Fermeture des frontières et état d'urgence sanitaire en Equateur pour cause de COVID-19 Médecine des voyages

Publié le 4 mai 2020 à 09h38

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Equateur, en raison de la pandémie de COVID-19, l'état d'urgence sanitaire a été décrété au niveau national.

Le gouvernement équatorien a déclaré l'état d'exception à partir du 17 mars au soir, avec un strict confinement de la population, se traduisant par :

  • l'instauration d'un couvre-feu national de 14 heures à 5 heures du matin. Le non-respect du couvre-feu est passible de sanctions (amende et prison en cas de récidive) ;
  • l'obligation du port du masque dans les espaces publics ;
  • l'isolement à domicile pour les personnes âgées de plus de 60 ans ou vulnérables en raison de leur état de santé ;
  • la fermeture des frontières aériennes, maritimes et terrestres, impliquant la suspension des liaisons aériennes internationales (les vols de retour vers leur pays des ressortissants étrangers restent autorisés, à l'initiative des compagnies aériennes ou éventuellement des États, vols charters) ;
  • la suspension des transports terrestres inter-provinciaux, des transports urbains et des vols intérieurs ;
  • l'interdiction de la circulation des personnes d'une province à l'autre ;
  • la fermeture des services publics et la réduction au minimum des activités économiques.

Les touristes repartant pour l'Europe pourront bénéficier de laissez-passer pour se rendre à l'aéroport, mais ne permettant pas de circuler ailleurs pendant le couvre-feu.

Le Comité des Opérations d'Urgence a annoncé l'entrée à compter du 4 mai dans une nouvelle phase de « distanciation sociale », qui permettrait une reprise partielle et progressive de l'activité, selon une cartographie en trois couleurs (rouge, jaune et vert) décidée par les collectivités locales. A ce stade, aucune ville n'a opté pour une levée des restrictions actuelles. 

Dans ces conditions, il convient de reporter les voyages en Equateur.

Source : France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.