En Nouvelle-Zélande, le public est mis en garde contre le risque d'hépatite A lié aux baies congelées importées Médecine des voyages

Publié le 15 sept. 2022 à 22h36

Biographie

Médecin biologiste.

En Nouvelle-Zélande, 3 cas d'hépatite A impliquant des virus aux génotypes similaires ont été diagnostiqués chez des personnes qui consomment régulièrement des baies surgelées importées. Les autorités sanitaires conseillent aux consommateurs, en particulier à ceux qui souffrent de lésions hépatiques chroniques, aux personnes âgées et aux femmes enceintes, de prendre des précautions supplémentaires lorsqu'ils consomment des baies congelées afin de minimiser le risque d'hépatite A.

Rappels sur l'hépatite A :

L'hépatite A est une infection hépatique provoquée par le virus de l'hépatite A (VHA). Le VHA fait partie de la famille des Picornaviridæ et appartient au genre Hepatovirus.

Le VHA se transmet principalement par voie féco-orale, lorsqu'une personne non infectée ingère de l'eau ou des aliments contaminés par les matières fécales d'un sujet infecté. Les flambées à transmission hydrique, bien que rares, trouvent en général leur origine dans une eau de boisson contaminée par des eaux usées ou insuffisamment traitée.

L'hépatite A sévit sporadiquement dans le monde sous la forme d'épidémies, souvent de façon cyclique. Le nombre de foyers de toxi-infections alimentaires liés à des produits frais semblent en augmentation, les Norovirus et le virus de l'hépatite A étant les agents pathogènes les plus fréquents. Cette évolution pourrait s'expliquer par une tendance à la consommation accrue d'aliments non préparés à la maison et une augmentation de la popularité des bars à salades (buffets). De plus, de grands volumes de fruits et légumes intacts, coupés, tranchés ou préparés sont expédiés à partir de lieux centraux et sont distribués sur de larges zones géographiques ce qui peut entraîner des épidémies touchant un grand nombre de personnes sur de larges territoires. Une revue publiée en 2018 portant sur 130 épidémies a montré que les produits frais les plus fréquemment suspectés d'être à l'origine de foyers viraux étaient les framboises congelées, les baies congelées et les salades. Les virus ne peuvent pas se développer dans ou sur les aliments mais peuvent parfois être présents sur les produits frais à la suite d'une contamination d'origine fécale. Les produits peuvent être contaminés par les mains des travailleurs ou des enfants infectés par le VHA dans les champs pendant le ramassage ou pendant les étapes de transformation, par le contact avec de l'eau contaminée par le VHA pendant l'irrigation ou le rinçage après la cueillette, ou pendant les étapes de transformation menant à l'emballage. L'efficacité de diverses méthodes de désinfection pour réduire la la contamination par le VHA des fruits et légumes frais est un domaine de recherche active.

La période d'incubation de l'hépatite A est généralement de 14 à 28 jours. Les symptômes de l'hépatite A peuvent être bénins ou graves: on peut observer une fièvre, un mauvais état général, une perte d'appétit, des diarrhées, des nausées, une gêne abdominale, des urines foncées et un ictère (coloration jaune de la peau et du blanc des yeux).
Contrairement à l'hépatite B et à l'hépatite C, l'hépatite A n'entraîne pas de maladie hépatique chronique et est rarement mortelle, mais elle peut provoquer des symptômes débilitants et une hépatite fulminante (insuffisance hépatique aiguë), qui est associée à une mortalité élevée.

Pour les voyageurs il est recommandé de s'assurer un approvisionnement suffisant en eau potable, de ne boire que de l'eau minérale en bouteille capsulée (ou à défaut traitée par chloration ou ébullition), d'éviter les salades et crudités, les glaces et glaçons.
Il existe plusieurs vaccins contre l'hépatite A dans le monde. La vaccination est particulièrement recommandée avant de voyager en zone à risque.

Source : Outbreak News Today