Effondrement des cas de rougeole signalés en 2023 par l'Organisation panaméricaine de la santé, mais la vigilance reste de mise Médecine des voyages

Publié le 24 oct. 2023 à 23h17

Biographie

Médecin biologiste.

Après que la Région OMS des Amériques a été déclarée exempte de rougeole en septembre 2016, une augmentation régulière des cas de rougeole importés d'autres Régions de l'OMS et entre pays de la Région des Amériques a été observée entre 2017 et 2019. 

En 2019, un total de 20 554 cas confirmés de rougeole, dont 19 décès, ont été signalés dans 14 pays et territoires de la Région des Amériques : Argentine (107 cas), Bahamas (3 cas), Brésil (18 203 cas, dont 15 décès), Canada (113 cas), Chili (11 cas), Colombie (244 cas, dont 1 décès), Costa Rica (10 cas), Cuba (1 cas), Curaçao (1 cas), Mexique (20 cas), Pérou (2 cas), États-Unis d'Amérique (1 282 cas), Uruguay (9 cas) et République bolivarienne du Venezuela (548 cas, dont 3 décès). Les flambées de rougeole signalées au Brésil et en République bolivarienne du Venezuela ont contribué à 92 % des cas signalés au cours de cette période.

En 2020, le nombre de cas confirmés de rougeole a diminué de 2,7 fois par rapport à 2019, des flambées ayant été signalées en Argentine et au Mexique. Cette diminution des cas en 2020 s'explique par les mesures de distanciation sociale imposées par la pandémie de COVID-19. Entre 2020 et 2022, la circulation endémique du virus de la rougeole s'est poursuivie au Brésil.

En 2021, 730 cas confirmés de rougeole ont été signalés dans la région, répartis comme suit : Brésil (676), Guyane française (5) et États-Unis (49). Les cas signalés en Guyane française avaient des antécédents de voyage au Brésil.

En 2022, 167 cas ont été confirmés, rapportés en Argentine (2), au Brésil (49), au Canada (3), en Équateur (1), au Paraguay (1) et aux États-Unis (118). Les génotypes identifiés entre 2018 et 2022 étaient D8 et B3 parmi 100% des cas confirmés pour lesquels un séquençage génétique a été réalisé ; entre 2018 et 2020, la proportion du génotype D8 était plus élevée, avec une moyenne de 92,5%, par rapport au B3 (moyenne de 7,5%). Cependant, la proportion du génotype B3 a augmenté en 2021 (20,5%) et 2022 (50%) parmi les échantillons pour lesquels un séquençage génétique a été effectué.

L'année 2023 a été caractérisée par le plus faible nombre de cas de rougeole déclarés. Notamment, au cours de la semaine épidémiologique (SE) 1 à la SE 42, trois pays de la Région OMS des Amériques ont signalé des cas confirmés de rougeole : le Canada avec 8 cas, le Chili avec 1 cas et les États-Unis d'Amérique avec 29 cas.

  • Au Canada, entre EW 1 et EW 39 de 2023, 8 cas confirmés de rougeole importée ou liée à une importation ont été déclarés par les provinces de l'Ontario (6 cas), de la Nouvelle-Écosse (1 cas) et sans information sur la province (1 cas). En 2023, le génotypage effectué sur des échantillons provenant de 7 cas a permis d'identifier le génotype D8 (n=5) et le génotype B3 (n=2).
  • Au Chili, le 12 août 2023, le point focal national du RSI de ce pays a signalé un cas confirmé de rougeole par sérologie et PCR. Le patient est un citoyen chilien de 42 ans résidant dans la région métropolitaine. Il a voyagé en Arménie et en Géorgie (16 et 26 juillet), ce qui correspond à la période d'incubation. Les symptômes ont débuté le 7 août par de la fièvre et ont ensuite évolué vers une éruption cutanée, une conjonctivite et des arthralgies.
  • Aux États-Unis, entre le 1er janvier 2023 et le 29 septembre 2023, 29 cas confirmés de rougeole ont été signalés dans 16 juridictions. Le statut vaccinal était le suivant : 19 (66%) n'étaient pas vaccinés, 5 (17%) étaient vaccinés et 5 (17%) avaient un statut vaccinal inconnu. Les pays de voyage des 16 cas directement importés étaient les suivants : Afrique du Sud (1), Arménie (1), Éthiopie (2), Inde (4), Kazakhstan (1), Roumanie (1), Russie (1), Russie/Turquie (1), Arabie Saoudite/Turquie (1), Tanzanie (1), Tanzanie/Ouganda (1), Yémen (1). Les génotypes identifiés étaient B3 et D8.

L'OPS/OMS recommande de rester vigilant face à l'apparition potentielle de cas suspects et/ou confirmés importés d'autres régions du monde et à l'apparition de nouveaux foyers d'ampleur variable dans la Région des Amériques. Les facteurs de risque suivants doivent être pris en compte :

  • les lacunes dans la performance des indicateurs internationaux pour la surveillance intégrée de la rougeole et de la rubéole ; 
  • la faible couverture vaccinale des première et deuxième doses du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR1 et ROR2) dans de nombreux pays et territoires de la Région depuis 2020 (à l'exception du Chili avec une CV de 94% pour la première dose de ROR, les autres pays du continent sud-américain ont des CV inférieures à 90%, voire inférieures à 70% pour le Paraguay (54%), le Venezuala (68%) et la Bolivie (69%) ; 
  • la circulation active du virus dans d'autres Régions de l'OMS ; 
  • les flux migratoires de populations vulnérables au sein de la Région OMS des Amériques et en provenance d'autres Régions de l'OMS ; et 
  • l'occurrence de rassemblements de masse dans la Région, où des personnes provenant de diverses parties du continent se réunissent.

Source : Organisation panaméricaine de la santé