Fermeture des frontières en Argentine et mesures face à COVID-19 Médecine des voyages

Publié le 8 avr. 2020 à 19h09

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'état d'urgence sanitaire en Argentine a été annoncé par le Décret 260/2020 face à la pandémie de COVID-19.

Les personnes qui étaient venues pour une courte période en Argentine, telles que les touristes ou les étudiants, doivent s'organiser pour rester plus longtemps que prévu en Argentine.

Les touristes dont la période légale de séjour a expirée à partir du 17/03/2020 se voient attribuer une extension de 30 jours (Disposición 1714/2020).

Choisissez votre lieu de séjour avec soin. Assurez-vous d'avoir un logement confortable dans lequel il vous est possible de rester de manière prolongée et essayez via des contacts d'assurer votre assistance, notamment avec votre banque, votre compagnie d'assurance (prolongement de votre assurance voyage), votre médecin (médicaments), vos familles et amis. Veillez à avoir accès à de la nourriture et à des moyens de communication, notamment internet.

Le président argentin Alberto Fernández a prolongé « l'isolement social préventif et obligatoire » du pays jusqu'au 12/04/2020 minuit. Personne ne peut plus quitter son logement. Les personnes interceptées en dehors de leur logement, sans raison, seront considérées comme commentant un délit contre la santé publique. Les polices provinciales et locales ainsi que les forces armées sont chargées de faire respecter la quarantaine. Les commerces de proximité restent ouverts. Il est seulement permis de sortir pour aller à la pharmacie, acheter de la nourriture, se rendre chez le médecin/à l'hôpital ou chez le vétérinaire dans les alentours de son logement.

L'entrée du pays est interdite à tous, y compris aux ressortissants argentins ou aux résidents étrangers, jusqu'au 12/04/2020, sauf vols de rapatriement spéciaux. Toutes les personnes qui entrent dans le pays en provenance de « zones affectées » doivent se placer en quarantaine sans sortir de leur logement pendant 14 jours et utiliser l'application Covid-19(link is external) du Ministère de la Santé.

Les « zones affectées » sont les pays suivants : les pays de l'Union Européenne et de l'Espace Schengen, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Brésil, le Chili, la Corée du Sud, le Japon, la Chine et l'Iran.

Le Décret 260/2020 du 12/03/2020 prévoit la suspension jusqu'à 30 jours (durée éventuellement prolongeable) des vols internationaux en provenance des « zones affectées » par la pandémie. Les possibilités de vol direct ou en transit vers l'Europe sont inexistantes en dehors des vols spéciaux organisés par différents pays de l'UE.

Les vols internes, les bus longue distance et les trains sont suspendus jusqu'au 12/04/2020 compris. 

IIl est encore possible de rejoindre l'aéroport international d'Ezeiza (Buenos Aires) pour embarquer dans un vol de rapatriement, sous plusieurs conditions. Selon les nouvelles mesures en vigueur, vous ne pouvez pas vous arrêter en cours de route, il faut donc prévoir au moins deux chauffeurs pour les longs trajets. De même, vous ne pouvez arriver à Buenos Aires ou ses alentours que maximum 24h avant le départ de votre vol. Vous devez être muni de la confirmation de votre vol de retour (de préférence imprimée) ainsi que d'une note de voyage délivrée par notre Ambassade

Certaines provinces et autorités locales prennent des mesures sanitaires renforcées qu'il nous est difficile de toutes détailler ici : entre autres, interdiction d'entrée des touristes dans certaines villes, isolement complet de certaines autres ou provinces qui ferment leurs frontières.
Afin de pouvoir vous aider au mieux en cas de contrôle de police, nous vous conseillons de ne pas voyager de nuit.

Source : Royaume de Belgique, Ministère des Affaires étrangères.