Grippe aviaire hautement pathogène A (H5N1) en Chine (Hong Kong): mise à jour Médecine des voyages

Publié le 24 déc. 2011 à 08h55

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le département de l'agriculture du gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong (Hong Kong Special Administrative Region Government) a notifié le 19 décembre à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) la survenue de deux nouveaux cas de grippe aviaire hautement pathogène A (H5N1) chez des animaux à Hong Kong : un Shama dayal (Copsychus saurais), résident commun et très répandu à Hong Kong, et une carcasse de poulet. Le diagnostic a été confirmé par le Département de microbiologie, Université de Hong Kong (Laboratoire de réference régional).

Le gouvernement de Hong Kong a déclaré le 21 décembre 2011 que 19 451 volailles, dont 15 569 poulets, 810 pigeons, 1 950 faisans et 1 122 poules soie, ont été abattues au marché avicole de Cheung Sha Wan le 21 décembre 2011. L'importation de volailles vivantes et les déplacements de volailles des élevages locaux sont interdits pendant 21 jours. La surveillance et le suivi des élevages avicoles locaux ont été renforcés. A ce jour, aucun virus H5 n'a été détecté dans les échantillons prélevés dans 30 élevages de poulets à Hong Kong.

Source : Organisation mondiale de la santé animale (OIE).