La maladie

La varicelle est une maladie infantile éruptive fréquente, et très contagieuse. Elle est du à l’infection par le virus de la varicelle, appelé VZV pour Varicelle-Zona Virus. Elle touche essentiellement l’enfant dans plus de 90% des cas, et est le plus souvent bénigne. Les formes adultes sont plus rares mais plus graves. Elle est néanmoins dangereuse chez les femmes enceintes, les immunodéprimés et les nouveaux nés. Le virus VZV s’attrape par voie respiratoire, au contact d’un patient contagieux ayant la varicelle. Après une incubation de 2 semaines environ, il se produit une fièvre peu élevée suivie d’une éruption cutanée faite de macules et de vésicules claires puis troubles. Ces lésions apparaissent sur tout le corps (face, thorax, abdomen…) et se transforment en croutes avant de disparaitre. Les lésions cutanées s’accompagnent d’une envie importante de se gratter, au risque de provoquer cicatrices et surinfections cutanées. Chez l’enfant, les complications graves sont exceptionnelles et la guérison se fait spontanément sans traitement en une dizaine de jours environ. Le risque de surinfection des lésions cutanées doit être prévenu en évitant tout grattage. Il faut absolument éviter de prendre de l’aspirine pendant cette maladie en raison d’un risque de complications graves. Chez la femme enceinte et le nouveau né, des complications sérieuses sont possible, justifiant des précautions particulières. Il en est de même chez les personnes immunodéprimées qui doivent éviter tout contact avec un enfant atteint de varicelle.

Dossier de Santé publique France sur la varicelle : cliquez ici.

Niveau d'activité de la varicelle mesuré par le réseau Sentinelles : cliquez ici.

Les recommandations générales

Pas de recommandation générale de vaccination contre la varicelle en France.

Les recommandations particulières

Dans son avis du 5 juillet 2007, le Haut conseil de la santé publique n’a pas recommandé, dans une perspective de santé publique, la vaccination généralisée contre la varicelle des enfants à partir de l’âge de 12 mois.

La vaccination contre la varicelle est recommandée pour : 

  • les adolescents de 12 à 18 ans n’ayant pas d’antécédent clinique de varicelle ou dont l’histoire est douteuse ; un contrôle sérologique préalable peut être pratiqué dans ce cas ; 
  • les femmes en âge de procréer, notamment celles ayant un projet de grossesse, et sans antécédent clinique de varicelle ; un contrôle sérologique préalable peut être pratiqué ; 
  • les femmes n’ayant pas d’antécédent clinique de varicelle (ou dont l’histoire est douteuse) dans les suites d’une première grossesse ; 
  • les adolescents à partir de 12 ans et les adultes exposés à la varicelle, immunocompétents sans antécédent de varicelle ou dont l’histoire est douteuse (le contrôle de la sérologie étant facultatif), dans les 3 jours suivant l’exposition à un patient avec éruption ; 
  • toute personne sans antécédent de varicelle (ou dont l’histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, en contact étroit avec des personnes immunodéprimées (les sujets vaccinés doivent être informés de la nécessité, en cas de rash généralisé, d’éviter les contacts avec les personnes immunodéprimées pendant 10 jours) ; 
  • les enfants candidats receveurs, dans les 6 mois précédant une greffe d’organe solide, sans antécédent de varicelle (ou dont l’histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, (avec 2 doses à au moins 1 mois d’intervalle, et en pratiquant une surveillance du taux d’anticorps après la greffe).

Toute vaccination chez une jeune femme en âge de procréer doit être précédée d’un test négatif de grossesse et, selon les données de l’AMM (autorisation de mise sur le marché), une contraception efficace de 3 mois est recommandée après chaque dose de vaccin. 

Les recommandations ou les contre-indications à la vaccination contre la varicelle des  personnes immunodéprimées ou aspléniques font l'objet de schémas spécifiques.

Les recommandations professionnelles

La vaccination contre la varicelle est recommandée pour les personnes sans antécédent de varicelle (ou dont l’histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, qui exercent les professions suivantes : 

  • professionnels en contact avec la petite enfance (crèches et collectivités d’enfants notamment) ; 
  • professions de santé en formation (à l’entrée en première année des études médicales ou paramédicales), à l’embauche ou à défaut déjà en poste, en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave (immunodéprimés, services de gynéco-obstétrique, néonatologie, pédiatrie, maladies infectieuses, néphrologie). 

Les sujets vaccinés seront informés de la nécessité d’une éviction de 10 jours en cas de rash généralisé.

Les recommandations pour les voyageurs

Pas de recommandation spécifique.

Le schéma vaccinal

Deux doses avec un intervalle d’au moins un mois entre la 1ère et la 2ème dose.