.





Composition

Par dose de 1 ml ou de 1,5 ml*, suivant la présentation

Antigène :

Rotavirus humain, souche RIX4414 (vivante atténuée)** ≥106.0 DICC50

Excipients : 

  • Poudre : saccharose, dextran, sorbitol, acides aminés, milieu Eagle modifié de Dulbecco (DMEM).
  • Solvant : carbonate de calcium, gomme xanthane, eau stérile.

Teneur en saccharose : 9 mg/ml par dose de 1 ml, 1073 mg par dose de 1.5 ml
Teneur en sorbitol : 13,5 mg/ml par dose de 1 ml, 1073 mg par dose de 1.5 ml 

* après reconstitution
** produite sur cellules Vero

Indications

Rotarix est indiqué dans l’immunisation active des nourrissons âgés de 6 à 24 semaines pour la prévention des gastro-entérites dues à une infection à rotavirus (voir les rubriques "Posologie", "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Pharmacodynamie" du RCP).

L'utilisation de Rotarix doit se baser sur les recommandations officielles.

Posologie

Le schéma de vaccination comporte 2 doses. La première dose peut être administrée à partir de l'âge de 6 semaines. L'intervalle entre les doses doit être au moins de 4 semaines. Le schéma de vaccination doit préférentiellement être administré avant l'âge de 16 semaines, et doit être terminé avant l'âge de 24 semaines.

Rotarix peut être administré à la même posologie à des nourrissons nés prématurés à 27 semaines de grossesse ou plus (voir rubriques "Effets indésirables" et "Pharmacodynamie" du RCP.

Dans les essais cliniques, le vaccin a rarement été craché ou régurgité et, dans ces circonstances, une dose de remplacement n'a pas été administrée. Cependant, dans l'éventualité rare où un nourrisson recrache ou régurgite la majeure partie de la dose administrée de vaccin, une dose unique de remplacement peut être donnée lors de la même consultation.

Il est recommandé aux nourrissons qui ont reçu une première dose de Rotarix de terminer le schéma de vaccination en 2 doses avec Rotarix. Il n'y a aucune donnée de tolérance, d'immunogénicité ou d'efficacité quand Rotarix est administré comme première dose et un autre vaccin à rotavirus comme seconde dose ou vice versa.

Population pédiatrique

Rotarix ne doit pas être utilisé chez l’enfant âgé de plus de 24 semaines. 

Mode d'administration

Rotarix doit être administré par voie orale.

Rotarix ne doit jamais être injecté.

Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.

Hypersensibilité suite à une précédente administration de vaccins rotavirus.

Antécédents d'invagination intestinale.

Sujets ayant une malformation congénitale non opérée du tractus gastro-intestinal pouvant prédisposer à une invagination intestinale.

Sujets ayant une ImmunoDéficience Combinée Sévère (IDCS) (voir rubrique "Effets indésirables").

L'administration de Rotarix doit être différée chez les sujets ayant une maladie fébrile sévère aiguë. La présence d'une infection bénigne n'est pas une contre-indication à la vaccination.

L'administration de Rotarix doit être différée chez les sujets présentant une diarrhée ou des vomissements.

Mises en garde et précautions d'emploi

Rotarix ne doit jamais être injecté.

La vaccination doit être précédée d’une recherche des antécédents médicaux notamment concernant les contre-indications et d’un examen clinique. 

Il n’y a aucune donnée de tolérance et d’efficacité de Rotarix chez les nourrissons ayant une pathologie gastro-intestinale ou un retard de croissance. L’administration de Rotarix peut être considérée avec prudence chez ces nourrissons quand, selon l’avis du médecin, le fait de différer la vaccination entraîne un risque plus grand.

Par mesure de précaution, les professionnels de santé doivent surveiller tout symptôme évocateur d'une invagination intestinale (douleur abdominales sévères, vomissements persistants, présence de sang dans les selles, ballonnements abdominaux et/ou fièvre élevée) car les données issues d'études observationnelles de tolérance indiquent une augmentation du risque d'invagination intestinale, principalement dans les 7 jours suivant l'administration d'un vaccin à rotavirus (voir rubrique "Effets indésirables"). Il doit être recommandé aux parents/tuteurs de rapporter immédiatement de tels symptômes à leurs professionnels de santé.

Pour les sujets ayant une prédisposition aux invaginations intestinales aiguës: se reporter à la rubrique: "Contre indications".

Une altération de la tolérance ou de l’efficacité de Rotarix n’est pas attendue dans le cas d’une infection par le VIH asymptomatique ou légèrement symptomatique. Un essai clinique réalisé chez un nombre limité de nourrissons séropositifs au VIH et asymptomatiques ou légèrement symptomatiques n’a montré aucun problème apparent de tolérance (voir rubrique "Effets indésirables").

L’administration de Rotarix à des nourrissons ayant une immunodéficience connue ou suspectée doit être soigneusement évaluée compte tenu des bénéfices et des risques potentiels. 

L’excrétion du virus vaccinal dans les selles est connue pour survenir après vaccination avec un pic d’excrétion vers le 7ème jour. Les particules antigéniques virales détectées par ELISA ont été retrouvées dans 50 % des selles après la 1ère dose et dans  4% des selles après la seconde dose. Quand la présence de souche vaccinale vivante a été recherchée dans les selles, seules 17 % des selles étaient positives. 

Des cas de transmission de ces virus vaccinaux excrétés ont été observés chez des sujets contacts sans symptôme clinique associé. 

Rotarix doit être administré avec prudence chez les personnes en contact proche avec des patients immunodéprimés, tels que des patients atteints d’affections malignes ou des patients sous traitement immunosuppresseur. 

Les personnes en contact avec des sujets récemment vaccinés doivent observer des règles d’hygiène personnelle (tel que se laver les mains après avoir changé les couches du nourrisson). 

Le risque potentiel d'apnée avec nécessité de surveillance respiratoire pendant 48-72 h doit être soigneusement pris en compte lors de l'administration des deux doses vaccinales chez les grands prématurés (nés à 28 semaines de grossesse ou moins) et particulièrement chez ceux ayant des antécédents d'immaturité respiratoire. 

En raison du bénéfice élevé de la vaccination chez ces nourrissons, l'administration ne doit pas être suspendue ou reportée. 

Une réponse immunitaire protectrice peut ne pas être obtenue chez tous les sujets vaccinés (voir rubrique "Pharmacodynamie") 

L’étendue de la protection que Rotarix pourrait conférer à d’autres souches de rotavirus qui n’ont pas circulées lors des essais cliniques n’est actuellement pas connue. Les données d’efficacité sont issues d’études cliniques réalisées en Europe, en Amérique Centrale et du Sud et en Afrique (voir rubrique "Pharmacodynamie"). 

Rotarix ne protège pas contre les gastro-entérites dues à des pathogènes autres que les rotavirus. 

Aucune donnée n’est disponible concernant l’utilisation de Rotarix en prophylaxie post-exposition.

Le vaccin contient du saccharose et du sorbitol en tant qu’excipients. Les sujets qui ont de rares problèmes héréditaires d’intolérance au fructose, de malabsorption du glucose-galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase ne doivent pas recevoir ce vaccin.

Interactions

Rotarix peut être administré simultanément avec l'un des vaccins monovalents ou combinés suivants (incluant les vaccins hexavalents [DTCa-HepB-IPV/Hib]) : vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche à germes entiers (DTCe), vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche acellulaire (DTCa), vaccin Haemophilus influenzae de type b (Hib), vaccin poliomyélitique inactivé (IPV), vaccin hépatite B (HepB), vaccin conjugué pneumococcique et vaccin conjugué méningococcique du groupe C. Les études cliniques ont montré que les réponses immunitaires et les profils de tolérance des vaccins administrés n'étaient pas modifiés.

L'administration concomitante de Rotarix et du vaccin poliomyélitique oral (VPO) n'affecte pas la réponse immunitaire aux antigènes poliomyélitiques. Bien que l'administration concomitante du vaccin poliomyélitique oral puisse faiblement réduire la réponse immunitaire au vaccin rotavirus, un essai clinique impliquant plus de 4200 sujets ayant reçu de façon concomitante Rotarix et le VPO a montré que la protection clinique contre les gastro-entérites à rotavirus sévères était conservée.

Il n'y a aucune restriction concernant la consommation de nourriture ou de liquide, y compris le lait maternel, que ce soit avant ou après la vaccination.

Grossesse

Rotarix n'étant pas destiné à l'adulte, il n'y a pas de données concernant l'utilisation du vaccin chez la femme pendant la grossesse et l'allaitement.

Allaitement

D'après les données issues des essais cliniques, l'allaitement ne réduit pas la protection contre les gastroentérites à rotavirus, conférée par Rotarix. Ainsi, l'allaitement peut être poursuivi pendant le schéma de vaccination.

Effets indésirables

1. Résumé du profil de tolérance

Le profil de sécurité présenté ci-dessous repose sur les données issues des essais cliniques réalisés, soit avec la formulation lyophilisée, soit avec la formulation liquide de Rotarix. Au cours de 4 essais cliniques, environ 3.800 doses de Rotarix formulation liquide ont été administrées à environ 1 900 nourrissons. Ces essais ont montré que le profil de sécurité de la formulation liquide est comparable à celui de la formulation lyophilisée. 

Au cours des 23 études cliniques, environ 106 000 doses de Rotarix (formulation lyophilisée ou liquide) ont été administrées à environ 51 000 nourrissons. 

Dans 3 essais cliniques contrôlés versus placebo (Finlande, Inde et Bangladesh), dans lesquels Rotarix a été administré seul (l’administration des vaccins pédiatriques usuels était décalée), l’incidence et la sévérité des événements, diarrhées, vomissements, perte d’appétit, fièvre, irritabilité et toux/écoulement nasal n’étaient pas significativement différentes dans le groupe recevant Rotarix comparé au groupe placebo. Aucune augmentation de l’incidence ou de la sévérité de ces événements n’a été observée après la seconde dose. 

Au cours d’une analyse poolée de 17 essais cliniques contrôlés versus placebo (Europe, Amérique du Nord, Amérique Latine, Asie, Afrique) incluant les essais dans lesquels Rotarix était co-administré avec des vaccins pédiatriques habituels (voir rubrique Interactions), les effets indésirables suivants ont été considérés comme possiblement liés à la vaccination. 

Effets indésirables

Les effets indésirables rapportés sont listés selon les fréquences suivantes :

Les fréquences sont reportées comme suit : 

  • Très fréquent : ≥ 1/10
  • Fréquent : ≥ 1/100 à < 1/10
  • Peu fréquent : ≥ 0,100 à < 1/100 
  • Rare : ≥ 1/10 000 à <1/1000
  • Très rare : < 1/10000

Affections gastro-intestinales

  • Fréquent : Diarrhée 
  • Peu fréquents : Douleurs abdominales, flatulences
  • Très rare : Invagination intestinale (voir rubrique "Mise en garde et précaution d'emploi").
  • Indéterminée* : Rectorragies
  • Indéterminée* : Gastroentérite avec excrétion du virus vaccinal chez les nourrissons ayant une ImmunoDéficience Combinée Sévère (IDCS)

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

  • Peu fréquent : Dermatites 

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Fréquent : Irritabilité

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales 

  • Indéterminée* : Apnée chez les très grands prématurés (≤ 28 semaines de grossesse) (voir rubrique "Mise en garde et précaution d'emploi").

* Ces événements ayant été rapportés spontanément, il n'est pas possible d'estimer de manière fiable leur fréquence.

2. Description de certains effets indésirables

Invagination intestinale

Les données d'études observationnelles de tolérance réalisées dans plusieurs pays indiquent que les vaccins à rotavirus sont associés à une augmentation du risque d'invagination intestinale, principalement dans les 7 jours suivant la vaccination. Jusqu'à 6 cas additionnels pour 100 000 nourrissons ont été observés aux Etats-Unis et en Australie, au regard d'une incidence basale annuelle de 33 à 101 pour 100 000 nourrissons (âgés de moins de un an), respectivement.

Il existe des preuves limitées d'une faible augmentation de ce risque après la seconde dose.

A ce jour, il n'a pas été déterminé si les vaccins à rotavirus affectent l'incidence globale des invaginations intestinales sur la base de périodes de suivi plus longues (voir rubrique "Mise en garde et précaution d'emploi").

3. Autres populations spécifiques

Tolérance chez les nourrissons nés prématurés. 

Dans une étude clinique, 670 nourrissons prématurés nés entre 27 à 36 semaines de grossesse ont reçu Rotarix et 339 un placebo. La première dose a été administrée à partir de l’âge de six semaines. Des événements indésirables graves ont été observés chez 5,1% des nourrissons ayant reçu Rotarix et chez 6,8% des nourrissons ayant reçu un placebo. Des taux similaires d’autres événements indésirables ont été observés chez les nourrissons ayant reçu Rotarix ou un placebo. Aucun cas d’invagination intestinale n’a été rapporté.

Tolérance chez les nourrissons infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Dans une étude clinique, 100 nourrissons infectés par le VIH ont reçu du Rotarix ou un placebo. Le profil de sécurité était similaire entre les nourrissons ayant reçu Rotarix et ceux ayant reçu le placebo.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectées après autorisation du vaccin est importante. Elle permet un rapport bénéfice/risque du vaccin. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le  système national de déclaration: Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé pour  la France. 

Pharmacodynamie

Classe pharmaco-thérapeutique : vaccins contre les diarrhées à rotavirus, code ATC :J07BH01

1. Efficacité protectrice

L'efficacité a été démontrée dans les essais cliniques, contre les gastro-entérites à rotavirus des génotypes les plus courants G1P [8], G2P [4], G3P [8], G4P [8] et G9P [8]. En outre, l'efficacité contre les génotypes peu fréquents de rotavirus G8P [4] (gastro-entérites sévères) et G12P [6] (autres gastro-entérites) a été démontrée. Ces souches sont en circulation à travers le monde.

Des études cliniques ont été conduites en Europe en Amérique Latine, en Afrique et en Asie pour évaluer l’efficacité protectrice de Rotarix contre toutes les gastro-entérites et les gastro-entérites sévères à rotavirus.

La sévérité de la gastro-entérite était définie selon deux critères différents :

  • l’échelle à 20points de Vesikari qui évalue le tableau clinique complet de la gastro-entérite à rotavirus en tenant compte de la sévérité et de la durée de la diarrhée et des vomissements, la sévérité de la fièvre et de la déshydratation ainsi que la nécessité de recourir à un traitement, ou
  • la définition des cas cliniques basée sur le critère de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’efficacité de la protection clinique était évaluée dans la cohorte per protocole (ATP) qui inclut tous les sujets entrant dans la période de suivi de l’efficacité.

1.2. Efficacité protectrice en Europe

Une étude clinique réalisée en Europe a évalué Rotarix administré selon différents schémas d’administration européens (2, 3 mois ; 2, 4 mois ; 3, 4 mois ; 3, 5 mois) chez 4000 sujets. Après 2 doses de Rotarix, l’efficacité protectrice du vaccin observée au cours des 1ère et 2ème années de vie est présentée dans le tableau suivant :

La gastro-entérite sévère était définie par un score 11 sur l’échelle de Vesikari
* Statistiquement non significatif (p>0,05). Ces données sont à interpréter avec précaution.

L’efficacité du vaccin durant la première année de vie a progressivement augmenté avec la sévérité de la maladie, en atteignant 100 % (IC 95 % : 84,7;100) pour les scores de Vesikari 17.

1.3. Efficacité protectrice en Amérique latine

Une étude clinique conduite en Amérique Latine a évalué Rotarix chez plus de 20 000 sujets. La sévérité des gastro-entérites (GE) était définie selon les critères OMS. L’efficacité protectrice du vaccin contre les gastro-entérites sévères à rotavirus (RV) nécessitant une hospitalisation et/ou un traitement par réhydratation dans une structure médicale et l’efficacité spécifique du vaccin par génotype après 2 doses de Rotarix sont présentés dans le tableau ci-dessous :

† La gastro-entérite sévère à rotavirus était définie comme un épisode de diarrhée avec ou sans vomissements qui a nécessité une hospitalisation et/ou un traitement par réhydratation dans une structure médicale (critère de l’OMS)
* Statistiquement non significatif (p>0,05). Ces données sont à interpréter avec précaution.

# Le nombre de cas sur lequel repose l’estimation de l’efficacité contre le sérotype G4P[8] était faible (1 cas dans le groupe Rotarix et 2 cas dans le groupe placebo).

Une analyse poolée de 5 études d’efficacité* a estimé à 71,4 % (IC 95 % : 20,1 ; 91,1) l’efficacité contre les gastro-entérites sévères à rotavirus (score Vesikari ≥ 11) dues au rotavirus de génotype G2P[4] pendant la 1ère année de vie.
*Dans ces études, l’efficacité estimée et les intervalles de confiance étaient respectivement : 100 % (IC : 95 % : -1 858,0 ; 100), 100 % (IC 95 % : 21,1 ; 100), 45,4 % (IC 95 % : -81,5 ; 86,6) et 74,7 % (IC 95 % : -386,2 ; 99,6). Aucune estimation n’était disponible dans la dernière étude.

1.4. Efficacité protectrice en Afrique

Une étude clinique réalisée en Afrique (Rotarix: N = 2 974; placebo: N = 1 443) a évalué Rotarix administré à des enfants âgés d’environ 10 et 14 semaines (2 doses) ou à des enfants âgés de 6, 10 et 14 semaines (3 doses). L'efficacité du vaccin contre les gastro-entérites graves à rotavirus au cours de la première année de vie était de 61,2 % (IC 95 % : 44,0 ; 73,2). L'efficacité protectrice du vaccin (mise en commun des doses) observée contre toutes gastro-entérites sévères à rotavirus est présentée dans le tableau suivant:

† La gastro-entérite sévère était définie par un score 11 sur l’échelle de Vesikari
* Statistiquement non significatif (p>0,05). Ces données sont à interpréter avec précaution.

1.5. Efficacité jusqu’à l’âge de 3 ans en Asie

Une étude clinique menée en Asie (Hong Kong, Singapour et Taïwan) (cohorte total vaccinées : Rotarix: N = 5 359; placebo: N = 5 349) a évalué Rotarix selon des calendriers différents (2, 4 mois d'âge; 3, 4 mois d'âge).

Durant la première année, il y avait significativement moins de sujets dans le groupe Rotarix ayant présenté des gastro-entérites sévères à rotavirus dues à la circulation du rotavirus de type sauvage comparés au groupe placebo pendant les 2 semaines après la 2ème dose jusqu’à un an d’âge (0,0 % contre 0,3 %) , avec une efficacité vaccinale de 100 % (IC 95 %: 72,2 ; 100).

L'efficacité protectrice du vaccin après deux doses de Rotarix observée contre les gastro-entérites sévères à rotavirus jusqu'à 2 ans d'âge est présentée dans le tableau suivant:

† La gastro-entérite sévère était définie par un score 11 sur l’échelle de Vesikari
* Statistiquement non significatif (p>0,05). Ces données sont à interpréter avec précaution.

Durant la troisième année de vie, il n'y avait aucun cas de gastro-entérites sévères à RV dans le groupe Rotarix (N = 4 222) contre 13 (0,3%) dans le groupe placebo (n = 4 185). L'efficacité du vaccin était de 100 % (IC 95 % : 67,5 ; 100). Les cas de gastro-entérites sévères à RV étaient dus à des souches RV G1P[8], G2P[4], G3P[8] et G9P[8]. L'incidence des gastro-entérites sévères à RV associée à des génotypes individuels était trop faible pour permettre le calcul de l'efficacité. L'efficacité contre les gastro-entérites sévères à RV conduisant à une hospitalisation a été de 100 % (IC 95 % : 72,4 ; 100).

2. Réponse immunitaire

Le mécanisme immunologique selon lequel Rotarix protège contre les gastro-entérites à rotavirus n’est pas complètement connu. La relation entre les réponses en anticorps après vaccination contre le rotavirus et la protection conte les gastro-entérites à rotavirus n’a pas été établie.

Le tableau suivant montre le pourcentage de sujets initialement séronégatifs au rotavirus (taux en anticorps IgA < 20 U/ml) (par ELISA) ayant un taux sérique en anticorps IgA anti-rotavirus > 20 UI/ml 1 à 2 mois après la seconde dose de vaccin ou placebo, dans les différentes études.

Réponse immunitaire chez les nourrissons nés prématurés

Dans une étude clinique réalisée chez des nourrissons nés prématurés, à 27 semaines de grossesse ou plus, l’immunogénicité de Rotarix a été évaluée dans un sous-groupe de 147 sujets et a montré que Rotarix est immunogène dans cette population ; 85,7 % (IC 95 % : 79,0 ; 90,9) des sujets ont atteint des titres sériques en anticorps IgA anti-rotavirus ≥ 20 UI/ml (par méthode ELISA), un mois après la seconde dose de vaccin.

3. Efficacité sur le terrain

Dans des études observationnelles, l’efficacité sur le terrain a été démontrée contre les gastro-entérites sévères conduisant à l’hospitalisation dues aux rotavirus de génotypes courants G1P[8], G2P[4], G3P[8], G4P[8] et G9P[8] et de génotypes moins courants G9P[4] and G9P[6]. Toutes ces souches sont en circulation à travers le monde.

Efficacité sur le terrain après 2 doses, dans la prévention des gastro-entérites à rotavirus conduisant à une hospitalisation

m: mois

*Non statistiquement significatif (P ≥ 0,05). Ces données doivent être interprétées avec prudence.
(1) Le nombre de cas et de témoins complètement vaccinés (2 doses) ou non vaccinés est présenté.
(2) Etudes soutenues par GSK
(3) Données issues d’une analyse post-hoc
(4) L’efficacité sur le terrain du vaccin a été calculée en utilisant des témoins hospitalisés non infectés par le rotavirus (les estimations de l’étude réalisée à Taïwan ont été calculées en utilisant de façon combinée des témoins hospitalisés non infectés par le rotavirus et des témoins hospitalisés ne présentant pas de diarrhée). 

(5) L’efficacité sur le terrain du vaccin a été calculée en utilisant des témoins provenant du voisinage.
(6) Chez les sujets n’ayant pas reçu le schéma vaccinal complet, l’efficacité sur le terrain après une dose était comprise entre 51 % (IC 95 % : 26;67, au Salvador) et 60 % (IC 95 % : 37;75, au Brésil).
(7) NA : non disponible. L’efficacité sur le terrain du vaccin est basée sur 41 cas ayant reçu le schéma vaccinal complet et sur 175 cas témoins ayant reçu le schéma vaccinal complet

4. Impact sur la mortalité§

Les études d’impact avec Rotarix menées au Panama, au Brésil et au Mexique ont montré une diminution de la mortalité pour diarrhée de toutes causes allant de 17 % à 73 % chez les enfants de moins de 5 ans, dans les 2 à 4 ans après l’introduction du vaccin.

5. Impact sur les hospitalisations§

Dans une étude rétrospective de base de données menée en Belgique chez les enfants de 5 ans et moins, l'impact direct et indirect de la vaccination par Rotarix sur les hospitalisations liées au rotavirus allaient de 64 % (IC 95 %: 49; 76) à 80 % (IC 95 % : 77; 83) deux ans après l'introduction du vaccin. Des études similaires en Arménie, Australie, Brésil, Canada, Salvador et Zambie ont montré une réduction de 45 à 93 % entre 2 et 4 ans après l’introduction du vaccin.
De plus, neuf études d'impact sur les hospitalisations pour diarrhée de toutes causes menées en Afrique et Amérique latine ont montré une réduction de 14 % à 57 % entre 2 et 5 ans après l'introduction du vaccin.

§ NOTE: Les études d'impact visent à établir une relation temporelle, mais pas une relation causale entre la maladie et la vaccination. Les fluctuations naturelles de l'incidence de la maladie peuvent également influencer l'effet temporel observé.

Conservation

Durée de conservation: 3 ans

A conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C).

Ne pas congeler.

Conserver dans l'emballage extérieur d'origine, à l'abri de la lumière. 

Après reconstitution

Après la reconstitution, le vaccin doit être administré immédiatement. S'il n'est pas utilisé immédiatement, le conservation en cours d’utilisation ne doit pas dépasser 24 heures à une température entre 2 °C et 25 °C.

Manipulation

Pour la formulation de Rotarix poudre et solvant pour suspension buvable

Avant reconstitution

Un dépôt blanc et un surnageant limpide sont observés lors de la conservation de l'applicateur pour administration orale contenant le solvant. Le solvant doit être inspecté visuellement avant et après avoir été agité pour détecter la présence de toute particule étrangère et/ou d'altération de l'aspect physique avant la reconstitution. 

Après reconstitution

Le vaccin reconstitué est légèrement plus trouble que le solvant avec un aspect blanc laiteux. 

Le vaccin reconstitué doit également être inspecté visuellement pour mettre en évidence la présence de toute particule étrangère et/ou changement de l'aspect physique avant administration. Dans l’un et/ou l’autre de ces cas, jetez le vaccin.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Instructions pour la reconstitution et l'administration du vaccin

1. Retirer le bouchon plastique du récipient en verre contenant la poudre.
2. Connecter l'adaptateur de transfert sur le récipient en verre en le poussant vers le bas jusqu'à ce que l'adaptateur de transfert soit placé correctement et de façon sûre.
3. Agiter vigoureusement l'applicateur pour administration orale contenant le solvant. La suspension agitée apparaîtra comme un liquide trouble avec un dépôt blanc sédimentant lentement.
4. Retirer le capuchon protecteur de l'applicateur pour administration orale.
5. Connecter l'applicateur pour administration orale sur l'adaptateur de transfert en le poussant fermement sur le dispositif.
6. Injecter le contenu de l'applicateur pour administration orale dans le récipient en verre contenant la poudre.
7. Avec l'applicateur pour administration orale encore attaché, secouer le récipient en verre et l'examiner jusqu'à obtenir une suspension complète de la poudre. Le vaccin reconstitué apparaîtra plus trouble que le solvant seul. Cette apparence est normale.
8. Récupérer la totalité du mélange avec l'applicateur pour administration orale.
9. Retirer l'applicateur pour administration orale de l'adaptateur de transfert.
10. Le vaccin est destiné à une administration orale uniquement. L'enfant doit être assis en position inclinée. Administrer oralement tout le contenu de l'applicateur pour administration orale (en administrant le contenu complet de l'applicateur pour administration orale à l'intérieur de la joue).
11. Ne pas injecter.

Si le vaccin reconstitué doit être conservé temporairement avant l'administration, replacer le capuchon protecteur sur l'applicateur pour administration orale. L'applicateur pour administration orale contenant le vaccin reconstitué doit être agité à nouveau juste avant l'administration orale. Ne pas injecter.

L'administration du vaccin doit être consignée par le médecin sur le carnet de vaccination ou de santé avec le numéro de lot.

Pour la formulation de Rotarix suspension buvable en applicateur pré-rempli pour administration orale et en tube souple pré-rempli:

Le vaccin se présente sous la forme d'un liquide limpide, incolore, exempt de particules visibles; il est prêt à l'emploi, doit être administré oralement et ne doit pas être mélangé à d'autres vaccins ou solutions.

Remboursement

Non remboursable à ce jour.

Résumé à l'intention du public

http://www.ema.europa.eu/docs/fr_FR/document_library/EPAR_-_Summary_for_the_public/human/000639/WC500054587.pdf