Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Situation de l'épidémie de rougeole à Madagascar fin février 2019 Médecine des voyages

Publié le 6 mar. 2019 à 11h02

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

L'épidémie de rougeole à Madagascar continue d'évoluer.

Le nombre de cas déclarés au cours de la semaine 21 au 27 janvier 2019, de 10 744 cas suspects, a diminué depuis.
Alors que l'épidémie a commencé à décliner ces dernières semaines, l'épidémie continue de se propager à de nouveaux districts.
Au cours de la semaine du 11 au 17 février, 7 430 cas suspects de rougeole dont cinq décès ont été notifiés, contre 8 646 cas suspects dont 18 décès notifiés au cours de la semaine du 4 au 10 février. Six nouveaux districts ont été touchés au cours de cette semaine.
Au cours de la semaine du 18 au 24 février 1 380 cas suspects sont notifiés dans 54 districts de 15 régions.

Du 3 septembre 2018 au 21 février 2019 : 

  • 82 905 cas de rougeole ont été notifiés, dont 983 biologiquement confirmés par dosage des immunoglobuline M (IgM) et le reste épidémiologiquement lié ;
  • 926 décès liés, dont 622 dans des établissements de santé, ont été notifiés (létalité maximale : 1,1 %) ;
  • 8 571 cas graves ont été hospitalisés ;
  • 77 % des cas sont signalés chez des personnes âgées de 1 à 14 ans ;
  • 80 % des décès sont survenus chez des personnes âgées de 1 à 14 ans ;
  • 64 % des cas ne sont pas vaccinés et/ou ont un statut vaccinal inconnu ;
  • les femmes et les hommes sont presque également touchés ;
  • 101 districts sur 114 (soit 89 %) dans les 22 régions du pays ont été touchés, avec un taux d'attaque national de 3 149 pour 100 000 habitants ;
  • la région de Boeny est la plus touchée avec un taux d'attaque de 10 025 pour 100 000 habitants.

Interprétation des données

Alors que l'incidence des cas semble avoir atteint son point culminant et qu'elle diminue régulièrement, l'épidémie continue de se propager géographiquement, indiquant la vulnérabilité de la communauté.

La tendance a la décroissance de l'épidémie été plus prononcée dans les 25 districts ayant effectué une activité de vaccination supplémentaire contre la rougeole en janvier 2019.

Les évaluations de l'impact sur l'environnement prévues à l'échelle nationale doivent être menées rapidement, avec une couverture complète permettant d'interrompre la propagation de l'épidémie.
Néanmoins, un déficit de financement de plus de 2 millions de dollars US persiste et doit être comblé de toute urgence.

Répartition géographique du taux d'attaque de la rougeole
3 septembre 2018 - 21 février 2019

Tendance hebdomadaire des cas de rougeole et des décès à l'hôpital
3 septembre 2018 - 21 février 2019

Rappels sur la rougeole

La rougeole, maladie très contagieuse, reste une cause importante de décès chez les jeunes enfants dans le monde, en dépit de la disponibilité d'un vaccin efficace. Elle est causée par le virus de la rougeole, qui appartient au genre Morbillivirus, de la famille des Paramyxoviridae. Le virus est transmis par contact direct et par l'air, infectant les muqueuses puis se propageant à tout l'organisme. La rougeole est une maladie strictement humaine, sans réservoir animal.

Bien que généralement bénigne, la rougeole peut occasionner de graves complications, telles que des encéphalites et des pneumonies, et peut dans de rares cas être mortelle en Europe (la mortalité étant beaucoup plus élevée en Afrique intertropicale). Une protection proche de 100 % est obtenue après deux doses d'un vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole.

Le premier signe de l'infection par le virus de la rougeole est en général une forte fièvre, qui apparaît environ 10 à 12 jours après l'exposition et persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues. L'éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En trois jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l'observe en moyenne 14 jours après l'exposition au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours.

La plupart des décès sont dus aux complications de la maladie. Celles-ci sont plus fréquentes avant l'âge de 5 ans ou chez l'adulte de plus de 20 ans. Parmi les complications les plus graves, on observe des cécités, des encéphalites, des diarrhées importantes (susceptibles d'entraîner une déshydratation), des otites et des infections respiratoires graves comme la pneumonie.

En France, la vaccination contre la rougeole, désormais obligatoire pour tout nourrisson né depuis le 1er janvier 2018, nécessite l'administration de deux doses d'un vaccin trivalent ROR (rougeole-oreillons-rubéole) : une première dose à l'âge de 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois. Afin d'étendre la protection, toute personne née depuis 1980 devrait aussi avoir reçu deux doses de vaccin.

La vaccination des voyageurs contribue à éviter la transmission ou la dissémination de la maladie dans d'autres pays.

Pour savoir si la vaccination contre la rougeole est recommandée dans sa situation et pour savoir si elle est bien protégée, toute personne peut créer pour elle-même ou ses enfants un carnet de vaccination électronique (CVE) sur le site MesVaccins.net. Le CVE intègre un système expert précis et exhaustif. Il est disponible sur ordinateur de bureau ou sur smartphone (interface mobile, applications iPhone et Android). L'application mobile permet d'accéder à un diagnostic vaccinal personnalisé et de valider les carnet de vaccination électronique des patients.

Source : Organisation mondiale de la santé.


Maladie : Rougeole

Vaccins : M-M-RVAXPRO PRIORIX

Référence principale :