Description

Vaccin conjugué contre Haemophilus influenzae de type b et le méningocoque C

Classe

Inerte
- Polyosidique conjugué

Forme et présentation

Poudre et solvant pour solution injectable.

Poudre blanche et solvant clair et incolore.

Poudre en flacon (verre de type I) muni d’un bouchon (caoutchouc butyle),
0,5 ml de solvant en seringue préremplie (verre de type I) avec un bouchon piston (caoutchouc butyle) avec ou sans aiguilles séparées dans les conditionnements suivants :

  • conditionnement contenant 1 flacon de poudre et une seringue préremplie de solvant avec 2 aiguilles séparées ou sans aiguilles
  • conditionnement contenant 10 flacons de poudre et 10 seringues préremplies de solvant avec 20 aiguilles séparées ou sans aiguilles

Tous les conditionnements peuvent ne pas être commercialisés.

Composition

1. Antigène

  • Polyoside d’Haemophilus type b (polyribosylribitol phosphate) : 5 microgrammes
    conjugué à l’anatoxine tétanique comme protéine de transport : 12,5 microgrammes
  • Polyoside de Neisseria meningitidis du sérogroupe C (souche C11) : 5 microgrammes
    conjugué à l’anatoxine tétanique comme protéine de transport : 5 microgrammes

2. Autres composants 

Poudre

  • Trometamol
  • Saccharose

Solvant

  • Chlorure de sodium
  • Eau pour préparations injectables

Indications

Immunisation active des nourrissons âgés de 2 mois à 2 ans pour la prévention des maladies invasives dues à Haemophilus influenzae type b (Hib) et à Neisseria meningitidis du groupe C (MenC).

Posologie

Primovaccination des nourrissons âgés de 2 à 12 mois

Trois doses, chacune de 0,5 ml, doivent être administrées avec un intervalle d’au moins un mois entre les doses.

Dans le cadre de la primovaccination en 3 doses, il n’y a pas de données sur l’utilisation de Menitorix pour une ou deux doses et l’utilisation d’autres vaccins Hib et/ou MenC conjugué pour les ou l’autre dose(s). Il est recommandé que les nourrissons qui ont reçu Menitorix à la première dose reçoivent aussi ce vaccin à la deuxième dose et à la troisième dose de la primovaccination.

Vaccination de rappel

Une dose de rappel de Hib et de menC doit être administrée après une primovaccination chez les nourrissons. Les nourrissons ayant reçu en primovaccination un vaccin combiné coquelucheux acellulaire contenant Hib, doivent recevoir une vaccination de rappel Hib avant l’âge de 2 ans.

Une dose unique (0,5 ml) de rappel de Menitorix peut être utilisée pour renforcer l’immunité vis-à-vis de Hib et MenC chez les enfants qui ont reçu une primovaccination complète avec Menitorix ou avec d’autres vaccins conjugués Hib et MenC. L’âge du rappel doit être conforme aux recommandations officielles disponibles et doit habituellement se situer après l’âge de 12 mois et avant 2 ans.
Il n’est pas recommandé d’utiliser Menitorix chez l’enfant au-dessus de 2 ans en raison du manque de données de tolérance et d’efficacité.

Les données d’immunogénicité à long terme de Menitorix, utilisé en primovaccination et en rappel, ne sont pas encore disponibles (voir rubrique "Pharmacodynamie").

Menitorix doit être administré uniquement par voie intramusculaire, de préférence dans la face antérolatérale de la cuisse. Chez les enfants âgés de 12 à 24 mois, le vaccin peut être administré dans la région deltoïdienne (voir aussi rubriques "Mises en garde et précaution d'emploi" et "Interactions").

Menitorix ne doit en aucun cas être administré par voir intravasculaire, intradermique ou sous-cutanée.

Mode d'administration

Menitorix doit être administré uniquement par voie intramusculaire, de préférence dans la face antérolatérale de la cuisse. Chez les enfants âgés de 12 à 24 mois, le vaccin peut être administré dans la région deltoïdienne (voir aussi rubriques "Mises en garde et précaution d'emploi" et "Interactions").

Menitorix ne doit en aucun cas être administré par voir intravasculaire, intradermique ou sous-cutanée.

Contre-indications

Hypersensibilité aux substances actives, y compris à l’anatoxine tétanique, ou à l’un des excipients.

Réaction d’hypersensibilité après injection antérieure de Menitorix.

Maladie fébrile aiguë sévère. La présence d’une infection mineure n’est pas une contre- indication à la vaccination.

Mises en garde et précautions d'emploi

Comme avec tous les vaccins injectables, il est recommandé de toujours disposer d’un traitement médical approprié et d’assurer une surveillance pour le cas rare où surviendrait une réaction anaphylactique suivant l’administration du vaccin.

La vaccination doit être précédée d’une recherche des antécédents médicaux (notamment concernant les vaccinations antérieures et les événements indésirables ayant pu survenir) et d’un examen clinique.

Le vaccin doit être administré avec précaution chez les sujets présentant une thrombocytopénie ou un trouble de la coagulation. Il n’existe pas de donnée disponible sur l’administration de Menitorix par voie sous-cutanée, de ce fait, la possibilité d’une toxicité ou d’une efficacité réduite qui pourrait résulter de l’administration par cette voie est inconnue.

Menitorix confère uniquement une protection contre l’Haemophilus influenzae type b et le Neisseria meningitidis du groupe C. Comme pour tout vaccin, il se peut que Menitorix ne protège pas totalement tous les sujets vaccinés, contre les maladies qu’il est censé prévenir.

Il n’existe pas de données disponibles sur l’administration de Menitorix chez les nourrissons n’ayant pas reçu une primovaccination avec des vaccins conjugués Hib et MenC.

Il n’y a pas de données disponibles sur l’utilisation de Menitorix chez les sujets immunodéprimés. Chez les sujets présentant une altération de la réponse immunitaire (qu’elle soit due à l’utilisation d’un traitement immunosuppresseur, à une anomalie génétique, à une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), ou à toute autre cause) une réponse immunitaire protectrice aux vaccins conjugués Hib et MenC peut ne pas être obtenue. Les sujets présentant un déficit du complément et les sujets présentant une asplénie fonctionnelle ou anatomique peuvent développer une réponse immunitaire aux vaccins conjugués Hib et MenC; cependant, le degré de protection qui serait acquis est inconnu.

Il n’y a pas de données disponibles quant à l’utilisation de Menitorix chez les nourrissons qui étaient nés prématurément. C’est pourquoi le degré de protection qui serait acquis est inconnu.

Bien que des symptômes méningés tels que douleur/raideur de la nuque ou photophobie aient été rapportés après l’administration d’autres vaccins conjugués MenC, il n’y a pas de preuve que les vaccins conjugués MenC provoquent une méningite. Il faut maintenir une vigilance clinique vis-à-vis de la possibilité d’une méningite coïncidente.

L’immunisation avec ce vaccin ne remplace pas la vaccination de routine contre le tétanos.

Comme l’antigène capsulaire polysaccharidique du composant Hib est excrété dans les urines, un test positif de l’antigène dans les urines peut être observé dans les 1 à 2 semaines après la vaccination. D’autres tests de diagnostic, non basés sur la détection de l’antigène capsulaire dans les urines, doivent être réalisés pour confirmer l’infection par Hib pendant cette période.

Interactions

Menitorix ne doit pas être mélangé avec un autre vaccin dans la même seringue.

Des sites d’injection distincts doivent toujours être utilisés en cas d’administration de plusieurs vaccins.

Dans plusieurs études avec des vaccins méningococciques conjugués monovalents du groupe C enregistrés, l’administration concomitante avec des vaccins combinés diphtérie, tétanos, coquelucheux acellulaire (avec ou sans virus inactivés de la poliomyélite, antigène de surface de l’hépatite B ou Hib conjugué [par exemple DTCaP-HepB-Hib*]), a montré des moyennes géométriques des titres (MGT) en anticorps sériques bactéricides (ASB) inférieures comparées à celles obtenues après administrations séparées ou après co-administration de vaccins coquelucheux à germes entiers. Le pourcentage de sujets atteignant des titres en ASB d’au moins 1/8 n’était pas affecté. Actuellement, l’impact potentiel de ces observations quant à la durée de la protection n’est pas connu.

Lors d’essais cliniques en primovaccination, Menitorix a été administré simultanément (dans chaque cuisse) avec un vaccin DTCaP-HepB. Les réponses à tous les antigènes co-administrés ont été satisfaisantes et similaires à celles obtenues dans les groupes contrôles qui avaient reçu soit du DTCaP-HepB-Hib* coadministré avec un vaccin conjugué MenC (MenCC) soit du DTCaP- HepB*coadministré avec un vaccin conjugué Hib et sans MenCC. La réponse immunitaire aux valences Hib et MenC de Menitorix a seulement été évaluée en primovaccination dans des études cliniques utilisant la co-administration avec des vaccins DTCaP* ou DTCaP-HepB*.

Dans un essai de primovaccination, la coadministration d’un candidat vaccin contenant la même quantité de polyosides conjugués Hib et MenC que Menitorix avec du DTCaP-HepB* et un vaccin pneumococcique osidique conjugué enregistré (les trois injections ont été faites en des sites anatomiquement distants) a donné des réponses immunitaires vis-à-vis des sept sérotypes pneumococciques similaires aux réponses observées dans un groupe ayant reçu du DTCaP-HepB* simultanément au vaccin Hib (conjugué à l’anatoxine tétanique) et un vaccin pneumococcique osidique conjugué enregistré.

Il n’y a pas de données sur l’utilisation simultanée de Menitorix avec un vaccin coquelucheux à germes entiers et avec le vaccin poliomyélitique oral, cependant aucune interférence n’est attendue.

Dans un essai de vaccination de rappel contre Hib et MenC, Menitorix a été coadministré (dans chaque cuisse) avec une première dose de vaccin combiné rougeole, oreillons, rubéole (ROR). Comparé aux deux groupes contrôles ayant reçu soit Menitorix soit le ROR seul, les réponses immunitaires aux antigènes des deux vaccins n’ont pas été affectées par cette administration simultanée. Voir rubriques "Effets indésirable" et "Pharmacodynamie").

* vaccin combiné GlaxoSmithKline

Grossesse

Menitorix n’étant pas destiné à l’adulte, aucune information n’est disponible concernant la tolérance du vaccin durant la grossesse.

Allaitement

Menitorix n’étant pas destiné à l’adulte, aucune information n’est disponible concernant la tolérance du vaccin durant l’allaitement.

Effets indésirables

Essais cliniques

Dans les essais cliniques, Menitorix a été administré en primovaccination (une série de 3 doses) (N = 1171) ou en vaccination de rappel (N = 991). Lorsque Menitorix a été administré en primovaccination (3 doses), un vaccin DTCaP-HepB*(N = 796) ou un vaccin DTCaP* (N=375) a été administré simultanément.

Lors de ces études, les événements indésirables ont été rapportés le plus souvent dans les 48 heures suivant la vaccination.

Dans deux études cliniques (N=578), Menitorix a été administré simultanément avec un vaccin Rougeole, Oreillons, Rubéole (ROR). Dans l’un de ces essais, l’incidence des événements indésirables observés chez les sujets qui avaient reçu Menitorix simultanément avec le ROR* (N = 102) a été similaire à celle observée dans le groupe ayant reçu ROR seul (N = 91) ou Menitorix seul (N = 104). (Voir Rubriques "Interactions" et "Pharmacodynamie").

Les événements indésirables considérés comme ayant au moins une relation possible avec la vaccination ont été catégorisés par fréquence comme suit :

Très fréquent : ≥ 1/10
Fréquent : ≥ 1/100, < 1/10
Peu fréquent : ≥ 1/1000, < 1/100
Rare : ≥ 1/10 000, < 1/1000
Très rare : < 1/10 000
Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

Au sein de chaque groupe de fréquence, les événements indésirables sont rapportés par ordre décroissant de gravité.

Affections psychiatriques 

  • Très fréquent : irritabilité. 
  • Peu fréquent : pleurs

Affections du système nerveux

  • Très fréquent : somnolence

Affections gastro-intestinales

  • Très fréquent : perte d’appétit
  • Peu fréquent : diarrhée, vomissements

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

  • Peu fréquent : dermatite atopique
  • Rare : éruption cutanée

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Très fréquent : fièvre (rectale ≥ 38° C), gonflement, douleur, rougeur
  • Fréquent : réaction au site d’injection
  • Peu fréquent : fièvre (rectale > 39,5°C), malaise

Surveillance après commercialisation

Les effets indésirables suivants ont été rapportés après l’administration de Menitorix :
Réactions allergiques (incluant urticaire et réactions anaphylactoïdes), lymphadénopathie, sensations vertigineuses, convulsions fébriles, hypotonie, céphalées.

Autres effets indésirables possibles

Les effets suivants n’ont pas été rapportés en association avec l’administration du Menitorix mais sont survenus très rarement lors de l’utilisation en routine de vaccins conjugués méningococciques du groupe C commercialisés :
Réactions allergiques cutanées sévères, collapsus ou pseudo-état de choc (épisode d’hypotonie- hyporéactivité), évanouissement, convulsions chez les patients ayant des antécédents de convulsions, hypoesthésie, paresthésie, rechute de syndrome néphrotique, arthralgie, pétéchies et/ou purpura.

* vaccin combiné GlaxoSmithKline

Pharmacodynamie

Classe pharmacothérapeutique : vaccin bactérien. Code ATC : J07AG53

Primo-vaccination

Les essais cliniques ont évalué les réponses en anticorps un mois après deux doses et après la fin de la primovaccination complète de 3 doses de Menitorix (co-administré avec les vaccins DTCaP-HepB ou DTCaP) administré à 814 nourrissons à l’âge approximatif de 2, 3, 4 mois ou 2, 4, 6 mois.

Un mois après primovaccination par Menitorix co-administré avec les vaccins DTCaP* ou DTCaP-HepB*, les pourcentages de sujets avec des titres en anticorps ≥ à la limite spécifiée dans l’étude ont été les suivants : 

N = nombre de sujets avec des résultats disponibles
% = pourcentage de sujets avec un titre supérieur ou égal à la limite spécifiée
PRP : polyribosylribitol phosphate
rASB-MenC = anticorps sériques bactéricides contre le polysaccharide méningococcique C, utilisant le sérum de lapin comme source de complément.
MGC ou MGT = moyenne géométrique des concentrations ou des titres en anticorps
† = sujets ≤ 18 semaines d’âge au moment de la troisième dose de Menitorix

N = nombre de sujets avec des résultats disponibles
% = pourcentage de sujets avec un titre supérieur ou égal à la limite spécifiée
PRP : polyribosylribitol phosphate
rASB-MenC = anticorps sériques bactéricides contre le polysaccharide du méningocoque C, utilisant le sérum de lapin comme source de complément.
MGC ou MGT = moyenne géométrique des concentrations ou des titres en anticorps

La persistance en anticorps a été démontrée pour Hib dans trois essais cliniques (N = 217) avec
98,2 % des sujets ayant une concentration en anticorps anti-PRP ≥ 0,15 microgrammes/ml à l’âge de 11-18 mois, soit 7 à 14 mois après la fin de la primovaccination (en 3 doses) avec Menitorix.

Dans trois essais cliniques (N = 209), 92,3 % des sujets avaient un titre en ASB-MenC ≥ 1/8 à l’âge de 11-18 mois, soit 7 à14 mois après la fin de la primovaccination (en 3 doses) avec Menitorix. Tous les sujets ont répondu immunologiquement à une dose d’épreuve de 10 μg de polysaccharide méningococcique du groupe C non conjugué avec des titres en ASB 33 fois plus élevés, démontrant ainsi la mémoire immunitaire induite par la primovaccination.

Vaccination de rappel

Un mois après la vaccination de rappel par Menitorix administré seul ou avec le vaccin DTCaP-HepB*, les pourcentages de sujets avec des titres en anticorps ≥ à la limite spécifiée dans l’étude ont été les suivants :

N = nombre de sujets avec des résultats disponibles
PRP : polyribosylribitol phosphate
rASB-MenC = anticorps sériques bactéricides contre le polysaccharide du méningocoque C, utilisant le sérum de lapin comme source de complément.
MGC ou MGT = moyenne géométrique des concentrations ou des titres en anticorps
% = pourcentage de sujets avec un titre supérieur ou égal à la limite spécifiée
*co-administré avec le vaccin DTCaP-HepB
**co-administré avec des vaccins contenant du DTCa-Hib-TT

Un mois après la vaccination de rappel par Menitorix co-administré avec le vaccin rougeole, oreillons, rubéole (ROR*), les pourcentages de sujets avec des titres en anticorps ≥ à la limite spécifiée dans l’étude ont été les suivants :

N = nombre de sujets avec des résultats disponibles
PRP : polyribosylribitol phosphate
rASB-MenC = anticorps sériques bactéricides contre le polysaccharide du méningocoque C, utilisant le sérum de lapin comme source de complément.
MGC ou MGT = moyenne géométrique des concentrations ou des titres en anticorps
% = pourcentage de sujets avec un titre supérieur ou égal à la limite spécifiée
* co-administré avec les vaccins DTCaP
** co-administré avec des vaccins contenant du DTCa-Hib-TT

Les taux d’anticorps ont été mesurés 18 mois après l’administration d’une dose de rappel de Menitorix, chez des sujets âgés de 14 mois. Ces sujets avaient reçu en primovaccination soit Menitorix à l’âge de 2, 4 et 6 mois, soit NeisVac-C à l’âge de 2 et 4 mois (avec un vaccin DTCa-Hib à l’âge de 2, 4 et 6 mois). Les résultats ASB-MenC sont disponibles pour 177 sujets et les résultats anti- PRP pour 178 sujets. Au total, 92,7 % des 177 sujets avaient des titres ASB-MenC ≥ 1/8 et 99,4 % des 178 sujets avaient des concentrations en anticorps anti-PRP ≥ 0,15 microgrammes/ml. Dans le groupe ayant reçu Menitorix en primovaccination et en rappel, 49 sujets sur 56 (87,5 %) avaient des titres ASB-MenC ≥ 1/8 et 56 sujets sur 56 (100 %) avaient des concentrations en anticorps anti-PRP 0,15 microgrammes/ml. Dans le groupe ayant reçu NeisVac-C en primovaccination, 115 sujets sur 121 (95 %) avaient des titres ASB-MenC ≥ 1/8 et 121 sujets sur 122 (99,2 %) avaient des concentrations en anticorps anti-PRP ≥ 0,15 microgrammes/ml. Il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes pour les titres ASB-MenC ≥ 1/8 et les concentrations en anticorps anti-PRP ≥ 0,15 microgrammes/ml.

Dans le programme de vaccination généralisée au Royaume-Uni (utilisant trois vaccins méningococciques de groupe C conjugués en quantités variables) couvrant la période depuis le début de la vaccination fin 1999 jusqu'à mars 2004, les estimations de l'efficacité vaccinale ont démontré la nécessité d'une dose de rappel à la suite de la primovaccination (trois doses administrées à 2, 3 et
4 mois). Au cours de l'année suivant la fin de la primovaccination, l'efficacité vaccinale dans la cohorte de nourrissons a été estimée à 93 % (Intervalle de confiance à 95 % : 67-99%). Cependant, plus d'un an après la fin de la primovaccination, une baisse de la protection a été clairement mise en évidence. Les estimations d'efficacité basées sur un nombre limité de cas à ce jour indiquent également une baisse possible de la protection chez les enfants en bas âge ayant reçu une seule dose en primovaccination Dans toutes les autres classes d'âge (jusqu'à 18 ans) vaccinées avec une seule dose, l'efficacité s'est maintenue jusqu'ici autour de 90 % ou plus dans l'année suivant la vaccination et au-delà.

* vaccin combiné GlaxoSmithKline

Conservation

Durée de conservation : 3 ans

A conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C)

Ne pas congeler.

A conserver dans l’emballage extérieur d’origine à l’abri de la lumière.

Après reconstitution, le vaccin doit être injecté rapidement ou conservé au réfrigérateur ( 2°C-8°C). S’il n’est pas utilisé dans les 24 heures, il doit être éliminé.

Des données expérimentales montrent que le vaccin reconstitué peut aussi être conservé pendant
24 heures à température ambiante (25°C). S’il n’est pas utilisé dans les 24 heures, il doit être éliminé.

Manipulation

Avant administration, le vaccin reconstitué doit être inspecté visuellement pour détecter la présence éventuelle de toute particule étrangère et/ou altération de l’aspect physique. Si l’un ou l’autre cas est observé, jetez le vaccin.

Le vaccin doit être reconstitué en ajoutant le contenu entier de la seringue préremplie de solvant au flacon contenant la poudre. Après addition du solvant, le mélange doit être bien agité jusqu’à dissolution complète de la poudre dans le solvant.

Le vaccin reconstitué est une solution claire et incolore. 

Injecter la totalité du contenu du flacon.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.