Afrique : alerte à la méningite Médecine des voyages

Publié le 7 fév. 2014 à 09h04

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rapporte des cas de méningite à méningocoques dans plusieurs pays de la «ceinture de la méningite de Lapeyssonnie». Le nombre de cas augmente progressivement, mais aucun pays n'a atteint le seuil épidémique. Les pays les plus touchés depuis le début de l'année sont le Burkina Faso (185 cas), le Bénin (25 cas) et le Soudan (22 cas). Des épidémies de méningite saisonnières sont fréquentes dans les pays de l'Afrique subsaharienne pendant la saison sèche de décembre à juin. Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies.

Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les groupes A et W135. La méningite est transmise par contact direct (par gouttelettes respiratoires). En cas de symptômes (fièvre élevée, maux de tête, raideur de la nuque) il faut consulter immédiatement un médecin pour débuter un traitement antibiotique car l'évolution peut être foudroyante et devenir fatale en quelques heures.

Deux vaccins quadrivalents conjugués A, C, Y, W (Nimenrix® et Menveo®) sont disponibles pour les adultes et les enfants se rendant dans une zone d'endémie, notamment la « ceinture de la méningite » en Afrique subsaharienne : zones de savane et Sahel, d'ouest en est, du Sénégal à l'Éthiopie, au moment de la saison sèche, favorable à la transmission du méningocoque (habituellement hiver et printemps) ou dans toute autre zone où sévit une épidémie, dans des conditions de contact étroit et prolongé avec la population locale.

Des informations sont disponibles sur les sites www.MedecineDesVoyages.net et www.MesVaccins.net.

Source : Safetravel.