Autorisation du vaccin anti-covid 19 d'AstraZeneca dans l'Union européenne

Publié le 31 jan. 2021 à 21h41

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Le vendredi 29 janvier 2021, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a autorisé le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" à être utilisé dans les pays membres de l'Union européenne (UE). Il s'agit toutefois d'une "autorisation de mise sur le marché conditionnelle", des résultats complémentaires concernant les essais cliniques en cours étant attendus par les experts. Après les vaccins Comirnaty et "COVID-19 Vaccine Moderna", il s'agit donc du troisième vaccin anti-covid autorisé dans l'UE.

Un vaccin à vecteur viral

Il existe deux principaux types de vaccins à base de vecteurs viraux. Les vaccins à vecteur non réplicatif sont incapables de fabriquer de nouvelles particules virales : ils ne produisent que l'antigène du vaccin. Les vaccins à vecteur réplicatif produisent également de nouvelles particules virales dans les cellules qu'ils infectent, qui vont ensuite infecter de nouvelles cellules qui fabriqueront également l'antigène du vaccin. Tous les vaccins anti-covid à vecteur viral mis au point jusqu'à présent sont non réplicatifs. Le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" est le premier vaccin à vecteur viral non réplicatif contre la covid 19 autorisé en Europe.

Une fois injectés dans l'organisme, ces virus vaccinaux commencent à infecter nos cellules et à insérer leur matériel génétique - y compris le gène de l'antigène - dans les noyaux des cellules. Les cellules humaines fabriquent l'antigène comme s'il s'agissait d'une de leurs propres protéines et celui-ci se présente à leur surface aux côtés de nombreuses autres protéines. Lorsque les cellules immunitaires détectent l'antigène étranger, elles déclenchent une réponse immunitaire contre cet antigène.

Cette réponse comprend les cellules B productrices d'anticorps, ainsi que les cellules T. Certaines cellules T (CD8) recherchent et détruisent les cellules infectées. D'autres cellules T (CD4) jouent un rôle de coordination de la réponse immunitaire et stimulent les cellules B produisant les anticorps contre l'antigène cible.

L'un des défis de cette approche est que les personnes peuvent developper une "immunité anti-vecteur" qui peut diminuer l'efficacité du vaccin.

Le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" est composé d'un virus de la famille des adénovirus modifié pour contenir le gène codant la protéine S du SARS-CoV-2, le virus responsable de la covid 19. La protéine S permet au SARS-CoV-2 de pénétrer dans les cellules de l'organisme, le développement d'une immunité contre cette protéine permettant d'éviter l'infection.

Schéma vaccinal et efficacité vaccinale

Le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" est administré par voie intramusculaire en deux injections. La deuxième dose doit être administrée entre 4 et 12 semaines après la première.

Selon l'EMA, les résultats combinés de 4 essais cliniques réalisés au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud ont montré que ce vaccin était sûr et efficace pour prévenir la covid 19 chez les personnes âgées de 18 ans et plus. Ces études ont porté sur environ 24 000 personnes au total. La moitié d'entre elles ont reçu le vaccin et l'autre moitié (groupe contrôle) un autre vaccin ou du sérum physiologique.

Cependant, l'EMA a basé son calcul de l'efficacité du vaccin sur les résultats de l'étude COV002 (menée au Royaume-Uni) et de l'étude COV003 (menée au Brésil). Moins de 6 cas de covid 19 ont été enregistrés dans les deux autres études, ce qui n'était pas suffisant pour mesurer l'effet protecteur du vaccin. 

Un sous-groupe de l'essai britannique avait reçu par erreur une demi-dose comme première dose et une dose standard comme deuxième dose. Ce sous-groupe n'a pas été pris en compte par l'EMA : seul le schéma vaccinal comportant deux doses standard administrées entre 4 et 12 semaines d'intervalle a été inclus dans le dossier d'autorisation. 

Au total, les données prises en compte ont montré une réduction (ou efficacité vaccinale) d'environ 60 % du nombre de cas symptomatiques de covid 19 chez les personnes vaccinées (64 cas de covid 19 sur 5 258 participants) par rapport aux personnes non vaccinées contre la covid 19 (154 cas de covid 19 sur 5 210 participants).

Efficacité vaccinale dans certains groupes de population

La plupart des participants à ces études avaient entre 18 et 55 ans. Il n'y a pas assez de résultats chez les participants plus âgés (plus de 55 ans) pour fournir un chiffre sur l'efficacité du vaccin dans ce groupe. Toutefois, l'EMA estime qu'une protection est attendue, étant donné qu'une réponse immunitaire est observée dans cette tranche d'âge et sur la base de l'expérience acquise avec d'autres vaccins. Comme il existe des informations fiables sur la sécurité vaccinale dans cette population, les experts scientifiques ont estimé que le vaccin peut être utilisé chez les personnes âgées. On attend davantage d'informations provenant des études en cours, qui incluent une plus grande proportion de participants âgés.

Comme pour les vaccins à ARNm autorisés en Europe, l'impact de la vaccination par le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" sur la transmission du SRAS-CoV-2 et la durée de la protection ne sont pas encore connus.

Chez les 2 063 patients atteints d'une affection chronique augmentant le risque de survenue d'une forme grave de covid 19 (obésité, trouble cardiovasculaire, maladie respiratoire ou diabète), l'efficacité vaccinale était similaire à celle observée dans la population générale (proche de 60 %).

Les personnes immunodéprimées peuvent être vaccinées, mais il est possible que la réponse immunitaire soit inférieure chez ces personnes.

Les études préliminaires sur les animaux ne montrent aucun effet nocif pendant la gestation, mais les données sur l'utilisation du vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" pendant la grossesse sont très limitées. La décision d'utiliser ou non le vaccin chez les femmes enceintes doit donc être prise avec son médecin après avoir examiné les avantages et les risques. Un risque éventuel lié à l'allaitement est peu probable.

Tolérance du vaccin

Les effets indésirables les plus fréquents (plus d'une personne sur 10) lors des essais cliniques étaient généralement légers ou modérés et s'amélioraient en quelques jours après la vaccination : douleur et sensibilité au point d'injection, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires, malaise, frissons, fièvre, douleurs articulaires et nausées.

Moins d'une personne sur 100 a souffert d'une diminution de l'appétit, de vertiges, de transpiration, de douleurs abdominales ou d'éruptions cutanées.

Des réactions allergiques se sont produites chez les personnes ayant reçu le vaccin. Comme pour tous les vaccins, ce vaccin doit être administré sous étroite surveillance et un traitement médical approprié doit être disponible.

Conclusion

L'EMA a donc décidé que les avantages du vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" sont supérieurs à ses risques et que son autorisation peut être recommandée dans l'UE.

Des informations complémentaires sont attendues sur la durée de la protection et l'efficacité vaccinale contre les cas de covid 19 :

  • graves ;
  • survenant chez les personnes âgées ou immunodéprimées, les enfants et les femmes enceintes ;
  • causés par les nouveaux variants du SARS-CoV-2 ;
  • asymptomatiques.

Un avis de la Haute Autorité de santé (HAS) est attendu dans les prochains jours. Cet avis précisera les recommandations de vaccination par le vaccin anti-covid d'AstraZeneca dans le contexte français.

Référence

  • Agence européenne des médicaments.