Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Épidémie d'hépatite E notifiée en République Centrafricaine Médecine des voyages

Publié le 9 oct. 2018 à 08h30

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages ( depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En République Centrafricaine, le 2 octobre 2018, le ministère de la Santé et de la Population a notifié une épidémie d'infection par le virus de l'hépatite E (VHE) dans le district sanitaire de Bocaranga-Koui, situé dans la partie nord-ouest du pays.

L'enquête sur l'éclosion, conduite par les autorités sanitaires, a identifié 31 cas d'ictère aigu survenu entre les semaines 37 et 39, et des échantillons de sang ont été obtenus en conséquence. Les résultats des tests du laboratoire de l'Institut Pasteur de Bangui ont montré que 29 échantillons sur 31 présentaient des IgM positives pour le virus de l'hépatite E par sérologie, ce qui confirme l'épidémie. Un des 31 cas est décédé, ce qui se traduit par un taux de létalité de 3%. Le décès est survenu chez une femme enceinte au cours de son troisième trimestre.

Le district sanitaire de Bocaranga-Koui, l'un des endroits les plus instables du pays, connaît un taux de criminalité élevé et des déplacements de population incessants, qu'ils vivent dans la brousse ou dans les communautés d'accueil. 

Les données du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) estiment que 146 251 habitants vivent dans le district sanitaire (en 2018), dont plus de 25 000 sont en détresse humanitaire. 

La population touchée vit dans des conditions précaires caractérisées par un assainissement et une hygiène médiocres. Les principales sources d'eau potable sont les puits ou les rivières et la plupart des infrastructures de santé ne fonctionnent pas et le personnel de santé qualifié est insuffisant.

Rappels sur l'hépatite E

Le virus de l'hépatite E, du genre Hepevirus et de la famille des Hepeviridae, est transmis principalement par de l'eau de boisson contaminée ou plus accessoirement par des aliments provenant d'animaux infectés ou encore par voie materno-fœtale.

Le virus de l'hépatite E entraîne des cas sporadiques ou des épidémies d'hépatite virale aiguë. La maladie est le plus souvent asymptomatique ou bénigne. Après une incubation de 3 à 8 semaines, les formes symptomatiques se manifestent par un ictère, une hépatomégalie, des nausées et vomissements ; ces symptômes régressent spontanément en 4 à 6 semaines. La maladie est particulièrement grave chez les femmes enceintes, chez lesquelles elle est responsable d'une mortalité élevée.

Il est recommandé aux voyageurs de :

  • respecter les mesures d'hygiène individuelle telles que le lavage des mains avec de l'eau et du savon, en particulier avant de manipuler des aliments ;
  • éviter de consommer de l'eau ou de la glace de qualité inconnue, et ne consommer que de l'eau minérale en bouteille capsulée ou a défaut traitée par chloration ou ébullition ;
  • éviter la consommation d'aliments crus, de salades et ou crudités.

Il existe un vaccin recombinant contre l'hépatite E. qui n'a pas encore été pré-qualifié par l'Organisation mondiale de la santé.

Source : Outbreak News Today.


Maladie : Hépatite E

Référence principale :