Risque de pénurie en vaccins contre la typhoïde : le Haut Conseil de la santé publique publie des recommandations

Publié le 17 oct. 2012 à 22h18

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 25 novembre 2021.

Des lots du vaccin Typhim Vi®, un vaccin commercialisé par le laboratoire Sanofi Pasteur MSD, ont été retirés en raison d'un contenu antigénique inférieur aux spécifications. Ce retrait de lots n'est pas lié à un problème de sécurité mais va entrainer des difficultés d'approvisionnement. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) vient de publier sur son site Internet un avis dans lequel sont définies les personnes les plus à risque d'exposition à la fièvre typhoïde, et donc prioritaires pour bénéficier de la vaccination contre cette maladie. Cet avis répond également aux questions qui se poseront aux praticiens.

Après avoir rappelé quelles sont les recommandations actuelles, le HCSP recommande des mesures liées au contexte de retrait de lots et de difficultés prochaines d'approvisionnement en vaccins contre la typhoïde.

1. Les recommandations actuelles concernant la vaccination contre la typhoïde

  • La vaccination contre la fièvre typhoïde est obligatoire pour les personnels de laboratoire d'analyse de biologie médicale, visés par l'article L.3111-4 du code de la santé publique. Cette obligation ne concerne que les personnels exposés au risque de contamination, soit essentiellement les personnes qui manipulent des selles.
  • Il s'agit d'une vaccination réglementaire pour les militaires susceptibles d'être désignés à servir outre-mer, en opérations extérieures ou en affectation embarquée.
  • La vaccination contre la fièvre typhoïde « est recommandée pour les voyageurs devant effectuer un séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions, dans des pays où l'hygiène est précaire ».
  • Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : « La vaccination contre la typhoïde peut être offerte aux voyageurs se rendant dans des endroits où le risque de la typhoïde est élevé, surtout s'ils vont séjourner dans les régions d'endémie pendant plus d'un mois et/ou dans des endroits où les souches antibiorésistantes de Salmonella Typhi sont répandues. »
  • Deux départements français, la Guyane et Mayotte, présentent une incidence relativement élevée de la typhoïde et dans ce contexte, le HCSP a recommandé que des campagnes de vaccination limitées puissent être organisées le cas échéant autour de foyers de la maladie. Il a également recommandé cette vaccination pour les personnes qui se rendent à Mayotte.

Le schéma vaccinal consiste en une injection (15 jours avant le départ pour les voyageurs) puis une revaccination tous les 3 ans si l'exposition persiste. Le vaccin peut être administré dès l'âge de 2 ans.

2. Recommandations concernant la vaccination typhoïdique suite au retrait de lots et à la probable pénurie à venir de vaccins contre la typhoïde

  • Respecter les recommandations rappelées ci-dessus en considérant comme prioritaires la vaccination des militaires se rendant en mission outre-mer, en opérations extérieures ou en affectation embarquée. La satisfaction de l'obligation légale concernant les personnels de laboratoire doit également être considérée comme prioritaire tout en notant que le respect des bonnes pratiques de laboratoire doit limiter voire annuler le risque ;
  • Réserver des doses de vaccin afin de pouvoir répondre à une éventuelle urgence sanitaire qui pourrait survenir au niveau national, notamment à Mayotte ou en Guyane ;
  • Contrôler la prescription de ce vaccin en ne le rendant disponible que dans les centres de vaccinations agréés ;
  • Utiliser les autres vaccins typhoïdiques dans la mesure de leur disponibilité et notamment privilégier le vaccin combiné (typhoïde-hépatite A) chez les personnes qui relèvent également d'une vaccination contre l'hépatite A ;
  • Ne pas revacciner avant le délai prévu de trois ans les personnes ayant reçu un vaccin appartenant aux lots qui viennent d'être retirés (l'administration de vaccins polyosidiques tels que le vaccin Typhim Vi à intervalles trop rapprochés peut entrainer une hyporéactivité immunologique, et il est probable que l'administration d'une fraction de la dose confère une protection proche de celle obtenue avec une dose entière du vaccin) ;
  • Rappeler l'importance des mesures d‘hygiène à respecter pour réduire le risque de contracter la typhoïde et les autres maladies à transmission digestive.

Le système expert de détermination des recommandations vaccinales des sites MesVaccins.net et MedecineDesVoyages.net a été actualisé et prend en compte ce nouvel avis.

Source : Haut Conseil de la santé publique.