Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La grippe aviaire A(H5N1) dans le monde : état de la situation fin 2011

Publié le 7 jan. 2012 à 19h37

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le virus de la grippe aviaire A(H5N1) continue de circuler sur deux des continents touchés depuis le début de l'épidémie en 2003 : l'Asie et l'Afrique. En 2011, 15 pays et territoires (dont 6 pays enzootiques), versus 18 pays en 2010 (cf. Bulletin hebdomadaire international N° 276) et 12 en 2009, ont notifié des foyers épizootiques d'influenza aviaire A(H5N1).

Les foyers chez les oiseaux

En avril 2011, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ( Food and Agriculture Organization of the United Nations, FAO) a publié un rapport (Approaches to controlling preventing and eliminating A(H5N1) HP avian influenza in endemic countries), considérant ainsi 6 pays comme enzootiques ou partiellement enzootiques (versus 4 en 2010) : la Chine, le Viêt Nam, l'Indonésie, le Bangladesh, l'Egypte et l'Inde (partiellement enzootique dans certains Etats à l'est du pays).

En Asie, en dehors des foyers enzootiques, des foyers ont été décrits dans des élevages au Cambodge, en Corée du Sud, en Inde (Etats non enzootiques), en Mongolie, au Japon, au Népal, en Iran, en Israël et dans les Territoires Palestiniens, ainsi que chez des oiseaux sauvages en Chine (Tibet et Hong Kong) et en Mongolie. L'Iran n'avait pas rapporté d'épizootie depuis 2008.

En Afrique, l'Egypte reste enzootique et est, actuellement, le seul pays du continent africain à rapporter des cas.

En l'absence de surveillance de l'avifaune sauvage dans la plupart des pays concernés, l'essentiel des déclarations porte sur des élevages de volailles. Il ne peut donc être exclu qu'un plus grand nombre d'oiseaux sauvages soient affectés, pouvant être à l'origine de propagation et de réintroduction du virus.

La grippe aviaire chez l'homme

De janvier 2003 au 31 décembre 2011, 577 cas de grippe aviaire A(H5N1) dont 332 décès (létalité observée : 58 %) ont été déclarés dans 15 pays par les ministères de la santé ou l'OMS. L'Indonésie et l'Egypte sont les deux pays qui ont rapporté le plus grand nombre de cas (respectivement 32 % et 27 % du total). Du 1er janvier au 31 décembre 2011, 59 cas de grippe aviaire A(H5N1) dont 32 décès ont été rapportés par 5 pays : Bangladesh, Cambodge, Chine, Egypte et Indonésie. Le Viêt Nam n'a pas rapporté de cas en 2011, contrairement aux années précédentes.

L'Egypte est le pays qui a rapporté le plus de cas en 2011 (63 %) et constitue avec l'Indonésie l'un des deux épicentres de l'épidémie. La moitié des cas sont survenus dans la partie nord du pays et 23 des 29 gouvernorats ont rapporté des cas ; 57 % des cas étaient de sexe féminin et 37 % étaient des enfants de moins de 5 ans.

En 2011, la létalité globale observée (proportion de décès parmi les cas) était de 54 %. Elle différait de manière importante en fonction des pays : 38 % en Egypte, 82 % en Indonésie et 100 % au Cambodge (les 8 cas rapportés cette année sont décédés). Ces différences de létalité observées reflètent probablement des différences dans les systèmes de détection, de capacités diagnostiques, d'accès aux soins et de prise en charge précoce, plus performants en Egypte par rapport à d'autres pays qui détectent et rapportent essentiellement les cas graves. En dépit des variations entre les pays, la dynamique de l'épidémie au niveau mondial est globalement stable depuis la saison hivernale 2007-2008. En 2010, 48 cas dont 25 décès (létalité observée : 52 %) avaient été rapportés par 5 pays (Bulletin hebdomadaire international N° 276).

Le risque de transmission à l'homme demeure réel dans les zones affectées par des épizooties. Ce risque pourrait être modifié en raison de l'augmentation du nombre de pays à forte densité de population où la circulation virale est devenue enzootique.

Si vous  vous rendez dans une région où il existe des cas  connus d’influenza aviaire A(H5N1), il est recommandé de suivre les mesures suivantes :

  • éviter tous les endroits à risque élevé tels que les fermes d’élevage de volaille et les marchés d’animaux vivants.
  • éviter de consommer des œufs ou de la volaille insuffisamment cuits.
  • se laver les mains fréquemment.

Source : Institut de veille sanitaire (Bulletin hebdomadaire international N° 328 du 28 décembre 2011 au 2 janvier 2012) et Episouth Network (EpiSouth Weekly Epi Bulletin - N° 198 du 28 décembre 2011 au 3 janvier 2012).


Maladie : Grippe aviaire

Vaccins : AFLUNOV DARONRIX FOCLIVIA Pandemic influenza vaccine (H5N1) (split virion, inactivated, adjuvanted) GlaxoSmithKline Biologicals Pandemic Influenza Vaccine H5N1 Baxter PANDEMRIX Prepandemic influenza vaccine (H5N1) Novartis Vaccines and Diagnostic PREPANDRIX PUMARIX Vaccin prépandémique contre la grippe

Référence principale :