Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Foyers de fièvre jaune au Mali et en Côte d'Ivoire Médecine des voyages

Publié le 9 déc. 2019 à 13h42

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Au Mali, le 3 décembre 2019, le ministère de la Santé et des Affaires sociales a notifié à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) la survenue de 3 cas confirmés de fièvre jaune.

La dernière grande flambée de fièvre jaune au Mali s'est produite en 2005 (58 cas). Le dernier cas confirmé s'est produit en 2015. 

L'OMS et l'UNICEF estiment que la couverture vaccinale globale contre la fièvre jaune au Mali est de 67% en 2018.

Selon le ministère ivoirien de la santé, 210 cas de fièvre jaune se sont produits entre mars et septembre 2019. Le dernier cas est survenu début septembre et la flambée a été située à Abidjan.

Conformément au Règlement sanitaire international, l'épidémie a été notifiée à l'Organisation mondiale de la santé.

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales a immédiatement analysé la situation et pris les mesures nécessaires suivantes :

  • envoyer des équipes d'enquête sur le terrain pour mieux comprendre la situation épidémiologique afin de stopper rapidement la propagation de l'épidémie ;
  • renforcer la surveillance épidémiologique ;
  • renforcer la capacité de réponse des agents de santé ;diffuser des messages de sensibilisation.

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales invite les personnes à observer les mesures suivantes :

  • détruire les sites de reproduction des larves (vieux pneus ou tout autre objet abandonné contenant de l'eau) ;
  • se protéger contre les piqûres de moustiques ;
  • dormir sous des moustiquaires imprégnées d'insecticide ;
  • garder les ménages et le logement propre ;
  • se faire vacciner avant tout voyage.

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales appelle au calme et à la vigilance et rassure la population que des mesures appropriées sont en cours pour maîtriser la situation.

Le risque pour les citoyens de l'Union européenne est faible. L'OMS recommande la vaccination contre la fièvre jaune pour les voyageurs au Mali et Côte d'Ivoire. 

En France, le Haut Conseil de la santé publique (recommandations sanitaires pour les voyageurs 2017 et avis relatif aux rappels de vaccination contre la fièvre jaune en Guyane) recommande en outre que les personnes dont la vaccination contre la fièvre jaune date de plus de 10 ans reçoivent une seconde dose de vaccin amaril en cas d'épidémie signalée dans le pays visité (sauf s'il apparait que cette personne a déjà reçu 2 doses).

Les voyageurs qui prévoient de visiter la Côte d'Ivoire ou le Mali, zone à risque de fièvre jaune, doivent recevoir le vaccin contre la fièvre jaune au moins 10 jours avant de voyager, suivre des mesures pour éviter les piqûres de moustiques et être avertis des symptômes de la fièvre jaune.

Les recommandations ou obligations vaccinales personnalisées pour un voyage en Afrique, qu'elles concernent la fièvre jaune ou d'autres maladies à prévention vaccinale, sont disponibles sur MedecineDesVoyages.net.

sources : Ministères de la santé du Mali et de la Côte d'Ivoire ; Médias locaux ; European Centre for Disease Prevention and Control.


Maladie : Fièvre jaune

Vaccin : STAMARIL

Référence principale :