Les médecins généralistes et la vaccination

Publié le 8 juil. 2011 à 17h28

Biographie

- Enseignant attaché à la faculté de Bordeaux 2.
- Rédacteur adjoint revue Médecine Tropicale.
- Membre de la SNFMI.
- Représentant la médecine interne française auprès de la fédération européenne de médecine interne (EFIM).

Liens d'intérêt


- Consultant auprès des laboratoires Jansen, activité ponctuellement rémunérée.
- Organisateurs de différentes réunions médicales (GSK, Pfizer, Actélion, Binding).
- Coorganisateur congrès SNFMI Paris 2011.
- Participations financières dans le capital d’une entreprise : aucune.
- Participations à des essaies thérapeutiques sur les vaccins : aucune.
- Déclaration établie le 12/09/2011.

Une étude sur les pratiques vaccinales en médecine de ville a été menée sur un échantillon national de 1.431 médecins généralistes de ville. Une première enquête a été réalisée entre juin et décembre 2010 afin de documenter les attitudes et pratiques des médecins généralistes de ville vis-à- vis de la vaccination en général et de la vaccination contre la grippe A(H1N1) 2009 en particulier, ainsi que leurs opinions relatives à la dernière campagne de vaccination pandémique.

Plus de 95 % des médecins se déclaraient plutôt ou très favorables à la vaccination en général dans la pratique quotidienne. Plus de neuf médecins sur dix déclaraient noter le statut vaccinal des patients dans leur dossier médical, informatisé pour plus de sept médecins sur dix. Près de huit médecins sur dix déclaraient discuter des bénéfices et des risques de la vaccination avec leurs patients, cette pratique étant significativement plus fréquente chez les médecins jeunes, de sexe féminin et pratiquant en zone urbaine, par opposition aux médecins plus âgés, de sexe masculin et pratiquant en zone rurale. Les médecins étaient 96 % à conseiller la vaccination contre la grippe saisonnière à leurs proches de plus de 65 ans (appartenant au groupe à risque de grippe sévère) et près de neuf médecins sur dix déclaraient obtenir l'adhésion de leurs patients à cette vaccination. Ces chiffres témoignent de la confiance des médecins généralistes dans la sécurité de cette vaccination.

En plus des populations à risque de grippe sévère (patients de plus de 65 ans ou porteurs de maladies chroniques), la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée à l'ensemble des professions de santé afin de limiter la transmission du virus aux patients et l'absentéisme chez ces professionnels. Dans cette enquête, 72 % des médecins déclaraient s'être fait vacciner contre la grippe saisonnière trois années consécutives à partir de l'hiver 2007-2008 et 81 % se sont fait vacciner au moins une fois. Lors de l'enquête menée durant l'été 2010, 67 % des médecins ont déclaré qu'en juillet 2009 ils étaient d'accord avec la vaccination en priorité des professionnels de santé contre la grippe A(H1N1) 2009. Les trois quarts des médecins répondaient que leur opinion était restée inchangée dans les mois suivant juillet 2009. Lors de l'enquête concernant la gestion de la grippe pandémique en 2009, trois médecins sur quatre se déclaraient plutôt pas ou pas du tout favorables à l'organisation de la campagne de vaccination en centre dédié, la grande majorité (environ huit sur dix) préférant être équipée pour administrer les vaccins au niveau de leur cabinet (moyens de réception, de stockage et d'administration des vaccins en doses multiples). La majorité des médecins déclare s'être construit un point de vue sur la grippe A(H1N1) 2009 et le vaccin pandémique à partir des revues médicales (83 %), des sources officielles telles que le ministère de la Santé, les agences, le Haut Conseil de la santé publique (74 %), des organismes professionnels ou réseaux de médecins (73 %), des sites Internet spécialisés et de la presse médicale en français (72 %). Quant à l'information reçue, plus de huit médecins sur dix la jugeaient pertinente en ce qui concerne les mesures d'hygiène des mains et le port du masque. Une large majorité considère aussi les patients correctement informés sur ce point. Par contre, moins d'un médecin sur deux considèrent les patients correctement informés s'agissant de la gravité de la maladie, du traitement antiviral et des effets indésirables du vaccin.

Les médecins étaient aussi interrogés sur leur perception des freins à la vaccination contre la grippe A(H1N1) 2009 tels qu'exprimés par leurs patients. D'après eux, les principaux freins pour les patients étaient les informations contradictoires diffusées dans les medias (95 %), la crainte des effets indésirables (85 %), le manque de confiance dans les pouvoirs publics (81 %), le manque de données fiables sur l'efficacité du vaccin (69 %) et la faible gravité de l'épidémie (64 %). Six médecins sur dix se sont fait vacciner contre la grippe pandémique, majoritairement en novembre 2009 (84 %). Chez les médecins qui ne se sont pas fait vacciner contre la grippe pandémique, les principaux freins vis-à-vis de cette vaccination étaient les informations contradictoires diffusées dans les médias (77 % contre 65 % chez les médecins vaccinés), le manque de confiance dans les pouvoirs publics (69 % contre 50 %), la faible gravité de l'épidémie (66 % contre 43 %), mais aussi le manque de données fiables sur l'efficacité du vaccin (62 % contre 34 %) et la crainte des effets indésirables (55 % contre 18 %).

Source : Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES).