Poliomyélite en République du Congo

Publié le 4 nov. 2010 à 20h31

Biographie

- Assistant de biologie médicale et au service des urgences de l'HIA Bégin, à Saint-Mandé
- Spécialiste des envenimations, auteur de plusieurs publications scientifiques sur ce sujet, et co-auteur du livre intitulé "aspects cliniques et thérapeutiques des envenimations graves" (Urgence Pratique publications).

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération de l’industrie pharmaceutique
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins
- Déclaration mise à jour le 31/08/2014

Une grave épidémie de poliomyélite est actuellement décrite en République Démocratique du Congo, avec 120 cas de paralysie flasque aiguë et 58 décès. Des nouveaux cas continuent d'être signalés tous les jours. La moitié des cas ont été signalés dans les dix derniers jours, tandis que le premier cas est survenu au début du mois d’octobre. Deux cas ont été causés par un poliovirus sauvage de type 1. La plupart des cas concernent de jeunes adultes. La République du Congo avait enregistré son dernier cas de poliomyélite autochtone en 2000. Des enquêtes sont en cours pour déterminer les origines du virus, probablement importé. Le gouvernement du Congo a alerté l'opinion publique et a lancé un plan d'intervention d'urgence, avec le soutien de partenaires clés, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Au moins trois campagnes nationales de vaccination sont prévues, utilisant le vaccin monovalent contre la poliomyélite par voie orale et ciblant la population entière. Il est probable que des campagnes internationales soient nécessaires pour couvrir les zones frontalières à risque. Il est important que les pays d’Afrique centrale et de la Corne de l'Afrique renforcent la surveillance des paralysies flasques aigues, afin de détecter rapidement toute importation du poliovirus et de faciliter une réponse rapide. La vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, en utilisant éventuellement un vaccin combiné incluant la valence coquelucheuse, est fortement recommandée chez les voyageurs se rendant en Angola ou en République du Congo.

Source : Organisation Mondiale de la Santé.