Nouveau cas humain de grippe aviaire à virus A(H9N2) en Chine Médecine des voyages

Publié le 8 avr. 2020 à 16h55

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Chine, entre le 27 mars et le 2 avril 2020, un nouveau cas d'infection humaine par le virus de la grippe aviaire à virus A(H9N2) a été signalé au Bureau de la Région du Pacifique occidental de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).  

Le cas est une fillette âgée de 3 ans de Zhuhai, dans la province du Guangdong, qui avait des antécédents d'exposition environnementale aux volailles domestiques avant l'apparition des symptômes. Elle avait une maladie bénigne et aucun symptôme n'a été détecté dans ses contacts. 

En 2020, 3 cas ont été signalés à ce jour, 2 en Chine (dont un à Hong Kong) et un 1 en Inde. Au total, 30 cas d'infection humaine par l'influenza aviaire à virus A(H9N2) en Chine ont été signalés depuis décembre 2015.

Les virus A(H9N2) sont des virus de l'influenza aviaire faiblement pathogène, un sous-type trouvé dans le monde entier chez les oiseaux sauvages tout en devenant endémique chez les volailles dans de nombreuses régions d'Eurasie et en Afrique. 

Les infections à virusA(H9N2) humaines sont généralement bénignes et il n'y a eu qu'un seul cas fatal rapporté chez une femme de 57 ans avec des co-morbidités sous-jacentes, dans la province du Sichuan, en Chine, en 2016. 

Source : Western Pacific Region, World Health Organization.