Le point sur la situation de COVID-19 en Polynésie Française au 6 octobre 2020 Médecine des voyages

Publié le 9 oct. 2020 à 08h20

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'épidémie de COVID-19 en Polynésie française est toujours au niveau 3 à Tahiti et Moorea, et en niveau 1 dans le reste du Pays. En fin de semaine 2020-40 (du 28 septembre au 4 octobre 2020), la plupart des indicateurs sont en hausses ou stables. L'incidence augmente aux Iles du Vent, en particulier chez les plus de 60 ans. Le taux de mortalité reste pour l'instant relativement faible (9 décès à ce jour, soit 0,4% du total des cas). Le taux de reproduction est stable, estimé à 1,3. Le taux de positivité des tests est élevé (26,3 % en S 2020-40), en partie dû au dépistages actifs des clusters. Le nombre d'hospitalisations hors réanimation est en augmentation.

Depuis le 15 juillet et au 4 octobre 2020, 2 228 cas ont été confirmés, dont 450 cas actifs (c'est-à- dire diagnostiqués depuis moins d'une semaine). Le temps de doublement actuel est de 19 jours, correspondant à un taux de reproduction effectif estimé de 1,3.

Les cas restent en très grande majorité localisés à Tahiti, où le taux d'incidence sur les 7 derniers jours glissants atteint 243 cas/100 000 habitants. Les taux les plus élevés concernent les communes de Papeete et Pirae. L'incidence augmente également à Moorea, avec un taux de 264/ 100 000.
Les cas dans les autres îles archipels restent isolés, sans circulation communautaire détectée. Des cas isolés sont actuellement localisés à Bora- Bora (2), Raiatea (1) et Takaroa (1).

La majorité des cas a toujours moins de 45 ans, mais la proportion des plus de 45 ans et des plus de 60 ans est en augmentation, alors que le nombre de jeunes de moins de 20 ans testé positif est en diminution. Les femmes représentent toujours 51% des cas.

Source : Ministère de la santé, Polynésie Française.