Epidémie de rougeole en Mauritanie : le point Médecine des voyages

Publié le 23 mai 2023 à 00h25

Biographie

Médecin biologiste.

En Mauritanie,  une épidémie de rougeole a débuté au cours de la semaine 52 de 2022, suivie d'une période d'augmentation significative du nombre de cas jusqu'à un pic épidémique enregistré au cours de la semaine 4 de 2023. Le nombre total de cas hebdomadaires a progressivement diminué au cours des semaines suivantes. Le premier cas de l'épidémie actuelle a été signalé par un réfugié du camp de M'berra.

Au 7 mai 2023, le pays a notifié 285 cas suspects de rougeole dont 186 cas confirmés positifs avec 111 tests IgM positifs et 75 cas épidémiologiquement liés. Trois (3) décès, dont deux décès communautaires, ont été enregistrés à ce jour. Parmi les cas confirmés, 70 % étaient âgés de moins de 15 ans. Parmi les enfants âgés de 9 à 59 mois, 57 % n'étaient pas vaccinés contre la rougeole. Ces dernières années, le pays a enregistré un total de 22 cas confirmés en 2020, 747 cas en 2021 et 502 cas en 2022.

Depuis le début de l'année 2023, des cas ont été notifiés dans les trois wilayas de Nouakchott (Nouakchott Nord, Ouest et Sud) et dans huit autres wilayas de l'intérieur du pays, et 27 départements sur un total de 44 ont notifié des cas. Les départements déclarant le plus de cas sont Bassikounou (60, 32,3%) de la wilaya du Hodh Ech Chargui, Touil (20, 10,8%) de la wilaya du Hodh el Gharbi, et Ksar (17, 9,1%) de la wilaya de Nouakchott Ouest.

Le taux d'attaque national est de 4,2 cas pour 100 000 habitants. Les départements ayant les taux d'attaque les plus élevés sont Bassikounou (52,7 cas pour 100 000 habitants), Touil (39,5), Aoujeft (31,7) de la wilaya d'Adrar, et Ksar (25,2). Au total, 14 départements ont franchi le seuil épidémique en 2023 et à la semaine 18, sept départements (Aleg, Aoujeft, Dar Naim, Ksar, Magta-Lahjar, R'Kiz, et Toujounine) sont en phase épidémique.

La couverture vaccinale nationale de l'OMS et de l'UNICEF pour les vaccins contenant de la rougeole en 2021 pour la Mauritanie était de 63%, tandis que la couverture de l'administration nationale était de 89% en 2021. Ces deux estimations sont inférieures à la couverture de 95 % requise pour maintenir l'immunité de la population. D'autres raisons peuvent être à l'origine des épidémies : la forte densité de population là où les épidémies se produisent, comme dans le camp de réfugiés de M'berra situé dans le département de Bassikounou et dans les wilayas très peuplées de Nouakchott.

Source : Organisation mondiale de la santé