Détection du SARS-CoV-2 chez un chat en France Médecine des voyages

Publié le 2 mai 2020 à 13h49

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En France, un chat a été testé positif pour le virus SARS-CoV-2 responsable du COVID-2 par biologie moléculaire (qRT-PCR) sur un prélèvement rectal, et confirmé par le centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) à l'Institut Pasteur à Paris, alors que des prélèvements naso-pharyngés de cet animal ont été testés négatifs. Ce chat a montré des signes respiratoires et digestifs de faible intensité. 

Cette étude rapporte pour la première fois l'infection naturelle d'un chat en France (près de Paris), probablement par leurs propriétaires. Il n'y a actuellement aucune preuve que les chats puissent être une source de COVID-19.

Des études antérieures ont suggéré que le chat puisse être une espèce sensible au SARS-CoV-2 avec seulement 4 chats infectés naturellement signalés à ce jour. Une 1ère détection de SARS-CoV-2 chez un chat a été rapportée en Belgique à la fin de mars 2020; il appartenait à un patient testé COVID-19 positif par PCR, le chat présentait de la diarrhée, des vomissements et des difficultés respiratoires. Quelques jours plus tard, un chien sans signe clinique a été testé positif à Hong Kong (nouvelle n°15249 du 4 mars) , propriété d'un patient COVID-19 positif. Le 22 avril 2020, les États-Unis ont signalé à l'OIE deux cas chez des chats à New York (nouvelle n°15506 du 23 avril) avec des signes respiratoires. 

La sensibilité d'autres membres de la famille des Felidae à SARS-CoV-2 est devenu évidente suite la détection d'infections chez des tigres et lions dans le zoo du Bronx (nouvelle n°15520 du 27 avril)  . 

Source : Promed.