Un nouveau vaccin contre le méningocoque B approuvé aux Etats-Unis

Publié le 3 nov. 2014 à 23h48

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

Après Bexsero, vaccin fabriqué par Novartis et autorisé en Europe depuis janvier 2013, un second vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B vient d'être autorisé le 29 octobre 2014 aux Etats-Unis. Ce nouveau vaccin, appelé Trumenba, est indiqué dans la prévention des infections invasives à méningocoque B chez les adolescents et jeunes adultes (de l'âge de 10 ans à celui de 25 ans). Il est fabriqué par le laboratoire Pfizer.

Epidémiologie des infections invasives à méningocoque B

Suivant les données épidémiologiques communiquées par les Centers for Disease Control and Prevention, les infections invasives à méningocoques étaient responsables aux Etats Unis en 2012 de 500 cas, dont 160 cas d'infections dues au sérogroupe B. 

On peut noter le faible nombre de cas aux Etats-Unis, bien que des épidémies dues au sérogroupe B se sont déclarées dans des campus d'étudiants. Par comparaison à l'épidémiologie en France, 585 cas ont été notifiés  en 2013 (les infections invasives à méningocoques sont des maladies à déclaration obligatoire), dont 326 cas étaient dus au sérogroupe B.  

Vaccin Trumenba : composition et efficacité

Le vaccin Trumenba contient deux antigènes recombinants correspondant à chacune des deux sous-familles (A et  B) d'une protéine présente à la surface des méningocoques B, la protéine fHbp (factor H binding protein). C'est un vaccin contenant un adjuvant (hydroxyde d'aluminium).

La composition de ce vaccin est donc différente du vaccin contre le méningocoque B actuellement commercialisé en Europe, le vaccin Bexsero. En effet, celui-ci est composé de quatre protéines présentes à la surface de la bactérie :

  • la protéine fHBP, inhibiteur du complément, 
  • la protéine NadA, impliquée dans l'adhésion et l'internalisation de la bactérie dans les cellules, 
  • la protéine NHBa, favorisant la production d'anticorps bactéricides, 
  • le composant OMV, en anglais Outer Membrane Vesicles, en français "vésicules de membrane externe", dénommées ainsi en raison de leur aspect en microscopie électronique, qui présente un effet adjuvant.

L'efficacité du vaccin Trumenba a reposé sur trois études randomisées visant à étudier la réponse immunitaire en mesurant les titres en anticorps bactéricides. Après la vaccination de 2 800 adolescents selon un schéma à 3 doses (0, 2, 6 mois), respectivement 82 % dans le groupe vacciné et 1 % dans le groupe non vacciné, présentaient des titres d'anticorps bactéricides suffisants pour inactiver les antigènes vaccinaux méningococciques de type B. Cependant, l'efficacité clinique de ce vaccin (réduction du nombre de cas d'infections invasives à méningocoques B) n'a pas pu être déterminée. Son impact sur la réduction du portage nasopharyngé, qui pourrait diminuer la transmission de la maladie, n'est pas connu.

Du fait de son autorisation très récente, l'Advisory Committee on Immunization américain (équivalent du Comité technique des vaccinations en France) n'a pas encore émis de recommandation spécifique concernant le vaccin Trumenba pour la population étasunienne. 

En France, la vaccination par Bexsero est recommandée pour les populations particulièrement à risque d'infection invasive à méningocoques B.

Source : U.S. Food and Drug Administration (FDA).