Infections à virus Usutu en Italie Médecine des voyages

Publié le 31 oct. 2022 à 18h09

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Italie, en 2022 les 2 premiers cas d'infection humaine par le virus Usutu (USUV) ont été identifiés au mois d'août dans le Frioul-Vénétie-Julienne. Les 2 patients sont asymptomatiques.

Par ailleurs, un premier isolement d'USUV a été signalé chez le moustique Culex pipiens à Gênes, près du marché horticole de la rue Semini à San Quirico. Depuis le début de la surveillance en juin 2022 USUV a également été identifié dans 58 lots de moustiques et chez 7 oiseaux en Émilie-Romagne, Lombardie, Marches, Frioul-Vénétie -ulienne, Ombrie, Toscane, Latium et Vénétie.

Les 1ers cas humains d'USUV ont été détectées dans le nord de l'Italie en 2009 chez des patients immunodéprimés.

Rappel sur le virus Usutu

Le virus Usutu (USUV) est un virus émergent d'origine africaine, du genre Flavivirus et de la famille des Flaviviridae. Il s'inscrit dans le complexe de l'encéphalite japonaise. Il a été identifié pour la première fois en Afrique du Sud dans le Swaziland en 1959, sur le bord de la rivière Usutu, et rapporté chez des oiseaux en Toscane en Italie en 1996, puis en Hongrie, en Suisse, en Espagne et en Allemagne. Dix cas humains ont été signalés en Italie et 3 en Croatie.

Le virus affecte les oiseaux, principalement les moineaux, merles, mésanges, rouges-gorges, mais aussi quelques oiseaux de proie tels que la chouette Tawney ou des oiseaux migrateurs. Il et est transmis par la piqûre du moustique Culex. Sa diffusion chez les animaux fait l'objet d'une surveillance en Europe.

Chez l'homme, il peut provoquer des troubles neurologiques à type de tremblement, voire des encéphalites ou méningoencéphalites, principalement chez les personnes immunodéprimées.

Source : ProMED.