Description

Vaccin grippal pandémique (H1N1) (cultivé sur cellules Vero, entier, inactivé, sans adjuvant)

Classe

Inerte
- Protéique

Forme et présentation

Celvapan suspension injectable.

Composition

Vaccin grippal à virion entier, inactivé, contenant l’antigène de souche pandémique* :

A/California/07/2009 (H1N1)v : 7,5 microgrammes** par dose de 0,5 ml

* Souche cultivée sur cellules Vero (lignée cellulaire continue d’origine mammifère)
** exprimé en microgrammes d’hémagglutinine 

Ce vaccin est conforme aux recommandations de l’OMS et aux décisions de l’Union Européenne en cas de pandémie.

Ceci est un récipient multidose.

Excipients :

  • Trométamol
  • Chlorure de sodium
  • Eau pour préparations injectables
  • Polysorbate 80

Indications

Prophylaxie de la grippe en cas de pandémie officiellement déclarée.

Le vaccin grippal pandémique doit être utilisé selon les recommandations officielles.

Posologie

Ce vaccin grippal pandémique H1N1 a été autorisé sur la base de données obtenues avec le vaccin contenant l’antigène H5N1 auxquelles ont été ajoutées les données obtenues avec un vaccin contenant l’antigène H1N1. La rubrique « Données cliniques » du RCP sera mise à jour en fonction des nouvelles données qui seront obtenues.

Des données limitées de tolérance issues d’études cliniques sont disponibles pour Celvapan (H1N1) chez les adultes sains et les personnes âgées, ainsi que des données très limitées de tolérance chez les enfants (voir les rubriques Mise en garde et précautions d'emploi et Effets indésirables). La décision d’administrer Celvapan (H1N1) dans chaque tranche d’âge définie ci-dessous doit prendre en compte l’ensemble des données cliniques disponibles avec une formulation de vaccin contenant l’antigène H5N1 ainsi que les caractéristiques de la maladie liée à la pandémie grippale actuelle.

Les recommandations posologiques sont fondées sur les données de tolérance et d’immunogénicité relatives à l’administration à J0 et J21 du vaccin dérivé de la souche A/Vietnam/1203/2004 (H5N1) contenant 7,5 µg d’hémagglutinine (HA) chez les adultes y compris chez les personnes âgées.

Voir les rubriques Mise en garde et précautions d'emploi et Effets indésirables ainsi que la rubrique Propriétés pharmacodynamiques dans le RCP.

1. Adultes et sujets âgés

Une dose de 0,5 ml à une date déterminée.

Une seconde dose de vaccin doit être administrée après un intervalle d’au moins trois semaines.

2. Enfants et adolescents âgés de 6 mois à 17 ans

Il n’y a pas de données disponibles chez les enfants et les adolescents. Cependant, si la vaccination est jugée nécessaire, l’expérience des vaccins élaborés de manière similaire suggère que la dose administrée pour l’adulte semble être adaptée. La dose utilisée doit prendre en compte l’ensemble des données et les caractéristiques de la maladie liée à la pandémie grippale actuelle.

3. Enfants de moins de 6 mois

La vaccination n’est actuellement pas recommandée dans cette tranche d’âge.

Lorsque Celvapan est utilisé pour la première dose, il est recommandé de terminer le schéma de vaccination avec Celvapan .

Mode d'administration

L’immunisation doit être réalisée par voie intramusculaire de préférence dans le muscle deltoïde ou dans la face antérolatérale de la cuisse, en fonction de la masse musculaire

Contre-indications

Antécédent de réaction anaphylactique (c’est-à-dire mettant en jeu le pronostic vital) à l’un des constituants du vaccin ou aux résidus à l’état de traces (par exemple formaldéhyde, benzonase, saccharose).

Si la vaccination est jugée nécessaire, l’équipement médical de réanimation doit être immédiatement disponible en cas de besoin.

Mises en garde et précautions d'emploi

L’administration de ce vaccin à une personne ayant des antécédents d’hypersensibilité (autre qu’une réaction anaphylactique) à la (aux) substance(s) active(s), à l’un des excipients ou résidus à l’état de traces tels que formaldéhyde, benzonase ou saccharose doit faire l’objet de précautions.

Comme avec tous les vaccins injectables, il est recommandé de toujours disposer d’un traitement médical approprié et de surveiller le patient dans l’éventualité, rare, d’une réaction anaphylactique suite à l’administration du vaccin.

Nouveau. Des réactions d’hypersensibilité et notamment d’anaphylaxie ont été signalées suite à l’administration de Celvapan (voir rubrique Effets indésirables). Ces réactions ont été observées chez des patients ayant des antécédents d’allergies multiples et des patients sans allergie connue.

Si la situation pandémique le permet, la vaccination doit être différée en cas de maladie fébrile sévère ou d’infection aiguë.

L’immunisation doit être réalisée par voie intramusculaire de préférence dans le muscle deltoïde ou dans la face antérolatérale de la cuisse, en fonction de la masse musculaire. Il n’y a pas de données concernant l’administration de Celvapan par voie sous-cutanée. Aussi, les professionnels de santé doivent donc évaluer les bénéfices et les risques potentiels liés à l’administration de ce vaccin chez des personnes présentant une thrombocytopénie ou un trouble de la coagulation qui contre-indiquerait l’injection intramusculaire, sauf si le bénéfice potentiel l’emporte sur les risques de saignement.

Celvapan ne doit en aucun cas être administré par voie intravasculaire.

La réponse en anticorps chez les patients présentant une immunodépression congénitale ou acquise peut être insuffisante.

Une réponse protectrice peut ne pas être obtenue chez tous les sujets vaccinés.

Il n’y a pas de données de tolérance, d’immunogénicité ou d’efficacité permettant d’interchanger Celvapan avec d’autres vaccins pandémiques H1N1.

Interactions

Il n’existe aucune donnée sur la co-administration de Celvapan avec d’autres vaccins. Cependant, si la coadministration avec un autre vaccin est envisagée, les injections doivent être pratiquées sur des membres différents. Il faut noter que les effets indésirables peuvent être intensifiés.

La réponse immunitaire peut être diminuée si le patient est sous traitement immunosuppresseur.

Après vaccination antigrippale, des réponses faussement positives aux tests sérologiques utilisant la méthode ELISA pour détecter les anticorps contre le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), le virus de l’hépatite C et surtout le virus T-Lymphotropique Humain de type 1 (HTLV-1) peuvent être observées. Infirmées par la méthode du Western Blot, ces réactions transitoires faussement positives pourraient être dues à la réponse IgM induite par la vaccination.

Grossesse

Il n’y a actuellement aucune donnée disponible concernant l’utilisation de Celvapan pendant la grossesse. Les données chez les femmes enceintes vaccinées avec différents vaccins grippaux saisonniers inactivés sans adjuvant ne suggèrent pas de malformations, ou de toxicité foetale ou néonatale. 

Les études sur l’animal avec Celvapan n’indiquent pas de reprotoxicité. 

Si cela est jugé nécessaire, l’administration de Celvapan pendant la grossesse peut être envisagée, en prenant en compte les recommandations officielles.

Allaitement

Celvapan peut être administré chez les femmes qui allaitent.

Effets indésirables

Nouveau (02/06/2010).

1. Essais cliniques avec le vaccin prototype H5N1

Lors d’essais cliniques avec le vaccin prototype utilisant une souche H5N1 (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques dans le RCP) chez 3576 adultes (3116 âgés de 18 à 59 ans et 460 de 60 ans et plus), les effets indésirables suivants ont été évalués par l’investigateur comme probablement liés au vaccin. La plupart des effets indésirables étaient d’intensité légère, de courte durée et qualitativement similaires à ceux induits par les vaccins grippaux. Les effets indésirables étaient moins nombreux lors de la deuxième dose du vaccin que lors de la première dose. L’effet indésirable le plus fréquent était une douleur au point d’injection, généralement légère. Les événements indésirables rapportés au cours des essais cliniques réalisés avec le vaccin prototype sont listés ci-dessous (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques dans le RCP pour plus d’informations sur les vaccins prototypes).

Les événements indésirables rapportés sont listés selon les fréquences suivantes.

  • Très fréquent (≥1/10)
  • Fréquent (≥1/100, <1/10)
  • Peu fréquent (≥1/1 000, <1/100)
  • Rare (≥1/10 000, <1/1 000)
  • Très rare (<1/10 000).
  • Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

Au sein de chaque groupe de fréquence, les événements indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

1.1. Infections et infestations

  • Fréquent : rhinopharyngite

1.2. Affections hématologiques et du système lymphatique

  • Peu fréquent : lymphadénopathie

1.3. Affections psychiatriques

  • Peu fréquent : insomnie, agitation

1.4. Affections du système nerveux

  • Très fréquent : céphalées
  • Fréquent : sensation vertigineuse
  • Peu fréquent : somnolence, dysesthésie, paresthésie

1.5. Affections oculaires

  • Peu fréquent : conjonctivite

1.6. Affections de l’oreille et du labyrinthe

  • Fréquent : vertiges
  • Peu fréquent : perte soudaine de l’audition
  • Rare : douleur auriculaire

1.7. Affections vasculaires

  • Peu fréquent : hypotension

1.8. Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

  • Fréquent : douleur pharyngo-laryngienne
  • Peu fréquent : dyspnée, toux, rhinorrhée, congestion nasale, gorge sèche

1.9. Affections gastro-intestinales

  • Peu fréquent : symptômes gastro-intestinaux (tels que nausées, vomissements, diarrhées et douleurs abdominales hautes)

1.10. Affections de la peau et du tissu sous-cutané

  • Fréquent : hyperhidrose
  • Peu fréquent : éruption cutanée, prurit, urticaire

1.11. Affections musculo-squelettiques et systémiques

  • Fréquent : arthralgies, myalgies

1.12. Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Très fréquent : douleur au point d’injection, fatigue
  • Fréquent : pyrexie, frissons, malaise, induration, érythème, gonflement et hémorragie au point d’injection
  • Peu fréquent : irritation au point d’injection
  • Rare : gêne aux mouvements du membre vacciné

2. Essais cliniques avec Celvapan

Les données préliminaires et limitées de tolérance après la première et seconde dose au cours d’ essais cliniques menés chez des adultes âgés de plus de 18 ans (N=408) et après la première dose chez des enfants âgés de 9 à 17 ans (N=101), de 3 à 8 ans (N=24) et de 6 à 35 mois (N=21), réalisés sur deux dosages (3,5 µg ou 7,5 µg) de Celvapan H1N1v, suggèrent un profil de tolérance comparable à celui rapporté avec les vaccins grippaux de souche H5N1.

3. Surveillance après commercialisation

3.1. Celvapan H1N1

Les réactions indésirables suivantes ont été observées au cours de la surveillance après commercialisation chez l’adulte et l’enfant vaccinés avec Celvapan H1N1. La fréquence de ces réactions indésirables n’est pas connue.

3.1.1. Affections du système immunitaire

  • Réaction anaphylactique*
  • Hypersensibilité*

3.1.2. Affections du système nerveux

  • Convulsion fébrile

3.1.3. Affections de la peau et du tissus sous-cutané

  • Angiooedème

* Ces réactions se sont manifestées par une détresse respiratoire, une hypotension, une tachycardie, une tachypnée, une cyanose, de la fièvre, des bouffées congestives, un angiooedème et un urticaire.

3.1.4. Affections musculo-squelettiques et systémiques

Douleurs aux extrémités (rapportées dans la plupart des cas dans le bras d’injection du vaccin )

3.1.5. Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Syndrome pseudo-grippal

3.2. Vaccins trivalents interpandémiques

Au cours de la surveillance après commercialisation des vaccins trivalents interpandémiques cultivés sur oeufs, les effets indésirables graves suivants ont été rapportés :

3.2.1. Peu fréquent

  • Réactions cutanées généralisées

3.2.2. Rare

  • Névralgie
  • Paresthésie
  • Thrombocytopénie transitoire
  • Des réactions allergiques conduisant, dans de rares cas, à un choc anaphylactique ont été rapportées

3.2.3. Très rare

  • Vascularite avec atteinte rénale transitoire
  • Troubles neurologiques, tels qu’encéphalomyélite, névrite et syndrome de Guillain-Barré.

Pharmacodynamie

Voir le RCP.

Autres informations

Dernière mise à jour du RCP le 2 juin 2010 (effets indésirables).

Conservation.

A conserver au réfrigérateur (entre 2°C et 8°C). Ne pas congeler. A conserver dans l’emballage extérieur d’origine, à l’abri de la lumière.

Durée de conservation : 1 an.

Le produit doit être utilisé immédiatement après la première ouverture. Toutefois, la stabilité physique et chimique en cours d’utilisation a été démontrée pendant 3 heures à température ambiante.

Nature et contenu de l’emballage extérieur.

5 ml de suspension (10 doses de 0,5 ml) en flacon (verre de type 1) muni d’un bouchon (caoutchouc bromobutyle). Boîte de 20 flacons multidoses.

Précautions particulières d’élimination et manipulation.

Le vaccin doit être amené à température ambiante avant utilisation. Agiter avant emploi. Chaque dose de vaccin de 0,5 ml est prélevée dans une seringue pour injection. Tout vaccin non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur. 

Résumé à l'intention du public

http://www.ema.europa.eu/docs/fr_FR/document_library/EPAR_-_Summary_for_the_public/human/000982/WC500022671.pdf