Suite à l'évolution de la pandémie de COVID-19, la Turquie ferme ses frontières Médecine des voyages

Publié le 11 avr. 2020 à 12h51

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En raison de la progression de la pandémie de COVID-19, en Turquie les autorités locales ont décidé :

  • la suspension à compter du 28 mars de tous les vols commerciaux internationaux ;
  • la suspension de tous les vols intérieurs ;
  • l'interdiction du transit et du séjour sur le territoire turc pour les passagers ayant séjourné en Chine, en Iran, en Irak, en Italie et en Corée du Sud ainsi que dans les autres pays considérés à risque dans les 14 jours précédant leur voyage ;
  • cette mesure ne s'applique pas aux ressortissants turcs, ni aux étrangers disposant du statut de résident en Turquie qui sont toutefois soumis à des mesures strictes de quarantaine à leur arrivée sur le territoire ;
  • la suspension de toutes les entrées/sorties, qu'elles soient par voie maritime, aérienne ou terrestre, des plus grandes villes du pays pendant au moins 15 jours à compter du 4 avril, sauf autorisation spécifique accordée par le préfet géographiquement compétent, des tests sont réalisés sur les passagers et les personnels dans les gares routières ;
  • le ministère de l'intérieur turc a décrété un confinement de 48 h de vendredi 10 avril à 23h59 à dimanche 12 avril à minuit dans 31 villes du pays ;
  • des contrôles de police (avec caméras thermiques) aux frontières administratives des provinces ;
  • les personnes âgées de 65 ans et au-delà, ainsi que les personnes souffrant de maladies chroniques (cardiaques et pulmonaires notamment) ne doivent plus sortir ;
  • l'interdiction pour les moins de 20 ans de sortir dehors ; à l'exception des jeunes de 18 à 20 ans qui peuvent attester travailler dans le secteur public ou privé ou dans le secteur agricole ;
  • l'obligation de porter des masques dans les supermarchés, marchés et transports en commun ; 
  • le respect de la distanciation sociale dans l'espace public ;
  • l'obligation de porter des masques dans les supermarchés, marchés et transports en commun ; 
  • le respect de la distanciation sociale dans l'espace public.

 

Les personnes qui ne se conformeront pas aux mesures susmentionnées sont passibles d'une contravention, voire de poursuites judiciaires.

  • les écoles (maternelles, primaires, collèges et lycées) sont fermées depuis le 16 mars et pratiquent désormais l'enseignement à distance ;
  • les universités sont fermées depuis le 16 mars pour tout le semestre, les cours se font à distance ;
  • la fermeture temporaire de toutes les salles de spectacle, bars, cafés traditionnels, bar à chichas, cafés internet, salles de jeux, aires de jeux (en milieu fermé) pour enfants ainsi que des salles de sports et des piscines ;
  • interdiction d'activités extérieures dans les parcs, forêts, plages, centres de récréation.

 

Les mesures mentionnées sont susceptibles d'être étendues à d'autres localités et prolongées dans le temps.

Compte-tenu de ces mesures, il convient de reporter tout déplacement en Turquie.

D'autres mesures pourraient être mises en œuvre. Il est recommandé de suivre les recommandations des autorités locales et de consulter le site internet et de l'ambassade de France en Turquie.

Source : France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.