Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Évolution de l'épidémie d'oreillons en Angleterre Médecine des voyages

Publié le 16 sept. 2019 à 13h26

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En Angleterre, selon les médias, les autorités sanitaires ont notifié plus de 300 cas confirmés d'oreillons dans l'est des Midlands d'avril à juin 2019. C'est également dans cette région que des épidémies d'oreillons ont été observées en début d'année, dans deux universités de Nottingham.

Selon Public Health England, au 30 juin 2019, 2.828 cas d'oreillons ont été notifiés sur l'ensemble du territoire. Parmi ces cas, 2.028 (71 %) ont été notifiés entre avril et juin. Il s'agit du plus grand nombre de cas observés en Angleterre pour la même période depuis 2014. Selon les autorités anglaises, l'augmentation du nombre de cas d'oreillons est principalement due aux épidémies dans les universités. Les épidémies d'oreillons ne sont pas inattendues dans ces situations chez les adolescents et les jeunes non vaccinés. Selon l'une des universités concernées, un quart de leurs étudiants sont des étudiants internationaux. 

Les personnes dont le statut vaccinal est incertain sont invitées à consulter leur médecin traitant.

Rappels sur les oreillons.

Les oreillons sont une maladie infectieuse virale très contagieuse, atteignant le plus souvent les enfants de 4-5 ans, surtout en période hivernale. Cette maladie est due à un virus de la famille des Paramyxoviridae, Myxovirus parotidis (ou virus ourlien), qui est transmis par voie aérienne, par des gouttes de salive ou des contacts directs infectés par la salive par exemple.

Dans près d'un tiers des cas la maladie est dite asymptomatique. Dans les formes symptomatiques, les premiers signes apparaissent après une période d'incubation d'environ trois semaines : fièvre modérée, douleurs des oreilles et lors de la pression des glandes parotides (ces glandes sont situées dans l'angle de la mâchoire). 

A la période d'état, d'environ une semaine, on observe une fièvre accompagnée de maux de tête et d'une tuméfaction douloureuse, unilatérale ou bilatérale, des glandes parotides. La douleur irradie vers les oreilles, entraine une gêne et s'intensifie lors de la mastication. Des adénopathies (ganglions augmentés de volume) apparaissent souvent. Des formes compliquées peuvent survenir : orchite (inflammation testiculaire), pancréatite, méningite (sans signes cliniques le plus souvent) ou encéphalite (plus rarement). Une atteinte des nerfs crâniens est possible et peut entrainer une surdité définitive.

Devant la possibilité de complications pouvant être graves, la vaccination systématique par le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) se justifie chez tous les enfants dès l'âge d'un an. On recommande deux doses de vaccin. En France, la première est administrée à l'âge de 12 mois et la seconde au cours de la deuxième année, à 16-18 mois.

Pour savoir si la vaccination contre les oreillons est recommandée dans sa situation et pour savoir si elle est bien protégée, toute personne peut créer pour elle-même ou ses enfants un carnet de vaccination électronique (CVE) sur le site MesVaccins.net. Le CVE intègre un système expert précis et exhaustif. Il est disponible sur ordinateur de bureau ou sur smartphone (interface mobile, applications iPhone et Android).

Sources : Public Health England  ; European Centre for Disease Prevention and Control ; Médias locaux.


Maladie : Oreillons

Vaccins : M-M-RVAXPRO PRIORIX

Référence principale :