Un cas humain d'hépatite E du rat signalé à Hong Kong Médecine des voyages

Publié le 5 sept. 2020 à 12h50

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

A Hong Kong, le Centre de protection de la santé (CHP) du ministère de la Santé enquête sur un cas d'infection humaine par le virus de l'hépatite E (VHE) de rat et a exhorté les membres du public à être vigilants contre l'infection par l'hépatite E et à observer strictement une bonne hygiène personnelle, alimentaire et environnementale.

Le cas concerne une femme de 89 ans atteinte de maladies sous-jacentes qui avait présenté une anorexie, des douleurs abdominales et une jaunisse. Elle a été admise au service des accidents et des urgences de l'hôpital de Kwong Wah le 17 août. La patiente est maintenant dans un état stable. Son échantillon de sang a été testé positif pour le VHE du rat lors de tests de laboratoire.

Les enquêtes épidémiologiques du CHP ont révélé que la patiente résidait à Ngau Chi Wan. Elle n'a eu aucun contact avec des rongeurs ou des rats, et n'avait aucun antécédent de voyage pendant la période d'incubation.

Sur la base des informations épidémiologiques disponibles, la source et la voie de l'infection n'ont pas pu être déterminées. 

Le mode exact de transmission du VHE du rat aux humains est inconnu pour le moment. Les voies de transmission possibles comprennent l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par des rongeurs ou leurs excréments, l'exposition à des environnements ou des objets contaminés par des rongeurs ou leurs excréments et le contact direct avec des rongeurs ou leurs excréments. Le VHE habituel causant une infection humaine est principalement transmis par la voie fécale-orale.

Pour prévenir l'infection par l'hépatite E, le public doit maintenir une bonne hygiène personnelle, alimentaire et environnementale. 

Source : Centre for Health Protection, Department of Health, The Government of the Hong Kong special administrative region.