La vaccination contre la grippe saisonnière réduirait de 20 % le risque d'infarctus du myocarde

Publié le 20 oct. 2010 à 21h10

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Une étude cas-témoins réalisée en Angleterre a montré une réduction du risque d'infarctus du myocarde de 20 % chez les personnes vaccinées contre la grippe saisonnière. La réduction était plus importante en cas de vaccination en début de saison.

Une diminution similaire du risque d'infarctus était observée pour la tranche d'âge de 40 à 65 ans. Alors que la vaccination contre la grippe saisonnière est actuellement recommandée aux personnes âgées de plus de 65 ans et plus en Angleterre (tout comme en France), ces résultats posent la question d'un élargissement de la recommandation vaccinale aux personnes âgées de 40 à 64 ans ayant des facteurs de risque d'infarctus du myocarde (tabagisme, hypercholestérolémie...).

Par ailleurs, cette étude n'a pas mis en évidence de diminution du risque d'infarctus après vaccination pneumococcique par le vaccin 23-valent non conjugué.

Source : Siriwardena AN, Gwini SM, Coupland CAC. Influenza vaccination, pneumococcal vaccination and risk of AMI: Matched case-control study. CMAJ 2010; DOI:10.1503/cmaj.091891.