Tension d'approvisionnement sur le vaccin VARILRIX contre la varicelle

Publié le 17 mai 2022 à 21h51

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Les tensions d'approvisionnement sur le vaccin contre la varicelle vivant atténué Varilrix signalées depuis le 4 janvier 2022 par le laboratoire Glaxosmithkline sont toujours d'actualité (voir la nouvelle 18603 du 10 janvier 2022).

La distribution se fait sous forme de dotations  sur le marché de ville et demeure normale sur le marché des hôpitaux et des collectivités. Le laboratoire annonce une remise à disposition normale prévue pour la mi-juillet 2022.

Dans une situation de schéma vaccinal débuté avec Varilrix, le vaccin Varivax peut être utilisé afin de compléter une primovaccination.

Afin de sécuriser autant que possible la situation en France et de préserver les stocks disponibles, la vente et l’exportation de ce vaccin par les grossistes répartiteurs vers l’étranger est interdite à compter de la publication de cette fiche d’information sur le site de l'Agence nationale de sécurité du médicaments et des produits de santé (ANSM), en application de la loi de santé publique 2016-41 publiée au Journal Officiel le 27 janvier 2016 et des dispositions des articles L.5121-30 et L.5124-17-3 du Code la Santé Publique. Cette mesure d’interdiction de vente en dehors du territoire national, ou aux distributeurs en gros à l’exportation, doit être appliquée et respectée jusqu’à la remise à disposition normale du médicament, permettant un approvisionnement continu et approprié du marché national.

Source : Agence Nationale du Médicament et des Produits de Santé (ANSM).