Baies congelées importées en Suède et au Danemark suspectées d'avoir été contaminées par l'hépatite A Médecine des voyages

Publié le 9 oct. 2020 à 08h12

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Les autorités sanitaires de Suède et du Danemark enquêtent sur une épidémie d'hépatite A ; des baies importées congelées sont soupçonnées d'être à l'origine de l'infection.
En Suède, depuis la mi-juillet 2020, 9 patients atteints du même type de virus de l'hépatite A ont été signalés dans cinq régions différentes de Suède. Le dernier patient est tombé malade le 18 septembre. Six femmes et trois hommes de la province de Norrbotten, du comté de Västra Götaland, de Stockholm, d'Uppsala et de la province de Södermanland sont infectés. Les patients sont âgés de 2 à 78 ans. Des entretiens ont révélé que certaines personnes mangeaient des baies importées congelées, en particulier des framboises, qui n'étaient pas chauffées avant d'être consommées. Cependant, l'analyse des baies échantillonnées n'a pas permis de détecter le virus de l'hépatite A.
Les unités locales de contrôle des infections, l'Agence alimentaire suédoise (Livsmedelsverket) et l'Agence de santé publique de Suède (Folkhälsomyndigheten) mènent des enquêtes pour confirmer la source des infections.

Au Danemark plusieurs foyers ont été signalés. L'épidémie concerne 16 patients âgés de 17 à 63 ans. Onze personnes ont été hospitalisées. Les entretiens ont montré que les patients n'ont pas voyagé, ne se connaissent pas et n'ont pas participé à des événements communs. Deux cas danois ont été liés à l'épidémie suédoise et une enquête transfrontalière a été lancée.
Cette épidémie ne semble pas liée à une autre épidémie d'hépatite A signalée précédemment au Danemark. Le type de virus de l'hépatite A à l'origine de l'épidémie suédoise et de deux cas danois est de génotype IA, tandis que celui responsable des autres maladies au Danemark est de génotype 1B.
Au Danemark, l'enquête sur l'épidémie nationale est en cours sans qu'aucune hypothèse ferme ne soit formulée quant à la source.

Rappels sur l'hépatite A.

Le virus de l'hépatite A fait partie de la famille des Picornaviridæ et appartient au genre Hepatovirus. Il se transmet principalement par voie féco-orale, le plus souvent de manière indirecte, par l'intermédiaire d'eau ou d'aliments contaminés, plus rarement directement au contact d'un malade. Le virus est éliminé en grandes quantités dans les selles des personnes malades. Il peut alors contaminer l'environnement, notamment l'eau, où il peut survivre de nombreux mois. Les flambées à transmission hydrique, bien que rares, trouvent en général leur origine dans une eau de boisson contaminée par des eaux usées ou insuffisamment traitée.
Le virus de l'hépatite A est cosmopolite et entraine des cas sporadiques (quelques cas non reliés) ou des épidémies, souvent de façon cyclique. La période d'incubation est de 14 à 28 jours. Les symptômes peuvent être bénins ou graves. On peut observer une fièvre, un mauvais état général, une perte d'appétit, des diarrhées, des nausées, une gêne abdominale, des urines foncées et un ictère (coloration jaune de la peau et du blanc des yeux).
Contrairement à l'hépatite B et à l'hépatite C, l'hépatite A n'entraîne pas de maladie hépatique chronique. Les formes graves sont exceptionnelles chez l'enfant mais leur fréquence augmente avec l'âge. L'hépatite fulminante (insuffisance hépatique aiguë) est associée à une mortalité élevée.
Source : Food Safety News.