Autorisé par l'Agence européenne des médicaments mais non recommandé en France. Mise à jour du 21 déc 2023 : la durée de conservation passe de 15 à 21 mois.

Description

Vaccin anti-covid 19 à sous-unité protéique, protéine de pointe recombinante, hétérodimère de fusion RBD, avec adjuvant.

Classe

Inerte
- Protéine recombinante

Forme et présentation

Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire qui permettra l’identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de la santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique "Effets indésirables" pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

BIMERVAX émulsion injectable.
Vaccin contre la covid 19 (recombinant, avec adjuvant).

Émulsion injectable (injection) 
Émulsion blanche homogène.

Nature et contenu de l’emballage extérieur

  • 5 mL d’émulsion dans un flacon multidose (verre de type I) fermé par un bouchon en élastomère de type I et une bague en aluminium avec une capsule amovible en plastique.
    Chaque flacon contient : 10 doses de 0,5 mL
    Présentation : 10 flacons multidoses.

Composition

Il s’agit d’un flacon multidose, qui contient 10 doses de 0,5 mL.

1. Antigène

Une dose (0,5 mL) contient 40 microgrammes de selvacovatéine avec du SQBA comme adjuvant.

La selvacovatéine est un hétérodimère de fusion du domaine de liaison au récepteur (receptor binding domain, RBD) de la protéine spike (S) recombinante du virus SARS-CoV-2 (souches B.1.351 et B.1.1.7) produit par la technologie de l’ADN recombinant en utilisant un plasmide comme vecteur d’expression dans une lignée de cellules CHO.

2. Adjuvant

Adjuvant SQBA contenant par dose de 0,5 mL : squalène (9,75 mg), polysorbate 80 (1,18 mg), trioléate de sorbitane (1,18 mg), citrate de sodium (0,66 mg), acide citrique (0,04 mg) et de l'eau pour préparations injectables.

3. Excipients

  • Phosphate disodique dodécahydraté 
  • Dihydrogénophosphate de potassium 
  • Chlorure de sodium
  • Chlorure de potassium
  • Eau pour préparations injectables

Indications

BIMERVAX est indiqué en rappel pour l’immunisation active pour la prévention de la covid 19 chez les personnes âgées de 16 ans et plus qui ont reçu précédemment un vaccin à ARNm contre la covid 19 (voir rubriques "Posologie" et "Pharmacodynamie").

L’utilisation de ce vaccin doit être conforme aux recommandations officielles.

Posologie

Personnes âgées de 16 ans et plus

Une dose intramusculaire unique (0,5 mL) de BIMERVAX doit être administrée. Un intervalle d’au moins 6 mois doit être respecté entre l’administration précédente d’un vaccin à ARNm et l’administration de BIMERVAX (voir rubrique "Pharmacodynamie").

Personnes âgées

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Population pédiatrique

La sécurité et l’efficacité de BIMERVAX chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 16 ans n’ont pas encore été établies. Aucune donnée n’est disponible.

Mode d'administration

BIMERVAX doit être administré par voie intramusculaire uniquement, de préférence dans le muscle deltoïde de la partie supérieure du bras.

Ne pas administrer ce vaccin par voie intraveineuse, sous-cutanée ou intradermique.

Le vaccin ne doit pas être mélangé dans la même seringue avec d’autres vaccins ou médicaments.

Pour les précautions à prendre avant l’administration du vaccin, voir rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi".

Pour les instructions concernant la manipulation et l’élimination du vaccin, voir rubrique "Manipulation".

Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique "Composition".

Mises en garde et précautions d'emploi

Traçabilité

Afin d’améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom et le numéro de lot du produit administré doivent être clairement enregistrés.

Hypersensibilité et anaphylaxie

Des cas d’anaphylaxie ont été rapportés avec les vaccins contre la covid 19. Il convient de toujours disposer d’un traitement médical approprié et de surveiller le sujet vacciné en cas de survenue d’une réaction anaphylactique suite à l’administration du vaccin.

Une surveillance étroite pendant au moins 15 minutes est recommandée après la vaccination. Réactions liées à l’anxiété

Des réactions liées à l’anxiété, dont des réactions vasovagales (syncope), une hyperventilation ou des réactions liées au stress, peuvent survenir lors de la vaccination reflétant une réponse psychogène à l’injection via l’aiguille. Il est important que des précautions soient prises pour éviter les blessures en cas d’évanouissement.

Affection concomitante

La vaccination doit être reportée chez les personnes présentant une affection fébrile aiguë sévère ou une infection aiguë. La présence d’une infection mineure et/ou d’une fièvre peu élevée ne doit pas retarder la vaccination.

Thrombopénie et troubles de la coagulation

Comme pour les autres injections par voie intramusculaire, le vaccin doit être administré avec prudence chez les personnes recevant un traitement anticoagulant ou présentant une thrombopénie ou tout autre trouble de la coagulation (comme l’hémophilie), car un saignement ou une ecchymose peut survenir après une administration intramusculaire chez ces personnes.

Personnes immunodéprimées

L’efficacité et la sécurité du vaccin n’ont pas été évaluées chez les sujets immunodéprimés, y compris ceux recevant un traitement immunosuppresseur. L’efficacité de BIMERVAX peut être diminuée chez les sujets immunodéprimés.

Durée de protection

La durée de protection conférée par le vaccin n’est pas établie et est toujours en cours d’évaluation dans le cadre d’essais cliniques.

Limites de l’efficacité du vaccin

Comme pour tout vaccin, il est possible que les personnes vaccinées par BIMERVAX ne soient pas toutes protégées.

Excipients

Potassium : ce vaccin contient moins de 1 mmol (39 mg) de potassium par dose, c’est-à-dire qu’il est essentiellement « sans potassium ».

Sodium : ce vaccin contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c’est-à-dire qu’il est essentiellement « sans sodium ».

Interactions

Aucune étude d’interaction n’a été réalisée.

L’administration concomitante de BIMERVAX avec d’autres vaccins n’a pas été étudiée.

Grossesse

Il n’existe pas de données sur l’utilisation de BIMERVAX chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement embryo-fœtal, la mise-bas ou développement postnatal (voir rubrique "Autres informations / Données de sécurité préclinique").

L’administration de BIMERVAX pendant la grossesse ne doit être envisagée que si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus.

Fertilité

Les études effectuées chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effets délétères directs ou indirects sur la reproduction, voir rubrique "Autres informations / Données de sécurité préclinique".

Allaitement

On ne sait pas si BIMERVAX est excrété dans le lait maternel.

Aucun effet chez les nouveau-nés ou nourrissons allaités n’est attendu dans la mesure où l’exposition systémique à BIMERVAX chez la femme qui allaite est négligeable.

Effets indésirables

1. Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés étaient une douleur au site d’injection (82,2 %), des céphalées (30,2 %), une fatigue (30,9 %) et des myalgies (20,2 %). La durée médiane des effets indésirables locaux et systémiques était de 1 à 3 jours. La plupart des effets indésirables sont survenus dans les 3 jours suivant la vaccination et étaient d’intensité légère à modérée.

Tableau des effets indésirables

Le profil de sécurité présenté ci-dessous est basé sur des données de sécurité intermédiaires, combinées, générées dans deux essais cliniques de phase 2b et de phase 3, avec un total de 3 192 personnes âgées de 16 ans et plus ayant reçu une dose de rappel de BIMERVAX au moins 3 mois après un précédent vaccin contre le covid 19. La durée médiane du suivi de sécurité était de 5 mois pour 84 % des individus et de 7,5 mois pour 16 % des individus.

Les effets indésirables observés au cours des études cliniques, énumérés ci-dessous, sont classées selon les catégories de fréquence suivantes : 

  • très fréquent (≥ 1/10) ;
  • fréquent (≥ 1/100 à < 1/10) ;
  • peu fréquent (≥ 1/1 000 à < 1/100) ;
  • rare (≥ 1/10 000 à < 1/1 000) ;
  • très rare (< 1/10 000) ;
  • indéterminée (la fréquence ne peut être estimée à partir des données disponibles).

Affections hématologiques et du système lymphatique

  • Rare : lymphadénopathie a.

Affections psychiatriques

  • Peu fréquent : insomnie.

Affections du système nerveux

  • Très fréquent : céphalées.
  • Peu fréquent : étourdissements, somnolence.
  • Rare : paresthésie Hypoesthésie.

Affections cardiaques

  • Fréquence indéterminée : péricardite c.

Affections gastro-intestinales

  • Fréquent : diarrhée, vomissements, nausées.
  • Peu fréquent : odynophagie, douleur abdominale b.

Affections de la peau et du tissu sous- cutané

  • Peu fréquent : prurit.
  • Rare : urticaire, sueurs froides, éruption cutanée, érythème.

Affections musculosquelettiques et systémiques

  • Très fréquent : myalgie.
  • Peu fréquent : arthralgie.
  • Rare : douleur dorsale.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Très fréquent : douleur au site d’injection, fatigue.
  • Fréquent : gonflement au site d’injection, érythème au site d’injection, induration au site d’injection, fièvre, douleur axillaire.
  • Peu fréquent : asthénie, frissons, malaise, prurit au site d’injection, hypersensibilité au site d’injection.
  • Rare : ecchymose au site d’injection.

a : ce terme incluait également les événements rapportés comme lymphadénite.
b : ce terme incluait également les événements rapportés comme douleurs abdominales hautes et basses. 
c : basé sur un événement unique survenu aux cours des essais cliniques.

2. Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

BIMERVAX n’a aucun effet ou un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Cependant, certains des effets mentionnés dans la rubrique "Effets indésirables" peuvent altérer temporairement l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

3. Surdosage

En cas de surdosage, une surveillance des fonctions vitales et un traitement symptomatique éventuel sont recommandés.

4. Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

Pharmacodynamie

Classe pharmacothérapeutique : vaccins, vaccins contre le covid 19.
Code ATC : J07BN 

Mécanisme d’action

BIMERVAX est un vaccin protéique recombinant dont la substance active (antigène) est un hétérodimère de fusion du domaine de liaison au récepteur (RBD) de la protéine spike (S) recombinante du virus SARS-CoV-2 - souches B.1.351-B.1.1.7. Après l’administration, une réponse immunitaire est générée, à la fois au niveau humoral et cellulaire, contre l’antigène RBD du SARS- CoV-2. Les anticorps neutralisants dirigés contre le domaine RBD du SARS-CoV-2 empêchent la liaison du RBD à sa cible cellulaire, l’ACE2, bloquant ainsi la fusion membranaire et l’infection virale. En outre, BIMERVAX induit une réponse immunitaire des lymphocytes T spécifiques à l’antigène, ce qui peut contribuer à la protection contre la covid 19.

Efficacité

L’efficacité de BIMERVAX a été déterminée par immunobridging des réponses immunitaires à un vaccin contre la covid 19 autorisé, pour lequel l’efficacité clinique a été établie.

Immunogénicité

L’immunogénicité de BIMERVAX a été évaluée dans un essai clinique pivot multicentrique de phase 2b (étude HIPRA-HH-2) et dans un essai clinique multicentrique de phase 3 (étude HIPRA-HH- 5).

Étude HIPRA-HH-2

L’étude HIPRA-HH-2 est un essai clinique de non-infériorité, de phase 2b en cours, en double aveugle, randomisé, contrôlépar comparateur actif, multicentrique, visant à évaluer l’immunogénicité et la sécurité d’emploi d’une vaccination de rappel par BIMERVAX par rapport au vaccin à ARNm/tozinaméran contre la covid 19, chez des adultes ayant reçu un schéma complet de primovaccination contre la covid 19 par un vaccin à ARNm au moins 6 mois avant l’inclusion. Dans cet essai clinique de phase 2b, ont été exclues les personnes enceintes, les personnes immunodéprimées ou qui avaient reçu des immunosuppresseurs dans les 12 semaines précédentes, ainsi que les personnes ayant précédemment été infectées par la covid 19. Les personnes devaient également respecter un intervalle minimum de 3 mois après la réception de toute immunothérapie (anticorps monoclonaux, plasma) avant l’étude.

Au total, 765 sujets ont été vaccinés ; 513 sujets ont reçu le BIMERVAX et 252 sujets ont reçu le vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran). Au total, 751 sujets ont été analysés (504 sujets ayant reçu BIMERVAX et 247 sujets ayant reçu un vaccin à ARNm contre la covid 19), en excluant ceux ayant eu un résultat positif pour la covid 19 dans les 14 jours suivant la dose de rappel. La randomisation était stratifiée par groupe d’âge (18 à 64 ans versus 65 ans et plus). L’âge médian était de 42 ans (tranche d’âge : 19 à 76 ans), avec des tranches d’âge similaires dans les deux bras de vaccination, comprenant respectivement 7,4 % et 7,1 % de sujets âgés de 65 ans et plus dans les bras BIMERVAX et de vaccin à ARNm contre la covid 19.

L’immunogénicité d’une dose de rappel de BIMERVAX a été évaluée sur la base de l’ évaluation des moyennes géométriques des titres (MGT) d’ anticorps neutralisants, mesurés par un test de neutralisation des pseudovirus (pseudovirion-based neutralisation assay, PBNA) contre la souche D614G de SARS-CoV-2, les variants Bêta, Delta, et Omicron BA.1. Le rapport des MGT est le résultat des valeurs de MGT (DI50) du vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran)/BIMERVAX. La non-infériorité de BIMERVAX par rapport au vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran) est conclue si la limite supérieure de l’intervalle de confiance (IC) bilatéral à 95 % du rapport des MGT est < 1,4. La supériorité de BIMERVAX par rapport au vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran) est conclue si la limite supérieure de l’intervalle de confiance bilatéral à 95 % du rapport des MGT est < 1,0 (voir Tableau 2, colonne Rapport des MGT).

Tableau 1 - Rapport des MGT après la dose de rappel de BIMERVAX par rapport au vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran), avec les titres de neutralisation (PBNA) contre le SARS-CoV-2 (souche D614G), les variants Bêta, Delta et Omicron BA.1 aux Jours 14, 28, 98 et 182 après la dose de rappel (population per protocole).

N : nombre de participants dans la population per protocole ; 
Abréviations : MGT = moyenne géométrique des titres ; IC = intervalle de confiance ; PBNA = test de neutralisation des pseudovirus.
La non-infériorité de BIMERVAX par rapport au vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran) est conclue si la limite supérieure de l’intervalle de confiance bilatéral à 95 % du rapport des MGT vaccin à ARNm contre la covid 19 / BIMERVAX est < 1,4.
La supériorité de BIMERVAX par rapport au vaccin à ARNm contre la covid 19 (tozinaméran) est conclue si la limite supérieure de l’intervalle de confiance bilatéral à 95 % du rapport des MGT vaccin à ARNm contre la covid 19 / BIMERVAX est < 1,0.

HIPRA-HH-5

Cette étude est un essai clinique de phase 3, multicentrique, en ouvert, à bras unique, en cours, visant à évaluer la sécurité d’emploi et l’immunogénicité d’une vaccination de rappel par BIMERVAX pour la prévention de la covid 19 chez des patients vaccinés par plusieurs schémas de primovaccination, ayant ou non présenté antérieurement une forme non sévère d’infection covid 19. BIMERVAX a été administré au moins 91 jours après la dernière dose ou au moins 30 jours après l’infection covid 19. Dans cet essai clinique de phase 3, les personnes enceintes ainsi que les personnes immunodéprimées ou ayant reçu des immunosuppresseurs dans les 12 semaines précédentes étaient exclues. Les personnes devaient également respecter un intervalle minimum de 3 mois après la réception de toute immunothérapie (anticorps monoclonaux, plasma) avant l’étude.

Le rapport intermédiaire inclut les données provenant d’un total de 2 646 sujets ayant été vaccinés par une dose de rappel de BIMERVAX , des personnes en bonne santé (âgées d’au moins 16 ans) précédemment vaccinées par différents vaccins contre la covid 19 (vaccins à ARNm contre la covid 19 : tozinaméran et élasoméran, et vaccins à vecteur adénoviral (vaccin contre la covid 19 (ChAdOx1-S [recombinant]) et vaccin contre la covid 19 (Ad26.COV2-S [recombinant])). Parmi ces sujets, 230 (8 %) ont été inclus dans la population d’immunogénicité. Dans l’analyse de l’immunogénicité, tous les sujets du groupe de vaccination Comirnaty/Comirnaty étaient âgés de 16 à 17 ans.

Dans l’ensemble, l’âge médian était de 34,4 ans (tranche d’âge : 16 à 85 ans). La répartition entre les deux sexes était équilibrée, soit 52,49 % d’hommes et 47,47 % de femmes.

L’immunogénicité a été mesurée par un test de neutralisation de pseudovirus (PBNA) contre la souche D614G et contre les variants Bêta, Delta et Omicron BA.1 du virus SARS-CoV-2. Les données de MGT (moyenne géométrique des titres : DI50) avant l’administration de la dose de rappel et à Jour 14 (2 semaines après l’administration de la dose de rappel) sont présentées dans le tableau suivant.

Tableau 2 - Moyenne géométrique des titres (MGT) d’anticorps neutralisants 14 jours après le rappel par BIMERVAX chez des personnes âgées de 16 ans et plus – analyse per protocole.

N : nombre de participants avec des données disponibles pour le critère d’évaluation concerné Abréviations : MGT = moyenne géométrique des titres ; IC = intervalle de confiance

Personnes âgées

L’immunogénicité de BIMERVAX a été démontrée chez 38 personnes âgées (≥ 65 ans), représentant 7,4 %des personnes ayant reçu BIMERVAX.

Population pédiatrique

L’Agence européenne des médicaments a différé l’obligation de soumettre les résultats d’études réalisées avec BIMERVAX dans un ou plusieurs sous-groupes de la population pédiatrique dans la prévention de la covid 19 (voir rubrique "Posologie" pour les informations concernant l’usage pédiatrique).


Conservation

Flacon non ouvert :

21 mois entre 2 °C et 8 °C.

Flacon perforé :

La stabilité chimique et physique en cours d’utilisation a été démontrée pendant 6 heures à une température comprise entre 2 °C et 8 °C depuis le moment du premier prélèvement avec une aiguille.

D’un point de vue microbiologique, après première ouverture (premier prélèvement avec une aiguille), le vaccin doit être utilisé immédiatement. A défaut d’une utilisation immédiate, les durées et conditions de conservation en cours d’utilisation relèvent de la responsabilité de l’utilisateur.

Manipulation

À conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C). Ne pas congeler.

Conserver les flacons dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

Pour les conditions de conservation du médicament après première ouverture.

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments ni dilué.

L'administration du vaccin doit être consignée par le médecin sur le carnet de vaccination ou de santé avec le numéro de lot. Il peut aussi être inscrit par le patient ou son médecin sur un carnet de vaccination électronique.

Instructions de manipulation et d’administration

Le vaccin doit être manipulé par un professionnel de la santé en utilisant une technique aseptique pour garantir la stérilité de chaque dose.

Préparation à l’utilisation

  • Le vaccin est prêt à l’emploi.
  • Le vaccin non ouvert doit être conservé entre 2 °C et 8 °C et maintenu dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.
  • Juste avant utilisation, retirez le flacon de vaccin de l’emballage extérieur.
  • Après le premier prélèvement avec une aiguille dans le flacon, notez la date et l'heure à laquelle le flacon doit être jeté (6 heures après le premier prélèvement avec une aiguille) sur la zone de l’étiquette du flacon prévue à cet effet.

Inspection du flacon

  • Faites tourner doucement le flacon multidose avant et entre chaque prélèvement de dose. Ne pas secouer.
  • Chaque flacon multidose contient une émulsion blanche et homogène.
  • Inspectez à l’œil nu le vaccin pour vérifier l’absence de particules et/ou d’un changement de couleur avant l’administration. N’administrez pas le vaccin en présence de l’un de ces signes.

Administration du vaccin

  • Chaque flacon contient un volume excédentaire afin de garantir qu’un maximum de 10 doses de 0,5 mL chacune puisse être prélevé. Jetez tout vaccin restant dans le flacon après le prélèvement de 10 doses.
  • Chaque dose de 0,5 mL est prélevée à l’aide d’une aiguille et d’une seringue stériles et est administrée par injection intramusculaire, de préférence dans le muscle deltoïde de la partie supérieure du bras.
  • Une fois que le vaccin a été prélevé dans la seringue, il est stable pendant au moins 6 heures, soit au réfrigérateur, soit à température ambiante. (< 25 oC).
  • Ne mélangez pas le vaccin avec d’autres vaccins ou médicaments dans la même seringue.
  • Ne regroupez pas les résidus de vaccin provenant de plusieurs flacons.

Conservation après le premier prélèvement à l’aide d’une aiguille

  • Après le premier prélèvement à l’aide d’une aiguille, conservez le flacon ouvert entre 2 °C et 8 °C pendant un maximum de 6 heures.

Élimination

Éliminez ce vaccin s’il n’est pas utilisé dans les 6 heures suivant la première ponction du flacon.

Destruction

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Autres informations

Données de sécurité préclinique

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de toxicologie en administration répétée n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Génotoxicité et cancérogénicité

Le potentiel génotoxique ou cancérigène de BIMERVAX n’a pas été évalué. Il n’est pas attendu que les composants du vaccin présentent un potentiel génotoxique ou cancérigène.

Toxicité pour la reproduction

Une étude de toxicité sur le développement et la reproduction a été réalisée chez des rats femelles et mâles avant l’accouplement et pendant la gestation. BIMERVAX a été administré par voie intramusculaire (équivalent à une dose humaine complète) à des femelles rats à quatre reprises, 21 et 14 jours avant l’accouplement et les jours 9 et 19 de la gestation. Les mâles ont reçu trois administrations, 35, 28 et 6 jours avant l'accouplement. Aucun effet indésirable lié au vaccin n’a été observé sur la fertilité, la gestation/l’allaitement ou le développement de l’embryon/du fœtus et de la progéniture.