Encéphalite japonaise à Taïwan

Publié le 15 juil. 2010 à 13h24

Biographie

- Assistant de biologie médicale et au service des urgences de l'HIA Bégin, à Saint-Mandé
- Spécialiste des envenimations, auteur de plusieurs publications scientifiques sur ce sujet, et co-auteur du livre intitulé "aspects cliniques et thérapeutiques des envenimations graves" (Urgence Pratique publications).

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération de l’industrie pharmaceutique
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins
- Déclaration mise à jour le 31/08/2014

Le CDC de Taïwan a annoncé que le nombre de cas d'encéphalite japonaise déclarés cette année était passé à 14 le 9 juillet 2010 avec 3 nouveaux cas. Un des cas a été importé lors d'un voyage d'affaires dans la province du Guangdong, en République Populaire de Chine. 

La ceinture endémique de l'encéphalite japonaise s'étend de l'Asie du Sud à la pointe nord de l'Australie en passant par l'Asie de l'Est. Il s'agit de la principale cause d'encéphalite virale en Asie, avec 30 000 à 50 000 cas signalés chaque année. La prévention de l'encéphalite japonaise repose sur le respect des règles de lutte anti-vectorielle et l'administration d'un vaccin entier inactivé, IXIARO®, en deux doses espacées de 28 jours pour les voyageurs de plus de 18 ans.

Source : Promed