Signalement de renards infectés par le virus de la grippe aviaire hautement pathogène en Amérique du Nord Médecine des voyages

Publié le 17 juin 2022 à 16h56

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Canada, sur l'Île-du-Prince-Édouard un renard qui a été trouvé le 15 mai 2022 à Augustine Cove est soupçonné d'être le 1er mammifère sur l'île à avoir été infecté par un virus de la grippe aviaire hautement pathogène. Le résultat du test préliminaire était positif et devra être confirmé au National Centre for Foreign Animal Diseases à Winnipeg. Un deuxième renard a présenté des signes convulsifs, et d'autres renards de la portée ont également montré des signes de maladie.

Aux Etats-Unis, au mois de mai 2022, dans l'Utah la Division des ressources fauniques de l'Utah (DWR) a confirmé la présence du virus de la grippe aviaire chez un renard roux découvert le 24 mai mort dans la cour d'un propriétaire à Murray et un autre renard roux a été retrouvé mort 2 jours plus tard dans une cour à Taylorsville. Les échantillons ont été envoyés au National Veterinary Services Laboratory à Ames, Iowa, où le diagnostic a été confirmé. Les responsables de l'Utah DWR ont déclaré que 25 oiseaux sauvages dans 6 comtés de l'Utah avaient été testés positifs pour la grippe aviaire.

Les infections par des virus de la grippe aviaire hautement pathogène chez les mammifères ne sont généralement pas courantes, mais les renards roux se sont révélés sensibles à l'infection par les virus A(H5N1) et A(H5N8) auparavant en Europe et au Japon, et il y a eu de nombreux rapports depuis avril 2022 en Amérique du Nord.

Les signalements fréquents de carnivores infectés en Amérique du Nord peuvent résulter d'une exposition à des oiseaux infectés utilisés comme aliments par les carnivores sauvages, ou en raison de mutations qui rendent un virus plus apte à infecter les carnivores.

Source : ProMED