Foyer de fièvre jaune au Sénégal (Kedougou) Médecine des voyages

Publié le 4 déc. 2011 à 22h50

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le ministère de la santé du Sénégal a informé fin octobre 2011 l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la survenue de trois cas de fièvre jaune dans les districts de Kédougou et de Saraya, près de la frontière avec le Mali et la Guinée Conakry. Le cas index était une femme de 25 ans qui a développé de la fièvre, des maux de tête et des vomissements, et qui a consulté le poste de santé militaire de Kédougou le 23 juillet 2011. Le diagnostic a été confirmé par le laboratoire des arbovirus de l'Institut Pasteur de Dakar, centre collaborateur et de référence de l'OMS. Les 10 et 11 août 2011, deux autres cas ont été signalés (une femme de 29 ans et un enfant de 3 ans). L'évolution a été favorable pour les trois cas.

Ce nouveau foyer de fièvre jaune (FJ) au Sénégal est proche de la frontière avec la Guinée et le Mali dans une région où la
vaccination préventive contre la fièvre jaune a été entreprise il y a 4 ans.
La possibilité de diffusion sporadique transfrontalière est fort probable et, par conséquent, appelle au renforcement des interventions transfrontalières synchronisées pour le contrôle de la fièvre jaune dans la région.

Ces informations rapellent l'importance de la vaccination des voyageurs contre la fièvre jaune avant un séjour au Sénégal, une destination touristique très prisée des touristes français.

Source : Promed.