Rappel sur le risque d'importation de la rage au cours des voyages à l'étranger Médecine des voyages

Publié le 18 déc. 2019 à 17h00

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En une semaine, la Lettonie, l'Espagne et l'Italie ont chacune notifié un cas de rage importé. 

Au mois de mai, la Norvège avait confirmé un décès lié à la rage suite à une infection aux Philippines

En décembre, un cas a été signalé en Lettonie (de retour d'Inde), un autre en Espagne à la suite d'une infection au Maroc et les autorités italiennes ont confirmé la mort d'un voyageur mordu par un chien lors de son séjour en Tanzanie.

En Europe, la rage humaine est une zoonose évitable par la vaccination très rare, qui se propage des animaux infectés aux humains. 

Au cours de la dernière décennie, très peu de cas de rage acquis localement ont été signalés dans l'Union européenne (UE). 

Tous les cas de rage notifiés résultaient d'une exposition en dehors de l'UE.

La rage est transmise dans plus de 150 pays.

L'occurrence des quatre cas importés cette année souligne le risque lié à la rage humaine chez les voyageurs visitant les zones d'endémie  

Ainsi que la nécessité de conseils de voyage, de vaccination préventive éventuelle et d'une prophylaxie post-exposition rapide après la morsure d'un animal enragé potentiel.

Conseils aux voyageurs :

Le risque d'infection par la rage pour les voyageurs visitant les zones enzootiques de la rage est considéré comme très faible tant que les mesures préventives de base sont suivies. Il s'agit notamment d'éviter le contact avec les mammifères sauvages et domestiques, y compris les animaux domestiques. 

Les voyageurs ou les professionnels exerçant des activités dans des régions éloignées où la rage est enzootique pourraient avoir un risque plus élevé d'être griffés ou mordus par des animaux enragés. Ils devraient demander une évaluation individuelle de la prophylaxie pré-exposition nécessaire par un professionnel de la santé avant de voyager. Les personnes qui ont été mordues ou griffées par un chien, un chat, une chauve-souris ou un autre mammifère présumé enragé devraient immédiatement nettoyer soigneusement la plaie avec par exemple de l'eau et du savon, et recherchez des soins médicaux, car une prophylaxie post-exposition doit être administrée dès que possible après l'exposition au virus.

Source : European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).