Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Un étudiant britannique non vacciné contre la rougeole provoque une épidémie à New-York Médecine des voyages

Publié le 4 août 2018 à 14h39

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Une étude parue fin juillet dans la revue JAMA Pediatrics a levé le voile sur l'épidémie de rougeole qui a sévi à New York au printemps 2013, la plus importante depuis 20 ans. Dans un article, les chercheurs expliquent avoir trouvé le "patient zéro", le premier à avoir contracté la maladie. Il s'agit d'un étudiant londonien venu à New York pour les vacances et qui n'était pas vacciné en raison de son appartenance religieuse à la communauté juive orthodoxe.

Après avoir contracté la maladie, le jeune homme a rapidement contaminé son entourage. La rougeole est en effet très contagieuse, une seule personne peut transmettre le virus à 20 individus autour d'elle. 

Selon les chercheurs :

  • 3 351 personnes auraient été exposées au virus entre le 13 mars et le 9 juin 2013 ; 
  • 58 d'entre elles ont fait une rougeole ;
  • 45 des patients atteints n'étaient pas vaccinés ; 
  • plusieurs patients ont souffert de complications, parfois graves, notamment des pneumonies et des fausses couches ;
  • aucun décès lié n'a été constaté.

Des conséquences financières lourdes

Côté économique, cette épidémie de rougeole a également laissé des traces. Les chercheurs estiment qu'elle a coûté près de 400 000 dollars au département de la Santé et de l'Hygiène de la ville, en dépenses d'équipement et en outils logistiques. Les personnels de santé, eux, ont consacré 10 054 heures de travail pour soigner les patients atteints.

La vaccination contre la rougeole est recommandée aux États-Unis, et obligatoire dans certains États pour s'inscrire à l'école. 

Au début des années 2000, la maladie avait entièrement disparu du continent, mais les Américains ne sont pas à l'abri d'épidémies localisées comme celle-ci, relancées par une personne revenue de l'étranger. 

Grâce à leur étude, les chercheurs espèrent pouvoir mieux prévenir la propagation des futures épidémies, en identifiant le foyer plus rapidement et en limitant les risques d'exposition.

Cette année, la France a elle aussi connu une épidémie de rougeole importante, notamment en Nouvelle-Aquitaine. Trois jeunes patients sont décédés, dont une Landaise de 16 ans en juillet. Au total, 2 567 cas de rougeole ont été recensés depuis début novembre. 

Il a suffi d'une seule personne non vaccinée pour en contaminer 58 autres en quelques semaines. Une lourde conséquence qui a coûté très cher au système de santé et qui démontre que la vaccination contre la rougeole n'est pas qu'une affaire de choix personnel.

Rappels sur la rougeole.

La rougeole, maladie très contagieuse, reste une cause importante de décès chez les jeunes enfants dans le monde, en dépit de la disponibilité d'un vaccin efficace. Elle est causée par le virus de la rougeole, qui appartient au genre Morbillivirus, de la famille des Paramyxovirus. Le virus est transmis par contact direct et par l'air, infectant les muqueuses puis se propageant à tout l'organisme. La rougeole est une maladie strictement humaine, sans réservoir animal.

Bien que généralement bénigne, la rougeole peut occasionner de graves complications, telles que des encéphalites et des pneumonies, et peut dans de rares cas être aussi mortelle en Europe (la mortalité étant beaucoup plus élevée en Afrique intertropicale). Une protection proche de 100 % est obtenue après deux doses d'un vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole.

Le premier signe de l'infection par le virus de la rougeole est en général une forte fièvre, qui apparaît environ 10 à 12 jours après l'exposition et persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues. L'éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En trois jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l'observe en moyenne 14 jours après l'exposition au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours.

La plupart des décès sont dus aux complications de la maladie. Celles-ci sont plus fréquentes avant l'âge de 5 ans ou chez l'adulte de plus de 20 ans. Parmi les complications les plus graves, on observe des cécités, des encéphalites, des diarrhées importantes (susceptibles d'entraîner une déshydratation), des otites et des infections respiratoires graves comme la pneumonie.

En France, la vaccination contre la rougeole, désormais obligatoire pour tout nourrisson né depuis le 1er janvier 2018, nécessite l'administration de deux doses d'un vaccin trivalent ROR (rougeole-oreillons-rubéole) : une première dose à l'âge de 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois. Afin d'étendre la protection, toute personne née depuis 1980 devrait aussi avoir reçu deux doses de vaccin.

La vaccination des voyageurs contribue à éviter la transmission ou la dissémination de la maladie dans d'autres pays.

Pour savoir si le voyageur est bien protégé contre la rougeole ou si elle lui recommandée, il peut créer pour lui-même ou pour sa famille un carnet de vaccination électronique (CVE) sur le site MesVaccins.net.

Le CVE intègre un système expert précis et exhaustif. Il est disponible sur ordinateur de bureau ou sur smartphone (interface mobile, applications iPhone et Android).

Source : JAMA Pediatrics.


Maladie : Rougeole

Vaccins : M-M-RVAXPRO PRIORIX

Référence principale :