Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La rougeole dans le monde en 2019

Publié le 5 mar. 2020 à 10h24

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce.
- Médecin épidémiologiste.

Liens d'intérêt

- Pas de lien d'intérêt avec l'industrie du médicament

Après le point sur la situation de l'épidémiologie de la rougeole dans le monde effectué en avril 2019, l'analyse de la surveillance épidémiologique de la rougeole depuis cette date est présentée ici.

Situation dans le monde

Après une baisse des cas de rougeole déclarés dans le monde entre 2005 et 2016 (baisse de 75 %), on observe depuis une augmentation continue. En effet en 2019 le nombre de cas déclarés de rougeole est supérieur à 760 000, soit une augmentation de 476 % depuis 2016 (figure 1).

 

Figure 1 : Cas de rougeole déclarés dans les six régions de l'OMS (2005 à 2019) [Sources OMS]

 

Le nombre de cas déclarés en 2019 est le plus élevé dans trois des six régions de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : la région Afrique (522 884 cas), la région Europe (104 268 cas dont 64 décès) et la région du Pacifique occidental (67 712 cas) (figure 2).

 

Figure 2 : Cas de rougeole déclarés dans les six régions de l'OMS (2005 à 2019) [Source OMS]

 

Entre 2018 et 2019, l'augmentation du nombre de cas concerne quatre des six régions de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), celles d'Afrique, du Pacifique occidental, des Amériques et d'Europe avec respectivement 835 %, 122 %, 30 % et 18 % d'augmentation (figure 3).

 

Figure 3 : Cas de rougeole déclarés dans le monde et dans les régions de l'OMS (2018 et 2019) [Source : OMS]

 

Les trois pays avec le nombre de cas de rougeole le plus élevé en 2019 sont les suivants : République démocratique du Congo (311 471 cas, 6045 décès), Madagascar (125 725 cas, 818 décès) et Ukraine (57 282 cas, 20 décès). Pour chacune des six régions OMS les 3 pays avec le nombre de cas le plus élevé sont indiqués dans l'encadré 1.

 

Encadré 1 : Pays ayant déclaré le plus grand nombre de cas de rougeole en 2019 dans chaque région OMS

Afrique

  • République Démocratique du Congo : 311 471 
  • Madagascar : 125 575 
  • Nigéria : 28 260

Total régional : 522 884

Europe

  • Ukraine : 57 282  
  • Kazakhstan : 13 326 
  • Fédération de Russie : 4 153

Total régional : 104 268 

Pacifique occidental

  • Philippines : 47 868 
  • Samoa : 5 707 
  • Viet Nam : 4 909

Total régional : 67 712 

Méditerranée orientale

  • Yémen : 8 408 
  • Soudan : 3 345 
  • Pakistan : 2 162

Total régional : 25 393 

Amériques

  • Brésil : 19 326 
  • Etats-Unis : 1 282 
  • Venezuela : 552

Total régional : 21 656 

Asie du Sud-Est

  • Inde : 7 367 
  • Thaïlande : 5 373 
  • Myanmar : 5 284

Total régional : 19 726 

Total mondial : 761 639

 

 

Les trois pays avec l'incidence par million d'habitants la plus élevée en 2019 sont les suivants : Samoa (28 956), Tonga (5 818) et Madagascar (4 730). Pour chacune des six régions OMS les 3 pays avec l'incidence par million la plus élevée sont indiqués dans l'encadré 2.

 

Encadré 2 : Pays ayant déclaré les taux d'incidence de la rougeole (nombre de cas par million d'habitants) les plus élevés en 2019 dans chaque région OMS

Afrique

  • Madagascar : 4 730 
  • République Démocratique du Congo : 3 589 
  • Tchad : 1 625

Europe

  • Ukraine : 1 302  
  • Georgie : 981 
  • Macédoine du Nord : 904

Pacifique occidental

  • Samoa : 28 956 
  • Tonga : 5 818 
  • Nouvelle-Zélande : 465

Méditerranée orientale

  • Yémen : 288 
  • Liban : 156 
  • Tunisie : 149

Amériques

  • Brésil : 92 
  • Venezuela : 19 
  • Bahamas : 8

Asie du Sud-Est

  • Myanmar : 98 
  • Thaïlande : 77 
  • Bangladesh : 31

 

Atlas géographique de la distribution des cas

Dans cet atlas figurent les cartes de distribution des cas et de l'incidence par million d'habitants dans le monde, en Europe, dans les pays de l'Océan indien, de la mer des Caraïbes et du Pacifique en 2019 ; ainsi que la distribution géographique des génotypes de virus rougeoleux ayant circulé dans le monde en 2019 (figures 6 à 17).

Situation à Madagascar et en Afrique 

A Madagascar l'épidémie de rougeole a débuté le 3 septembre 2018 et s'est terminée le 26 mai 2019. Plus de 146 000 cas dont 910 décès ont été notifiés dans 95 des 114 districts sanitaires du pays. Parmi les actions de lutte des campagnes de vaccination des enfants de 6 mois à 9 ans ont été mises en oeuvre pendant l'épidémie. Dans le cadre du calendrier vaccinal national de routine une seule dose de vaccin rougeoleux est administrée aux enfants entre 9 et 12 mois. Des activités additionnelles de vaccination sont également réalisées (vaccinations de rattrapage deux semaines par an et vaccinations supplémentaires tous les trois ans [ASV]). La couverture vaccinale anti-rougeoleuse (estimations OMS-UNICEF 2016 à 2018) était de l'ordre de 60 %. Une analyse sérologique récente sur échantillon (1 005 patients avec éruption fébrile entre 2013 et 2015 prélevés par le Laboratoire National de Référence de la rougeole à l'institut Pasteur de Madagascar), publiée en juin 2018, a montré que la susceptibilité à la rougeole de la population était supérieure à 10 % et que la combinaison des résultats sérologiques avec un modèle de transmission selon l'âge suggérait, avec justesse, que Madagascar pourrait être à risque d'une épidémie majeure de rougeole (1). Une autre étude, publiée en 2019, portant sur les vaccinations réalisées dans le pays de 2013 à 2016 (vaccinations de routine, vaccinations supplémentaires) a montré que des lacunes saisonnières existaient dans la couverture vaccinale contre la rougeole (impact négatif des ASV triennales sur la vaccination de routine et accès limité de la population aux structures de santé en saison des pluies) (2).

En République Démocratique du Congo, compte-tenu de l'importance de l'épidémie en 2019 qui a touché la totalité des 26 provinces du pays, du faible taux de confirmation des cas, des rapports des ONG sur le terrain, notamment MSF (3), et du nombre de décès attribués à la rougeole (6 045), plus du double en un an du nombre de décès liés à l'épidémie d'Ébola en 18 mois (2 235), il apparait justifié de prendre en compte le nombre de cas suspects pour mieux apprécier la situation dans ce vaste pays. Ce nombre de cas devra être consolidé dans les prochains mois. Des campagnes de rattrapage vaccinal de grande ampleur ont été mises en oeuvre dans les régions où a flambé la rougeole, campagnes rendues difficiles dans les zones les plus reculées et dans les zones à forte insécurité (Kivu, Ituri). Malgré ces difficultés 5 800 000 enfants de 6 mois à 5 ans ont été vaccinés en 2019.

Sur le continent africain, la couverture vaccinale pour la 1ère dose de vaccin rougeoleux plafonne à environ 80 % et celle de la 2ème dose est très faible, de nombreux pays d'Afrique sub-saharienne n'ayant pas adopté dans leur calendrier vaccinal les deux doses de vaccin (estimations OMS-UNICEF) (figures 4 et 5). Des activités de vaccination supplémentaires sont également réalisées comme à Madagascar. La faiblesse de la couverture vaccinale, les insuffisances socio-sanitaires, les difficultés saisonnières d'accès aux structures de santé et les situations de conflits expliquent en grande partie la persistance et parfois l'importance de la rougeole en Afrique. Le cas de la RD Congo illustre bien ces situations (figure 4). On note dans ce pays l'impact négatif sur le programme de vaccination et sur la notification des cas des périodes d'instabilité économique et sociale et de conflits armés (années 1990-2002), situation qui rappelle notamment celle d'autres pays d'Afrique, du Vénézuela et de l'Ukraine (figure 10).

 

Figure 4 : Cas de rougeole déclarés et couvertures vaccinales de vaccins rougeoleux dans le monde, en région Afrique OMS et en RD Congo de 2005 à 2019 [Source : OMS/Unicef]

 

Figure 5 : Modalités du calendrier vaccinal anti-rougeoleux en Afrique et dans le sud de l'Océan indien en 2018 [Source : OMS/Unicef]

 

Situation dans les Amériques

Le nombre de cas rapportés aux États-Unis a été le plus important depuis que la rougeole a été officiellement éliminée en 2000 dans ce pays (après 3 ans avec une incidence inférieure à 1 cas pour 1 million d'habitants). En 2019, 1 282 cas ont été notifiés sans aucun décès et l'incidence était égale à 3,9 par million.

L'épidémie a débuté en octobre 2018 dans le comté de Rockland de l'État de New-York à partir d'un enfant non vacciné revenant d'Israël où sévissait une épidémie de rougeole. Une synthèse a été réalisée à partir des 1 249 premiers cas déclarés en 2019 dans 31 États (4). Ces cas avaient les caractéristiques suivantes :

  • 1 163 cas (93 %) appartenaient à 22 flambées réparties dans 17 États ;
  • 934 cas (75 %) étaient associés à la ville de New-York et au reste de l'État de New-York ;
  • 1 107 cas (89 %) n'étaient pas vaccinés ou leur statut vaccinal n'était pas connu ;
  • 890 patients étaient âgés de moins de 18 ans ;
  • 119 patients ont été hospitalisés ;
  • 60 patients ont présenté un tableau de pneumonie ;
  • 1 personne a présenté une encéphalite ;
  • aucun rougeoleux n'est décédé.

Trois principaux facteurs ont contribué à l'ampleur et à la durée de cette épidémie : i) des poches de faible couverture vaccinale et l'acceptation variable de cette vaccination ; ii) des communautés religieuses fermées peu vaccinées, iii) les déplacements internationaux de personnes non vaccinées.

Outre les mesures de prise en charge et les campagnes de communication, les autorités américaines ont vacciné environ 60 000 personnes dans les populations affectées.

Les autres flambées épidémiques sur ce continent avaient globalement les mêmes causes qu'aux États-Unis et étaient aggravées dans certains pays par la dégradation des situations socio-économiques, comme c'était le cas au Vénézuela. La rougeole est réapparue au Brésil en 2018 à la faveur d'une importation de cas à partir de réfugiés du Vénézuela et d'une baisse sensible de la couverture vaccinale depuis 2016 (1ère dose de vaccin rougeoleux 98 % en 2016 et 84 % en 2018 ; 2ème dose de vaccin rougeoleux 77 % en 2016 et 69 % en 2018). En 2018 et 2019, plus de 30 000 cas de rougeole dont 27 décès ont été notifiés au Brésil.

Situation dans le Pacifique

Quatre pays ont présenté plus particulièrement des flambées épidémiques : les Philippines, la Nouvelle-Zélande, les îles Samoa et le royaume de Tonga (encadrés 1 et 2).

Aux Philippines la recrudescence était directement en lien avec la forte baisse des couvertures vaccinales (1ère dose de vaccin rougeoleux 80 % en 2016 et 63 % en 2018 ; 2ème dose de vaccin rougeoleux 47 % en 2016 et 40 % en 2018 ; vaccin DTCP 86 % en 2016 et 55 % en 2018), conséquence des décès suspects d'enfants participant en 2017 à l'essai clinique du vaccin contre la dengue (Dengvaxia). En 2018 et 2019, plus de 70 000 cas de rougeole dont 120 décès ont été notifiés dans ce pays.

En Nouvelle-Zélande la flambée 2019 est en lien avec deux cas importés de rougeole dans la région d'Auckland, l'un de génotype B3 et l'autre de génotype D8 (figure 17). Les couvertures vaccinales pour les deux doses de vaccin rougeoleux y étaient élevées sans atteindre cependant 95 %. En 2019, environ 2 200 cas ont été notifiés sans aucun décès chez les malades (figure 15), touchant principalement les populations Maori et originaires des autres îles du Pacifique (5).

Dans les îles Samoa, qui n'avaient pas connu d'épidémie depuis les années 1990, c'est un touriste néo-zélandais qui a introduit le virus au début du mois d'octobre 2019 dans un pays où les couvertures vaccinales pour les deux doses de vaccin rougeoleux étaient très insuffisantes et en baisse (1ère dose de vaccin rougeoleux 68 % en 2016 et 31 % en 2018 ; 2ème dose de vaccin rougeoleux 44 % en 2016 et 13 % en 2018). Durant le dernier trimestre 2019, près de 6 000 cas ont été notifiés avec 83 décès (figure 15).

Dans le royaume de Tonga, qui n'avait pas connu d'épidémie depuis 1997, ce sont les joueurs d'une équipe de rugby de retour de Nouvelle-Zélande qui ont introduit le virus fin octobre 2019. Les couvertures vaccinales pour les 2 doses de vaccin rougeoleux étaient insuffisantes à 85 %. En 2019, plus de 600 cas ont été notifiés sans aucun décès (figure 15).

Conclusion

L'augmentation du nombre de cas de rougeole dans le monde, observée depuis 2017, se poursuit en 2019. L'objectif du plan stratégique mondial contre la rougeole, pour la période 2012-2020, d'éliminer cette maladie (absence d'apparition d'une chaîne de transmission après l'introduction d'un cas) dans 5 régions OMS d'ici 2020 est hors d'atteinte.

Pour chacune des années 2017, 2018 et 2019, 45 pays ou territoires sont dans le monde à un niveau d'incidence inférieure à 1 cas pour 1 million d'habitants : 24 en région Amérique, 5 en région Afrique, 3 en région Europe, 1 en région Asie du Sud-Est, 1 en région Méditerranée orientale et 11 en région Pacifique occidentale dont les trois territoires français où la vaccination avec le vaccin associé rougeole-oreillons-rubéole avec 2 doses est obligatoire depuis plusieurs années. La région des Amériques est la seule à avoir éliminé officiellement la rougeole en 2016. Les flambées observées au Vénézuela, aux États-Unis et au Brésil après 2016 ont entraîné la perte de ce statut en 2018 (6).

Cette augmentation mondiale des cas est liée avant tout à une insuffisante de couverture vaccinale dans de nombreux pays soit sur l'ensemble de leur territoire soit dans des poches de population. Elle est favorisée selon les pays et les régions par un calendrier vaccinal à 1 seule de dose de vaccin rougeoleux pour certains d'Afrique (figure 5), le retard de développement, les insuffisances des systèmes de santé, les troubles socio-économiques, les conflits, les déplacements de personnes non vaccinées (réfugiés, touristes, commerciaux) et par la défiance montante vis-à-vis des vaccins.

L'aide aux pays les plus démunis ou en difficultés et la lutte contre la défiance vaccinale sont sans doute des axes d'action importants pour espérer améliorer les couvertures vaccinales et l'immunité des populations afin de lutter efficacement contre cette recrudescence de la rougeole dans le monde.

 

Atlas géographique de la rougeole en 2019

 

Figure 6 : Cas de rougeole déclarés dans le monde en 2019 (Nombre de cas indiqués pour les pays avec au moins 2 500 cas cumulés) [Sources : OMS, Santé publique France, OFSP Confédération helvétique, CDC Taïwan]

 

Figure 7 : Incidence de la rougeole pour 1 000 000 personnes dans le monde en 2019 (Incidences indiquées pour les pays avec incidence supérieure ou égale à 600 pour 1 000 000) [Sources : OMS Genève, Europe et Afrique (OEW n°15-2019), Santé publique France, OFSP Confédération helvétique, CDC Taïwan]

 

Figure 8 : Nombre de cas de rougeole dans les pays de la région Europe OMS (2019) (Nombre de cas indiqué pour les pays avec au moins 2 500 cas) [Sources : OMS Europe, Euvac.net, Santé publique France, OFSP Confédération helvétique]

 

Figure 9 : Incidence de la rougeole pour 1 000 000 personnes dans les pays de la région Europe OMS (2019) (Incidences indiquées pour les pays avec incidence supérieure ou égale à 600 pour 1 000 000) [Sources : OMS Europe, Euvac.net, Santé publique France, OFSP Confédération helvétique]

 

Figure 10 : Distribution des cas de rougeole déclarés dans les pays de la région Europe OMS et évolution des couvertures vaccinales rougeole 1 et 2 et des cas de rougeole de quelques pays indicateurs (Suède, Royaume-Uni, France, Italie, Roumanie, Bulgarie, Ukraine) de 2005 à 2019

 

Figure 11 : Cas de rougeole déclarés dans les pays et territoires de l'Océan Indien en 2019 (Nombre de cas indiqués pour les pays avec au moins 2 500 cas cumulés) [Source : OMS]

 

Figure 12 : Incidence déclarée de la rougeole pour 1 000 000 personnes dans les pays et territoires de l'Océan Indien en 2019 (Incidences indiquées pour les pays et territoires avec incidence supérieure ou égale à 600 pour 1 000 000) [Source : OMS]

 

Figure 13 : Cas de rougeole déclarés dans les pays et territoires de la mer des Caraïbes en 2019 [Sources : OMS Genève, CDC]

 

Figure 14 : Incidence déclarée de la rougeole pour 1 000 000 personnes dans les pays et territoires de la mer des Caraïbes en 2019 [Sources : OMS, CDC]

 

Figure 15 : Cas de rougeole déclarés dans les pays et territoires du Pacifique en 2019 [Sources : OMS Genève, OMS Pacifique occidental, CDC]

 

Figure 16 : Incidence déclarée de la rougeole pour 1 000 000 personnes dans les pays et territoires du Pacifique en 2019 (Incidences indiquées pour les pays avec incidence supérieure ou égale à 600 pour 1 000 000) [Sources : OMS Genève, OMS Pacifique occidental, CDC]

 

Figure 17 : Distribution géographique des génotypes du virus de la rougeole circulants dans le monde en 2019 [Source : OMS]

 

Références

  1. Winter AK et al. Revealing measles outbreak risk with a nested immunogloulin G serosurvey in Madagascar. American Journal of Epidemiology 2018;187:2219-26.
  2. Mensah K et al. Seasonal gaps in measles vaccination coverage in Madagascar. Vaccine 2019;37:2511-19.
  3. Médecins sans Frontières. Décembre 2019.
  4. Patel M et al. National Update on Measles Cases and Outbreaks - United States, January 1 - October 1, 2019. MMWR October 11, 2019;68: 893-96.
  5. Measles weekly report, New Zealand, Week 1: 28 December 2019 - 3 January 2020.
  6. World Health Organization. Strategic Advisory Group of Experts on immunization. Assessment report of the global vaccine action plan 2018.

Liens sources

OMS

UNICEF

Nations Unies, Division de la population

European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC)

CDC MMWR des États-Unis

Taïwan

Santé publique France (SpP)

Suisse


Vaccins : M-M-RVAXPRO PRIORIX