Le risque de rage est présent au Pérou y compris dans la capitale Médecine des voyages

Publié le 9 fév. 2021 à 18h35

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Pérou, en raison de la faiblesse du système épidémiologique de surveillance de la rage dans la capitale selon le Departmental Veterinary Medical College of Lima le risque que la rage canine soit réintroduite dans la capitale est important.

En 2020, à Lima seulement, seuls 11 échantillons ont été reçus et traités pour le diagnostic de la rage, alors que dans la capitale, il y a environ 2 millions de chiens. Compte tenu des recommandations de la Pan American Organisation of Health (OPS) et de la réglementation actuelle sur la surveillance de la rage dans le pays il devrait y avoir environ 4000 échantillons annuels.

Par ailleurs, en 2020, le ministère de la Santé a détecté 24 cas de rage canine dans le pays, dont 20 dans le département d'Arequipa et 4 dans celui de Puno, et rien qu'au mois de janvier 2021, 10 cas de rage ont été signalés à Arequipa.

Sources : ProMED ; Outbreak News Today.