Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Epidémie d'oreillons en Nouvelle-Zélande en 2017 Médecine des voyages

Publié le 1 jan. 2018 à 09h39

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Nouvelle-Zélande, dans l'Île du Nord une épidémie d'oreillons a sévi en 2017, avec plus de 1 000 cas signalés par les responsables de la santé d'Auckland. La célèbre équipe de rugby "les All Blacks" a aussi été touchée.

Cette région connaît un faible taux de vaccination contre les oreillons, la rougeole et la rubéole. Environ 80 % des cas ne sont pas complètement vaccinés. 

La plupart des cas sont âgés de 10 à 29 ans. Des dizaines d'écoles préconisent aux étudiants non vaccinés de ne pas assister aux cours.

Dans l'Île du Sud (Nelson Marlborough) des cas ont été récemment notifiés, et les autorités signalent que les personnes qui ont séjourné au Backpackers Inlet à Collingwood le 27 décembre 2017 ou au Blue Moon Lodge à Havelock le 25 ou le 26 décembre 2017 peuvent avoir été exposés aux virus.

Rappel sur les oreillons.

Les oreillons sont une maladie infectieuse virale très contagieuse, touchant le plus souvent les enfants de 4-5 ans, surtout en période hivernale. Cette maladie est due à un virus de la famille des Paramyxoviridae, Myxovirus parotidis (ou virus ourlien), qui est transmis par voie aérienne, par des gouttes de salive ou des contacts directs infectés par la salive par exemple.

Dans près d'un tiers des cas la maladie est dite asymptomatique. Dans les formes symptomatiques, après une période d'incubation d'environ 3 semaines, les premiers signes apparaissent : fièvre modérée, douleurs des oreilles et douleurs à la pression des glandes parotides.

A la période d'état, d'environ une semaine, on observe une fièvre accompagnée de céphalées, une tuméfaction bi ou unilatérale des glandes parotides avec une douleur qui irradie vers les oreilles avec de la gêne ou de la douleur lors de la mastication et des adénopathies (ganglions augmentés de volume). Les formes compliquées sont l'orchite (inflammation testiculaire), la pancréatite, la méningite (sans signes cliniques le plus souvent), plus rarement d'une encéphalite. Possibilité (rare) d'atteinte des nerfs crâniens avec surdité définitive.

Devant la possibilité de complications pouvant être graves, la vaccination systématique par le vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole se justifie chez tous les enfants dès l'âge de 1 an.

Il est conseillé aux voyageurs de vérifier, avant un départ, leur statut vaccinal. En France, toute personne née depuis 1980 devrait avoir reçu deux doses d'un vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (M-M-RVAXPRO® ou PRIORIX®).

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.net ou Medecinedesvoyages.net.

Source : Promed.


Maladie : Oreillons

Vaccins : M-M-RVAXPRO PRIORIX

Référence principale :