Interdiction d'entrée à l'aéroport international de Hong Kong pour les non résidents Médecine des voyages

Publié le 4 juin 2020 à 06h57

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En raison de la pandémie de Covid-19 le gouvernement de Hong Kong a annoncé la prorogation, jusqu'au 18 septembre, de la disposition déjà en vigueur depuis le 25 mars qui interdit l'entrée de tous les voyageurs non résidents arrivant de l'étranger à l'aéroport international de Hong Kong.

Les résidents de Hong Kong revenant de l'étranger à leur arrivée à l'aéroport seront transférés vers des centres spécifiquement utilisés à AsiaWorld Expo pour subir le test COVID-19. Une fois le test effectué, il faut attendre les résultats dans les structures désignées par le gouvernement. Il est nécessaire de prendre en compte plusieurs heures d'attente et, si le vol atterrit l'après-midi / soir, également la nuit dans les installations désignées. Si le test est négatif, le passager peut retourner à son domicile pour effectuer la quarantaine obligatoire à domicile surveillée par des appareils électroniques. Si le test est positif, les autorités locales organisent l'admission du passager dans les structures hospitalières utilisées. Les passagers dont le test est négatif mais qui sont des contacts étroits avec des passagers positifs sont plutôt transférés vers des centres de quarantaine gouvernementaux.

La quarantaine obligatoire pour les résidents de Hong Kong arrivant de Chine continentale, de Macao et de Taïwan, en vigueur depuis le 8 février, a plutôt été prolongée jusqu'au 7 juillet.

Jusqu'à nouvelles communications, seuls les transits de passagers qui se sont enregistrés à l'aéroport de départ pour le vol en transit vers Hong Kong seront autorisés. Le vol de transit doit être opéré par la même compagnie aérienne utilisée pour rejoindre Hong Kong depuis l'étranger. Le transit ne peut pas dépasser 8 heures et n'est actuellement pas autorisé pour les vols à destination et en provenance de la Chine continentale.

Le transit aéroportuaire ne sera donc pas autorisé s'il est opéré par une compagnie aérienne autre que celle effectuant le vol arrivant à Hong Kong et s'il implique de quitter la "zone de transit" de l'aéroport.

Source : Viaggiare Sicuri, Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale.