Le moustique Aedes aegypti envahit la Californie Médecine des voyages

Publié le 26 sept. 2020 à 22h05

Biographie

MD, PhD, ancien directeur scientifique de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), Brétigny sur Orge, France.

Habilitation à diriger les recherches.

Enseignant à l’Ecole du Val-de-Grâce, à l’université d’Aix-Marseille, à l’Institut de formation en soins infirmiers Saint Joseph, Marseille.

Expert auprès de Santé publique France, de la Haute autorité de santé (HAS) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).

Membre du Comité de protection des personnes (CPP) Sud-Ouest et Outre-mer II.

Liens d'intérêt

Absence de lien avec l’industrie pharmaceutique.

Aucune participation à des études cliniques de médicaments ou vaccins.

Déclaration établie le 2 janvier 2012, mise à jour le 21 septembre 2021.

Originaire d'Afrique, mais ne supportant pas les températures trop basses en hiver, à l'inverse de son cousin Ae. albopictus (le "tigre"), Ae. aegypti a colonisé toutes les régions tropicales du globe au cours du XXème siècle. Son aire de répartition pourrait à présent s'étendre de façon significative à la faveur du réchauffement climatique. Cela semble être le cas en Californie, où les spécialistes s'inquiètent après que plusieurs contés (Shasta, Ventura et Yolo) aient rapporté la détection du moustique, déjà en grand nombre, pour la première fois. D'autres régions de l'état avaient déjà observé sa présence, mais il semble qu'elle ne cesse de s'étendre.

Bien que moins adapté aux régions tempérées que Ae. albopictus, Ae. aegypti représente une menace sérieuse : il est un vecteur bien plus efficace de la dengue, du chikungunya et de Zika, mais aussi de la fièvre jaune.